« Une campagne sous le signe du magnan »

Dossier : La Kès 2010 : L'IK 2.0 est arrivéMagazine N°676
Par Julien PANIS-LIE

Le premier travail des candidats kessiers a été la recherche – difficile mais fructueuse – de sponsors. Les élèves ont été séduits par la livraison de crêpes et le repas géant le jeudi soir. En revanche, les attractions proposées (piscine à boules, tyrolienne, tir à l’arc, paint ball, manège X Trem) n’ont pas fait l’unanimité et auraient sans doute fait la joie d’un public plus jeune.

Ecole polytechnique : repas bi-promo pour l'élection de la Kès 2010
Repas bi-promo le jeudi soir.

La recette gagnante

La campagne de la « StarKès & Hutch » auprès des 4 sponsors (Eiffage, Bain & Co, Deloitte, Crédit Suisse) a rapporté près de 20 000 euros. Elle prévoyait une contribution financière contre une présentation en amphi pour recruter des stagiaires. D’autres sponsors, comme Armor Lux avec ses sweat-shirts, ont fait des dons en nature.

Mascotte de la Kès 2010Servir et nouer des relations
Ce sont les motivations principales des candidats kessiers. Elles se déclinent plutôt de façon altruiste avec le désir d’être au coeur de la vie de la promo, même si l’intérêt personnel compte également : beaucoup espèrent se créer une bande d’amis pour la vie. Parmi les autres raisons avancées, on trouve le désir de prendre des responsabilités, montrer son attachement à l’X et passer de la théorie (les cours) à la pratique. Parmi les 15 kessiers élus, 7 sont issus de classes prépa parisiennes, dont 4 de Sainte-Geneviève, 6 ont fait leur prépa en province et 2 sont universitaires (la première de Lyon et la seconde de Shanghai).

Le dîner du jeudi soir a réuni 800 élèves des promos 2010 et 2011, dîner suivi d’une soirée festive qui s’est terminée le lendemain matin par la livraison de petits-déjeuners dans les chambrées (300 commandes par mail). Plus de 100 élèves ont proposé leur aide à cette occasion.


X Trem.

Toute la semaine, des crêpes gratuites ont été livrées dans les classes, au BôBar, dans les Binets, au JTX par la désarmante mascotte de la liste Starkès & Hutch, un poulet, allusion à la série TV américaine des années 1970 qui met en scène deux policiers.

Ajoutons à cette liste la distribution de déguisements, la soirée sur le thème de la musique disco et des moyens de communication efficaces : hotline crêpes, adresse mail pour les commandes, publicité dans l’IK.

À méditer en 2013
• Environ la moitié des élèves seulement a participé à la campagne. L’amphi de présentation des deux Kès n’a réuni que 200 élèves.
• Les attractions et les sports proposés n’ont peut-être pas totalement correspondu aux attentes.

Au final, la campagne de la Kès 2010 ne s’est pas réduite à un affrontement, mais a fait émerger les énergies et créé des alliances inattendues.

Les deux listes Kès se sont rendu compte qu’elles avaient mené des actions en commun : certains élèves ont franchi la barrière pour regrouper leurs compétences.

De nombreux kessiers battus ont également pris des responsabilités dans les Binets.

Propos recueillis par
Régine Lombard

 

La Kès 2010La Kès 2010 devant la fresque «StarKès & Hutch ».
1. Manon Lassaigne, Relations avec l’enseignement
2. Yawen Liao, Relations internationales
3. Caroline Le Floch, Relations avec l’enseignement
4. Kevin Kuate Fodouop, Spectacles
5. Nicolas Bausson, Sport
6. Marion Bonnet, Binets
7. Thomas Moreau, Relations extérieures
8. Guillaume Sabran, Relations extérieures
9. Tanguy Terray, Trésorier
10. Donatien de Rochambeau, Spectacles
11. Julien Panis-Lie, IK
12. Alexandre Jung, Relations extérieures
13. Michel Ben Belgacem-Strek, Service infrastructure & équipement
14. Alban Pelletier, Binets
15. François Rerolle, Relations avec l’encadrement militaire

 

Poster un commentaire