Les neuf fondamentaux de l’éducation

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°579Par : Yannick BONNET (52)Rédacteur : Gilbert CASTELLANET (52)

Instruction, éducation : deux mots qui désignent des activités profondément différentes dans leurs finalités. Le but de l’instruction est de transmettre des savoirs et des savoir-faire, choses faciles à concevoir et résultats faciles à vérifier. Il est bien moins évident de formuler les finalités de l’éducation et de lui assigner des critères de réussite.

Instruction et éducation sont intimement liées : l’instruction contribue à l’éducation, et réciproquement. Ces relations, banales dans tout objet d’étude, ne devraient pas interdire de les distinguer – en divisant la difficulté… pour les faire progresser dans leurs domaines respectifs.

Pourtant la confusion entre ces deux notions paraît constante et générale. Sans remonter à Rousseau, on peut en voir des causes contemporaines, d’abord dans la substitution de l’éducation nationale à l’instruction publique de jadis, ensuite dans l’influence anglo-saxonne : le mot anglais, education, signifie enseignement, instruction.

Le premier mérite de Yannick Bonnet est de traiter de l’éducation, et de l’éducation seulement. Son second mérite – banal pour les scientifiques et les juristes – est de définir les termes avant de les utiliser.

L’auteur constate que l’éducation est nécessairement un conditionnement; on peut ajouter que sa finalité est nécessairement morale. Or il y a beaucoup de morales possibles, et bien des formes de conditionnement. Yannick Bonnet, père et grand-père, ex-DRH, ex-directeur de l’École supérieure de chimie de Lyon, ex-créateur d’entreprise, et désormais prêtre catholique, ne propose évidemment pas les mêmes finalités que les tenants du “ il est interdit d’interdire ” ou que les États totalitaires qui éduquent les enfants pour qu’à l’occasion ils dénoncent leurs parents.

Sa définition de l’éducation est réaliste et nuancée :

“ L’éducation est un conditionnement fort, destiné à rendre l’éduqué le plus maître possible de ses conditionnements, pour qu’il les pilote au mieux, en vue de réussir sa vie, d’être tout simplement heureux. L’éducation vise donc à l’effacement progressif de l’éducateur. ”

Ceci posé, il présente les trois axes principaux du projet éducatif :

  • favoriser le développement de la personne,
  • favoriser son intégration harmonieuse dans la vie sociale,
  • l’aider à trouver un sens à sa vie.

 
Trois principes fondamentaux sont formulés pour chacun des trois axes, d’où le titre et la structure de l’ouvrage.

Ce livre associe avec bonheur la simplicité du langage et la hauteur de vues. Les parents – premiers éducateurs de leurs enfants – y retrouveront leurs préoccupations et leurs doutes quotidiens. Et l’essentiel est dit, ramassé dans des formules percutantes. On est loin du pathos et de l’amphigourisme des penseurs patentés qui règnent sur les directives officielles et sur les médias.

Un livre qui s’adresse à tous, croyants ou non.

Poster un commentaire