Les Smart City aux service de la transition énergétique

Dossier : Vie des entreprisesMagazine N°770 Décembre 2021
Par André SANTINI

André San­ti­ni, ancien min­istre, maire d’Issy-les-Moulineaux et vice-prési­dent de la Métro­pole du Grand Paris, revient sur l’importance des Smart City et de l’accélération de la Tran­si­tion Énergé­tique. Entretien.

Comment la ville d’Issy-Les-Moulineaux appréhende le sujet des Smart City et de la transition énergétique ? 

La ville d’Issy-les-Moulineaux est une ville pio­nnière dans le domaine du numérique. Nous avons démar­ré ce qu’on appelle aujourd’hui notre tran­si­tion numérique il y a vingt-cinq ans. 

Les effets de cette stratégie, que j’ai souhaité ori­en­ter en pri­or­ité vers les usages, sont aujourd’hui vis­i­bles : notre attrac­tiv­ité est con­fir­mée par l’augmentation de 35 % de la pop­u­la­tion (à effec­tif con­stant, grâce à l’amélioration de la pro­duc­tiv­ité de nos ser­vices munic­i­paux) et l’accueil d’entreprises inter­na­tionales, sou­vent lead­ers dans leur domaine (de Microsoft à Orange, en pas­sant par Capgem­i­ni, Cis­co, Canal+, Yves Rocher, Coca-Cola, Marie Claire, France 24 et RFI, Arte, etc.). 

Aujourd’hui nous comp­tons plus d’emplois que d’habitants, ce qui nous per­met d’afficher un des taux d’impôts locaux les plus faibles de France et un endet­te­ment qua­si nul. 

Concrètement, quels sont les projets qui vous mobilisent en ce sens ? 

À par­tir des années 2010, nous avons expéri­men­té les tech­nolo­gies numériques dans le domaine de l’énergie, avec Issy Grid, le pre­mier réseau intel­li­gent d’électricité à l’échelle d’un quarti­er, et des déplace­ments, avec So Mobil­i­ty. Ces deux pro­jets de la Smart City ont pour car­ac­téris­tique d’avoir asso­cié des acteurs publics et privés, mais aus­si des grandes écoles, les dif­férents niveaux de col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales, mais aus­si la pop­u­la­tion, invitée à tester de nou­veaux services.

La Smart City ne doit pas être enfer­mée dans une logique d’infrastructures, trop tech­nique et trop éloignée des préoc­cu­pa­tions de la pop­u­la­tion. En revanche, la met­tre au ser­vice de l’adaptation de nos villes au change­ment cli­ma­tique lui donne tout son sens. C’est dans cette direc­tion que nous nous con­cen­trons désormais.

Je me suis engagé à accélér­er nos efforts pour répon­dre aux enjeux de l’Accord de Paris sur le cli­mat de décem­bre 2015 et du « Green Deal » adop­té par la Com­mis­sion européenne. Je suis en effet con­va­in­cu que les villes ont un rôle essen­tiel à jouer car elles sont en pre­mière ligne pour mobilis­er les acteurs locaux (habi­tants, entre­pris­es, asso­ci­a­tions) et sont plus rapi­des que les États.

Alors que la France s’est fixée l’objectif de la neutralité carbone d’ici 2050, comment contribuez-vous sur votre territoire à cette forte ambition ? 

Pour nous accom­pa­g­n­er dans ces efforts, nous avons adop­té un Bud­get Cli­mat, inspiré de la ville d’Oslo, en Norvège. On ne cal­cule pas en euros mais en tonnes de CO2 et nous fixons, chaque année lors d’un débat d’orientation cli­ma­tique, des objec­tifs à la baisse des émis­sions de gaz à effet de serre. C’est une démarche qui se veut prag­ma­tique, inno­vante et col­lab­o­ra­tive, car elle doit impli­quer tout le monde.

Quels sont, dans cette démarche, les enjeux qui persistent ? 

Pour mesur­er nos pro­grès, nous devons nous baser sur la data. Et c’est là que nous retrou­vons l’importance des out­ils de la Smart City. L’enjeu n’est pas mince, car il nous faut iden­ti­fi­er les don­nées les plus per­ti­nentes, les col­lecter, les analyser et les restituer à la pop­u­la­tion sous la forme d’un tableau de bord com­préhen­si­ble pour tous. La mul­ti­plic­ité des acteurs publics comme privés et la qual­ité assez médiocre des don­nées exis­tantes aujourd’hui, con­stituent des obsta­cles importants.

Nous apprenons donc en marchant, mais je reste con­va­in­cu qu’une méth­ode prag­ma­tique, qui s’appuie sur des expéri­men­ta­tions, est la seule qui puisse nous per­me­t­tre de réelle­ment avancer.

Poster un commentaire