Quelques énigmes scientifiques de l’Antiquité à notre temps

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°552 Février 2000Par : Marcel NORDON (40)Rédacteur : JEAN MAZALEYRAT, professeur émérite, faculté Paris-Sorbonne IV et JOSEPH POUGET (52)

La familiarité avec les lois de la mécanique et de la physique classiques fait perdre de vue les questions essentielles. Comment, par exemple, agissent à distance des forces dont la plus commune a été, de tout temps, l’attraction universelle ? Énigmes qui ont longtemps découragé les esprits les plus éminents.

On oublie que Newton a renoncé une fois pour toutes à chercher l’essence de la gravitation, que Galilée, en 1612, aurait accepté, disait-il, d’être nourri au pain et à l’eau dans un cachot obscur si, revenu à la lumière, il en comprenait la nature.

Ce livre retrace, en son premier chapitre, le long chemin de la pensée sur cette nature des forces à distance, depuis la philosophie présocratique jusqu’à la physique contemporaine où les mystères commencent à s’éclaircir.

On y voit apparaître fugitivement d’autres questions qui font l’objet des chapitres suivants. Ainsi du balancement entre le discret et le continu qui commence avec Pythagore et Zénon et se poursuit jusqu’à la double nature des choses, ondulatoire et corpusculaire, dans la physique de notre siècle ; ou de la quête lancinante de l’unité, commencée dans l’Antiquité, qui tapisse le fond de la pensée d’Einstein.

Le style est vif, la langue cristalline, avec des touches ironiques agréables. On y trouve des “ morceaux d’anthologie ” (le dialogue astrologique par exemple), des affleurements poétiques qu’un instant de tension rythmique dans la phrase signale çà et là. On y trouve aussi une leçon d’humanisme où le scientifique se mue en simple “ honnête homme ” à l’ancienne et qui culmine dans la parabole finale.

Et, en de brefs mais insistants éclairs, un rappel, dans la science d’aujourd’hui, non seulement des questions que savants et philosophes se sont posées au cours des temps mais parfois aussi de leurs réponses.

Car les leçons des générations se succèdent, mais le soleil se lève sur les vitres de nos labos comme sur Delphes, les mêmes étoiles percent la nuit et les hommes ont la même panoplie de neurones.

La lecture est facile, les notes sont portées en bas de page, et un index complet ainsi que des tableaux chronologiques permettent de situer facilement les personnages les uns par rapport aux autres.

Poster un commentaire