Quand la data et le digital sont au service des problématique complexes de l’industrie

Dossier : Cloud, Data & IAMagazine N°773 Mars 2022
Par Xavier BRUCKER (96)
Par Stéphane GAUTROT (89)
Par Hervé ZWIRN (75)

Xavier Brucker (96) et Stéphane Gautrot (89), associés au sein du cabinet Mews Partners, nous expliquent comment ce cabinet spécialiste du conseil en management et positionné sur le secteur de l’industrie, accompagne les entreprises dans leur digitalisation et la valorisation de leurs données au service d’une performance optimisée. Entretien.

 

Qu’est-ce que la transformation digitale et la data impliquent pour les entreprises industrielles ? 

Dans le secteur de l’industrie, la digitalisation et la data impactent l’organisation des entreprises, la structuration de leurs processus, mais également leurs compétences et expertises. Alors qu’on entend de plus en plus parler d’industrie 4.0, les technologies numériques et la valorisation de la data sont des enjeux stratégiques dans un environnement très volatile et mouvant qui nécessite de la part de ces acteurs de l’agilité et de la réactivité pour adapter leurs business models, optimiser leur schéma de prises de décision, faire évoluer de nouvelles organisations et compétences, mais également pour développer de nouveaux produits ou services.

Face à des entreprises industrielles qui ont un niveau de maturité et une maîtrise très hétérogènes de ces sujets, comment se positionne un acteur comme Mews Partners ?

Depuis 30 ans, Mews Partners se positionne comme un cabinet de conseil en management indépendant qui intervient essentiellement dans les différents secteurs de l’industrie. Au fil des décennies, nous avons développé des expertises avérées et une connaissance fine des divers métiers de l’entreprise industrielle : innovation, R&D, ingénierie, industrialisation, production, supply chain…  Dans le cadre de nos interventions, nous conseillons et aidons ces entreprises à relever les défis que posent le numérique et la data dans le cadre de leur activité globale et au niveau de chacun de leurs métiers. Au-delà, il s’agit aussi de leur permettre de saisir les opportunités que la digitalisation peut leur apporter en termes de développement de nouveaux services et modèles de revenus, de business et de gains notamment en termes de performance, d’efficacité, d’autonomisation des processus et des méthodologies.

Dans cette démarche, nous avons également un rôle de sensibilisation auprès de nos clients pour les aider à mieux identifier et comprendre leurs enjeux afin justement de pouvoir mieux les adresser et définir les applications concrètes dont ils ont besoin sur le terrain. En effet, sur ces sujets stratégiques, nous cherchons avant tout à leur apporter des solutions très pragmatiques, aussi bien en amont, au niveau de leur R&D, qu’en aval, sur des enjeux relatifs à la production, l’industrialisation ou l’optimisation de leur supply chain.

Pour réussir leur transformation digitale et capitaliser de manière pérenne et efficace sur la data, quels sont les principaux enjeux et prérequis ?

La transformation digitale est une problématique globale qui couvre un large champ de sujets et de thématiques : la stratégie à moyen et long termes, les ressources humaines et les compétences, l’interaction de l’entreprise avec ses différents écosystèmes, l’adoption de nouvelles technologies, l’évolution des processus et des systèmes… Au-delà, cela nécessite également une gestion des données optimisée et « propre », ce qui n’est pas forcément le cas des entreprises industrielles quelle que soit  leur taille. Pour réussir leur digitalisation, elles doivent pouvoir s’appuyer sur une véritable politique de gouvernance et de management des données avec une data de bonne qualité et facilement accessible. En effet, elles doivent pouvoir capitaliser sur la data pour réaliser des modélisations et des simulations, dont les résultats viendront nourrir une prise de décision factuelle au service de la résolution de leurs problématiques et de leur développement. 

Sur un plan plus opérationnel, autour de quelles problématiques êtes-vous sollicités ?

Notre rôle est de faire le lien entre les problématiques de ces entreprises et les solutions que le digital et la data peuvent leur offrir. Nous pouvons ainsi intervenir à différents niveaux comme l’optimisation de la maintenance, de la planification de l’approvisionnement ou des commandes avec une meilleure anticipation des besoins logistiques et des contraintes, de la performance opérationnelle… Autant d’enjeux où une exploitation et une valorisation pertinentes de la donnée couplées à la modélisation et à la simulation permettent d’obtenir des résultats concrets.

Comme précédemment mentionné, nous pouvons également les accompagner dans le développement de nouveaux revenus. Prenons l’exemple d’une entreprise qui conçoit et développe des instruments de mesure. La digitalisation de son activité et de son modèle peut être une opportunité pour développer un business complémentaire. On peut notamment penser à une plateforme de services digitaux construite autour de l’acquisition et du traitement des données mesurées par ses instruments.

Au-delà du traitement d’une problématique, de l’optimisation d’un processus, nos missions permettent également de dégager des perspectives d’activité et de revenus additionnels pour nos clients.

Quelles pistes de réflexion pourriez-vous partager avec nos lecteurs ?

Les directions générales des entreprises doivent remettre en question leurs modèles de prise de décisions. Elles doivent identifier les décisions qui sont aujourd’hui prises de manière empirique et pour lesquelles la prise en compte de leurs données permettrait d’obtenir des décisions plus pertinentes et plus objectives. Ce changement de paradigme nécessite la mise en place de nouvelles façons de travailler, plus collaboratives et transverses, de nouvelles compétences, et aussi une prise de conscience plus forte par les dirigeants de la valeur de la donnée.

 


Focus sur Eurobios

Trois questions à Hervé Zwirn (75) pour mieux comprendre la pertinence du rapprochement de Mews Partners et d’Eurobios.

Quelle a été la genèse d’Eurobios ?

L’activité d’Eurobios a démarré en 2000. A l’origine, Eurobios est la branche européenne du groupe américain Bios, une émanation du Santa Fe Institute créé dans les années 1980. Ce dernier est considéré comme le lieu de naissance des sciences de la complexité, c’est-à-dire les domaines scientifiques qui étudient de manière interdisciplinaire les systèmes complexes. La création du groupe Bios, puis d’Eurobios, a été motivée par la nécessité d’appliquer ces recherches scientifiques et les résultats obtenus afin de résoudre des problèmes complexes, notamment d’ordre industriel.

Quel est son cœur de métier ?

Utiliser les méthodes scientifiques les plus avancées pour résoudre des problématiques complexes et lever des verrous sur des sujets encore non traités. Concrètement, notre périmètre d’action couvre trois dimensions complémentaires : la modélisation des systèmes complexes afin de pouvoir réaliser des simulations au service de l’optimisation de ces mêmes systèmes. 

Nous travaillons sur des sujets aussi divers que la modélisation de populations pour prédire leur comportement dans des situations critiques (corruption, terrorisme, crise économique…). Pendant vingt ans, nous avons accompagné la poste danoise dans l’optimisation des tournées des facteurs. Nous nous intéressons au calcul de la fatigue des équipements et, dans ce cadre, nous travaillons avec RTE afin de prédire de manière très fine et précise le remplacement les lignes à très haute tension, un équipement critique et qui coûte très cher. Avec la SNCF, dans cette même logique, nous travaillons sur l’usure des rails pour optimiser la maintenance des voies.

Parce que l’ensemble de ces problématiques nécessite des compétences scientifiques pointues, nous avons conservé un lien très fort avec la recherche. 95 % de nos collaborateurs sont des docteurs en mathématiques, en informatique, en physique… et depuis douze ans, nous avons un partenariat avec le laboratoire de mathématiques de l’ENS Paris Saclay.

Et quelles sont les synergies qui découlent de votre rapprochement avec Mews Partners il y a moins d’un an ?

La très forte complémentarité qui existe entre notre activité et celle de Mews Partners laisse entrevoir de très belles perspectives de développement. Avec notre capacité de modélisation et de simulation, nous allons venir compléter le conseil de haut niveau délivré par Mews Partners sur des problématiques pointues. À partir des recommandations et préconisations des consultants, nous allons pouvoir développer et mettre au service des entreprises des solutions et outils logiciels pensés et conçus pour adresser leurs besoins et problématiques, mais aussi atteindre leurs objectifs.   

L’offre combinée Mews Partners et Eurobios va ainsi couvrir l’ensemble de la chaîne de valeur des entreprises industrielles.


 

Poster un commentaire