Tradition et ambition

Dossier : ÉditorialMagazine N°688 Octobre 2013
Par Jacques N. BIOT (71)

La France a besoin de l’innovation. Le redressement productif, économique et financier de notre pays, et de l’Europe, trouvera sa source dans les sciences et les technologies, appliquées de manière audacieuse, mais responsable, aux besoins de la société. Cet ardent impératif donne toute sa noblesse, et toute sa légitimité, à l’enseignement que l’École polytechnique prodigue à ses élèves et à ses étudiantes et étudiants.

Le classement de l’Alma Mater Index du Times Higher Education, qui note les meilleures institutions ayant formé les dirigeants du Fortune 500 en 2013, nous place à la quatrième place mondiale, et première européenne. Ce succès ne doit rien au hasard. Il est le fruit de l’attention de celles et ceux, enseignants-chercheurs et militaires, qui ont veillé, au cours des générations, à façonner les programmes pédagogiques les plus performants pour les X.

Notre enseignement évolue avec le temps, pour satisfaire les attentes du marché du travail. Nous y veillons avec la collaboration de la commission aval.

Parmi les évolutions récentes les plus marquantes, l’accent mis sur le travail collectif, et la confrontation toujours plus précoce et plus intense aux mondes de la recherche, de l’entreprise, de l’international. Les statistiques du placement des promotions récemment sorties d’École nous confirment l’excellente employabilité de nos jeunes, dans tous les secteurs d’activité – académique, économique, public.

Notre enseignement s’appuie aussi sur des valeurs intangibles, parce que inscrites dans le patrimoine génétique de notre École, et socles de notre différenciation : sélectivité et quête de l’excellence, haut niveau scientifique multidisciplinaire, forte composante des humanités et sciences sociales, valeurs morales d’intégrité et de sens de l’intérêt général.

Les défis ne manquent pas : compétition internationale et locale exacerbée, réussite des alliances sur le plateau de Saclay et à l’international, relève du financement public par des ressources propres accrues. À ces défis, l’École répond par l’ambition, seul remède au déclin. Je sais que nous pouvons compter sur le soutien uni de la communauté des anciens pour nous accompagner dans notre marche vers l’avenir.

 

Poster un commentaire