UN EMPIRE CONVOITÉ

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°641 Janvier 2009Par : Philippe Marchat (2e édition)Rédacteur : Jacques Bourdillon (45)

Couverture du livre : Le Maroc et " les puissances "L’auteur : Philippe Marchat, fils d’un diplomate fidèle collaborateur du maréchal Lyautey, ancien directeur financier de la CDC, ancien directeur général de la BEI, ancien chef de la Mission interministérielle de préparation à l’euro.

Le livre : un ouvrage monumental, copieux et documenté, sur l’histoire du Maroc et, plus précisément, les relations de ce pays avec les puissances.

Une histoire passionnante qui débute en 711 et s’arrête en 1942, date choisie à dessein par l’auteur. Il n’est question que du Maroc, ce même Maroc que j’ai découvert dans les années soixante, au développement duquel j’ai participé et où j’ai conservé des amitiés fidèles.

• Quelques souvenirs
Des odeurs, des couleurs, les fêtes marocaines (Aïd Seghir, Aïd el Kébir, les diffas, le thé à la menthe), Rabat (l’Agdal, les Trois Portes, l’hôtel Tour Hassan, le mausolée de Mohammed V), le Rif et le Moyen Atlas, les vallées du Ziz, du Todra et du Draa, Tinerhir.

• Une belle et longue histoire
La conquête arabe (711) se produit après l’arrivée des Berbères suivie par les occupations des Phéniciens, des Carthaginois, des Maures et des Romains. La première dynastie marocaine, celle des Idrissides, débute en 789 et dure jusqu’en 1061. Suivront celles des Almoravides (1061-1147), des Almohades (1147-1269), des Mérinides (1269-1465), des Wattasides (1472-1554), des Saadiens (1554-1660) et des Alaouites (1660 à nos jours).

• Au lendemain de la défaite de 1940
L’auteur évoque les deux années passées avant le débarquement américain, l’affaire du Massilia (arrestation puis libération de Georges Mandel), quelques flashs sur le général Weygand et le général Noguès, les ambitions espagnoles et allemandes, le contrôle tatillon de la KIA allemande, les difficultés entraînées par l’application au Maroc des lois de Vichy (sociétés secrètes, statut des Juifs), la propagande anglaise et gaulliste dans un Maroc rattaché à Vichy.

• L’opération Torch
Cinq jours (8 au 13 novembre) émaillés d’invraisemblables quiproquos. Cessez-le-feu à Alger, le sang coule au Maroc (le général Patton ne fait pas dans la dentelle). Le général Béthouart (proaméricain) est arrêté. Télégramme de Laval à Noguès (résister). Pétain répond à une lettre de Roosevelt (Nous défendrons l’empire), télégramme du haut état-major allemand à Darlan (dont la réponse laconique est impossible à interpréter). Arrivée du général Giraud à Alger. Juin désigne les forces de l’Axe comme le véritable ennemi. Darlan accepte (le 10 novembre à 11 heures) un cessez-le-feu général au nom du maréchal mais reçoit à 16 heures 25 un télégramme de Pétain maintenant son ordre de résister à l’envahisseur. Le livre s’arrête le 13 novembre 1942 avant l’assassinat de Darlan et le retour du général de Gaulle à Alger.

Un empire convoité : Prix Lyautey 2007 de l’Académie des sciences d’outre-mer.
 

Poster un commentaire