Jean Chapon (48), une grande figure du monde maritime et fluvial

Dossier : TrajectoiresMagazine N°749 Novembre 2019Par Georges DOBIAS (56)

Décédé en juillet dernier, Jean Chapon, ingénieur général honoraire des Ponts et Chaussées, a été un grand serviteur de l’État, avec une carrière surtout consacrée à la mer et aux voies fluviales.

 

Né à Alès en 1928, il a vécu à Bône et à Constantine où il a passé la première partie de son bac. De retour en France, il a intégré l’École polytechnique (48) et l’École nationale des ponts et chaussées (53). En 1953, il est affecté au service des bases aériennes à Toulouse, puis au service maritime du port de Rouen (1965-1966), ce qui va orienter définitivement sa carrière vers le domaine fluvial et maritime. Il est d’abord chargé du maintien de la navigabilité du chenal d’accès au port, puis des questions d’exploitation.

Retour à Paris

En 1966, il rejoint la direction des ports maritimes et des voies navigables au ministère de l’Équipement, d’abord comme adjoint au directeur, puis de 1968 à 1975 comme directeur. C’est l’époque de la création de divers ports autonomes, Dunkerque, Rouen, Nantes et Marseille. De 1970 à 1972, il dirige en même temps le cabinet du ministre de l’Équipement Albin Chalandon. En 1974 il est nommé ingénieur général. Jean arrivait toujours en réunion avec une pile de dossiers. Tout en intervenant dans les discussions, il les étudiait et signait son courrier. Belle efficacité !

Ensuite il devient, en 1975, secrétaire général de la Marine marchande, fonction délicate qu’il conserve jusqu’en 1978. Puis, nouveau changement, il devient vice-président du conseil général des Ponts et Chaussées de 1978 à 1981. Il a pris soin de maintenir le lien avec Anne-Marie Levraut, vice-présidente du Conseil de l’environnement et du développement durable. En 1981, il quitte l’administration pour devenir président-directeur général de Elf Aquitaine jusqu’en 1989. Enfin, il revient dans son domaine pour présider l’établissement public Voies navigables de France nouvellement créé.

De multiples engagements

Jean Chapon fut aussi actif comme professeur à l’École nationale des ponts et chaussées, à l’École nationale des travaux publics de l’État et à l’École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie (ESTP). Son cours de travaux maritimes constitue une référence. Président du conseil de perfectionnement de l’ESTP pendant plus de dix ans, il y était encore présent ces derniers mois.

Membre de multiples organismes, il a été le président très apprécié de l’Institut pour la recherche appliquée et l’expérimentation en génie civil (1989-2010), de l’Association des utilisateurs de transport de fret (1983-1999), de l’Académie de marine (2000-2002), dont il était membre depuis 1977, et de l’Institut océanographique de Paris (1999-2007).

Comme l’a indiqué Anne-Marie Levraut, « Jean restera comme une illustre figure du monde maritime et fluvial en France. Beaucoup d’entre nous se souviennent de l’ingénieur, de son intérêt constant pour les sujets techniques 1 

Jean Chapon a également été de 1989 à 2014 un conseiller municipal assidu et apprécié à Châteauneuf-de-Gadagne dans le Vaucluse, où son épouse avait des attaches familiales.

Commandeur de la Légion d’honneur, grand-croix du Mérite, il a été membre du conseil de l’ordre.

Jean était par ailleurs un excellent dessinateur et aquarelliste ; ses cartes de vœux et ses croquis de personnes étaient fort appréciés. De même, il construisait des maquettes de villages et d’autres lieux, qui ornaient son salon.

Ses dernières années ont malheureusement été assombries par la maladie – surtout celle de son épouse – malgré la présence de sa famille, mais il ne se montrait pas abattu.

Au-delà du grand fonctionnaire, travailleur et rigoureux, c’était un homme sensible, d’une grande simplicité, d’une réelle humanité, particulièrement attachant.

Connectez-vous pour lire la suite.
Se connecter S’enregistrer