Femme dans le monde de l'assurance

Le monde de l’assurance : on y arrive par hasard, on y reste par choix

Dossier : Vie des entreprisesMagazine N°777 Septembre 2022
Par Aicha SOUKI (X08)

Aicha Souki (X08) a commencé sa carrière dans le secteur de l’assurance, un monde qui l’a très vite passionnée et dans lequel elle a volontairement choisi de rester et d’évoluer. Dans cet entretien, elle nous en dit plus sur son parcours, son périmètre d’action et motivations et revient sur les valeurs et engagements de son groupe en faveur des femmes.

 

Quelles sont les étapes les plus marquantes de votre parcours et quelles ont été vos motivations ?

J’ai passé l’intégralité de ma carrière dans le monde de l’assurance, un domaine que j’ai découvert totalement par hasard et dans lequel j’ai choisi volontairement de rester.

J’ai d’abord travaillé pendant cinq ans chez Axa France dans des directions financières et de gestion des risques sur des postes assez techniques. C’est aussi chez Axa France que j’ai eu ma première expérience de management.

En 2018, j’ai rejoint la direction des partenariats de Generali avec un poste et des missions beaucoup plus transverses, des problématiques et des enjeux pas uniquement techniques mais aussi business et juridiques. J’évolue au sein de cette direction depuis quatre ans et je gère au quotidien des problématiques très variées, qui touchent à l’humain et très ancrées dans le quotidien de chacun à savoir : assurance des biens, de personnes, santé…

Vous avez rejoint Generali en 2018. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre périmètre d’action et vos principales missions ?

Je suis actuellement à la direction des partenariats dont la mission consiste à concevoir et construire des produits sur mesure pour nos partenaires. C’est un spectre assez large qui va de l’assurance emprunteur, aux produits de santé en passant à l’assurance animaux. Je pilote une équipe composée d’une dizaine d’actuaires mobilisés sur des thématiques assez variées : tarification, finance et gestion avec les partenaires.

 

“Au-delà de la diversité des sujets et des problématiques traitées au quotidien, c’est aussi un environnement extrêmement changeant du fait du contexte règlementaire très mouvant.”

 

C’est donc une mission plutôt de management d’équipe et d’accompagnement des partenaires. Cet accompagnement passe par une fine compréhension de leur stratégie, un accompagnement dans la création de leurs produits, tout en défendant les intérêts de Generali.

Quels sont vos principaux challenges ?

Au-delà de la diversité des sujets et des problématiques traitées au quotidien, c’est aussi un environnement extrêmement changeant du fait du contexte règlementaire très mouvant. Cela nécessite une adaptation constante et une veille nécessaire pour mieux comprendre les enjeux des affaires publiques et être encore au plus proches des partenaires. C’est ce qui va nous permettre d’anticiper et de proposer des produits pertinents. À cela s’ajoutent des enjeux de rentabilité, de croissance maîtrisée, et de rationalisation de l’activité compte tenu de notre croissance importante.

À titre personnel, qu’appréciez-vous chez Generali ?

J’apprécie particulièrement la richesse des contacts, mais aussi la gestion de l’humain qui me passionne.

Malgré sa taille, Generali est une organisation avec une chaîne de décision courte et des contacts souvent rapides avec le top management qui est présent et qui accorde une attention particulière au bien-être des collaborateurs. J’apprécie aussi l’accompagnement qui se fait en interne dans la carrière et la montée en compétence des équipes.

Le secteur de l’assurance est plutôt en avance aujourd’hui en termes de féminisation, en comparaison à d’autres domaines. Quel regard portez-vous sur cela et qu’en est-il plus particulièrement chez Generali ?

Sur des postes de managers, on voit de plus en plus de femmes dans des postes clés. En termes de chiffres, il y a plus de 60 % de femmes dans l’assurance, et une soixantaine de femmes dans des postes à hautes responsabilités de manière générale.

Chez Generali, l’index d’égalité homme femme est de 92/100 avec 51 % de collaboratrices femmes, 58 % de cadres, 35% de cadres de direction et 27 % de membres du comité exécutif.

C’est un domaine qui s’ouvre de plus en plus aux femmes depuis plusieurs années, mais je pense qu’il reste encore du chemin à faire, notamment sur quelques postes business et techniques qui sont encore aujourd’hui masculins.

Y a-t-il des actions mises en place au sein de votre groupe pour favoriser la féminisation de vos métiers ?

Le Groupe Generali est très engagé en matière de DEI – Diversité, Equité et Inclusion. Nous sommes convaincus que ces valeurs contribuent au bien-être des collaborateurs, mais aussi à la performance de l’entreprise. Notre politique s’articule autour de 5 piliers : le genre, l’âge, la culture, le handicap et l’inclusion.

Signé pour la première fois en 2005, notre accord sur l’égalité hommes-femmes a depuis été renouvelé à six reprises. Il traite notamment de prévention en matière de discrimination, de lutte contre le sexisme, le harcèlement sexuel, etc.

« Les ELLES de Generali », un réseau actif de collaboratrices mais aussi de collaborateurs hommes, contribue à la promotion des femmes, agit en faveur d’initiatives sociales innovantes et promeut la mixité. « Les ELLES de Generali » a d’ailleurs rejoint « Financi’Elles », première fédération de réseaux de promotion de la mixité intra-entreprises du secteur financier dont la mission phare est de contribuer à améliorer et surtout à accélérer l’accès des femmes au sommet des organisations du secteur de la finance.

Que retenez-vous de l’École polytechnique ? Et quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes qui voudraient rejoindre votre secteur ?

J’ai passé au sein de l’École Polytechnique de belles années qui m’ont permis de construire un réseau riche et solide, d’entretenir des liens avec les X des différentes promos qui occupent aujourd’hui des fonctions diverses dans plusieurs domaines.

Au-delà, l’École Polytechnique c’est aussi des enseignements techniques polyvalents et une formation d’excellence qui nous marque et nous sert jusqu’à aujourd’hui sur des problématiques actuelles et concrètes.

J’invite d’ailleurs les femmes à oser, à être curieuses et à profiter de la force du réseau de l’X pour découvrir très tôt les métiers et les secteurs et trouver leur voie.

 


En bref

Generali France est aujourd’hui l’un des principaux assureurs et gestionnaires d’actifs de l’Hexagone avec un chiffre d’affaires de 15,5 milliards d’euros en 2021. Le groupe propose à ses 7,8 millions de clients particuliers, professionnels et entreprises, une offre complète de solutions d’assurances (santé, prévoyance, assistance, biens et responsabilité), d’épargne patrimoniale et de gestion d’actifs. Implanté en France depuis 1832, Generali France s’appuie sur le savoir-faire et l’expertise de ses 9 000 collaborateurs, agents généraux et salariés d’agences ainsi que de ses réseaux de courtiers et intermédiaires. Sa vision : être le partenaire de ses clients et de ses distributeurs tout au long de leur vie. Entreprise engagée, Generali France met la durabilité au cœur de sa stratégie avec pour ambition d’être un assureur, un investisseur, un employeur et un acteur responsable, en particulier au travers de sa fondation The Human Safety Net.


 

Poster un commentaire