Le Forum annuel de TERATEC à l'École polytechnique

Un écosystème français à la pointe du numérique

Dossier : Simulation et supercalculateursMagazine N°732 Février 2018
Par Hervé MOUREN (67)

La France a toujours été à la pointe de l’informatique de grande puissance. Aujourd’hui, c’est la coopération recherche industrie qui assure le relais, par exemple avec le Campus Teratec qui accueille, forme et fédère l’ensemble des acteurs de la simulation numérique à haute performance avec l’utilisation du Très Grand Centre de calcul du CEA.

Les aléas politiques des années 1975-1980 mirent à mal bon nombre des initiatives publiques, mais la France était déjà devenue une grande nation informatique et l’est restée.

Peu à peu la recherche et les plus grands industriels (automobile, aéronautique, énergie…) se sont lancés dans l’utilisation massive de l’informatique pour améliorer leur connaissance des phénomènes physiques et la conception des produits et ils ont appris à coopérer.

Un demi-siècle plus tard, cette coopération perdure et s’est renforcée en 2005 avec la création de Teratec, à l’initiative du CEA qui souhaitait alors s’ouvrir sur l’extérieur et faire bénéficier la communauté scientifique et industrielle de son expérience et de ses gros moyens de calcul.

REPÈRES

Dans le domaine de la simulation et du calcul haute performance, Teratec est aujourd’hui un pôle de compétences reconnu en Europe et dans le monde.
Il réunit plus de quatre-vingts acteurs, académiques et industriels offreurs ou utilisateurs.

 
Dès le départ, des relations étroites se sont nouées entre grands groupes industriels (Dassault, EDF, Safran, etc.), fournisseurs informatiques (Bull, HP, ESI Group, etc.), universités et start-up (Distène, Numtech, etc.).

UNE COOPÉRATION DE PLUS EN PLUS ÉTENDUE

Le noyau des industriels utilisateurs de départ s’est en parallèle élargi à de grands groupes comme Michelin, CGG et L’Oréal, et de nombreuses start-up et PME technologiques ont rejoint Teratec.

UN NOUVEAU DOMAINE DE FORMATION

Afin d’aider à la diffusion de la simulation dans les entreprises, Teratec s’est associé à des universités et à des grandes écoles pour créer des programmes de formation initiale et de formation continue couvrant l’ensemble du champ de la modélisation et de la simulation haute performance.

Les membres sont accueillis sur le Campus Teratec qui regroupe sur plus de 10 000 mune pépinière, des entreprises et des laboratoires de recherche de classe internationale, comme le laboratoire Extreme Computing d’Atos sur le développement des nouvelles architectures, le laboratoire Exascale Computing Research commun à Intel, au CEA et à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en- Yvelines, ou le Centre d’expertise en simulation des matériaux (Cesimat) créé en 2016 par Michelin, Safran, le CEA, L’Oréal et Faurecia.

Le champ d’intervention ne se limite plus aux seuls domaines de la recherche fondamentale et de la grande industrie puisque l’on y retrouve maintenant des acteurs du monde de la santé, des sciences de la vie, des services, ainsi que de nombreuses entreprises de tous secteurs qui fondent leur développement sur les technologies numériques.

UN PLAN POUR LES SUPERCALCULATEURS

En France, Teratec a été chargé de la définition puis de la mise en œuvre du plan Supercalculateurs de la nouvelle France industrielle lancé en 2013.

UN FORUM ANNUEL DANS LES LOCAUX DE L’X

Le Forum Teratec est un événement majeur en France et en Europe qui regroupe les meilleurs experts internationaux du HPC, de la simulation et du big data.
En réunissant chaque année dans les locaux de l’École polytechnique plus de 1 300 professionnels, le Forum Teratec illustre le dynamisme technologique et industriel du HPC et le rôle important que joue la France dans ce domaine.

Les actions proposées visent à la fois à stimuler l’offre technologique française, à mettre en place les outils logiciels adaptés dans de nombreuses filières industrielles et à favoriser la diffusion de la simulation auprès des entreprises utilisatrices, notamment dans des secteurs industriels où elle n’est actuellement que peu utilisée.

Le plan vise aussi une large diffusion de la simulation vers les PME et ETI avec une déclinaison forte au niveau régional.

Des missions que Teratec assume à travers son événement annuel le Forum Teratec et des initiatives comme le programme Simseo (offres adaptées aux PME) ou les challenges DataPoC (résolution de grands chalenges industriels par des PME innovantes).

Teratec est aussi très présent en Europe et participe avec ses membres à plus d’une vingtaine de programmes et de projets de recherche dans de nombreux secteurs avec entre autres le lancement de la plateforme européenne ETP4HPC dont l’objectif est d’accélérer le développement des technologies européennes à tous les niveaux de la chaîne du HPC (High Performance Computing), plateforme technologique qui est présidée par Atos.

DES OPPORTUNITÉS POUR LES PME

L’élargissement s’étend maintenant au monde des PME-PMI, grâce à la combinaison de la puissance de calcul qui devient disponible à la demande sur le cloud et de l’arrivée d’offres de logiciels en mode « SaaS » (Software as a Service).

Ces technologies devenues accessibles constituent pour nombre d’entreprises une opportunité majeure d’innovation et d’amélioration de leur compétitivité, en réduisant les coûts et la durée des processus de conception, de fabrication et de commercialisation.

Le programme Simseo, mené à la demande de l’État, propose aux PME dans toutes les régions de France des actions de sensibilisation et surtout des offres de services de simulation spécifiques par domaine, avec des aides significatives de l’État pour les PME qui les prennent (jusqu’à 50 % du coût du projet initial plafonné à 10 000 €).

UNE CLÉ POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

L’ensemble de ces initiatives forme bien un véritable écosystème construit sur la volonté des acteurs industriels et de la recherche de poursuivre dans cette voie de la coconception entre les utilisateurs les plus exigeants et les fournisseurs les plus avancés, et qui est une des clés de la réussite.

Cet écosystème est sans équivalent en Europe et nous permet de garder une position de premier rang dans ce domaine essentiel pour l’avenir car l’association des sciences des données et de la puissance de calcul est devenue un facteur clé de développement de l’industrie.

Articles similaires:

Poster un commentaire