Foucauld au désert

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°524 Avril 1997Par : Maurice Serpette (44) Préface de T. Monod et postface de J.-F. SixRédacteur : Robert Wirth (37)

Ce livre éclaire un aspect peu connu de l’activité saharienne de Charles de Foucauld, à savoir ses travaux culturels sur les Touaregs.

Saint-cyrien de formation, il se montre très tôt attaché dans ses démarches scientifiques à “ coller au terrain ”. Attiré au Maroc, où les Français ne peuvent pas pénétrer, il s’y rend en 1883 sous les vêtements d’un rabbin russe. Les constatations de sa Reconnaissance du Maroc sont très précises : par exemple, il signale l’intérêt du site de la gorge de Bin el Ouidane pour y construire un barrage, aujourd’hui réalisé.

Converti en 1886 et ordonné prêtre, il ne peut s’installer au Maroc comme il l’aurait désiré. Il décide, avec le concours de Laperrine, qui commence à pacifier le Sahara, de s’implanter à Tamanrasset, où il parvient en 1905. Dès les mois précédents, il approfondit sa connaissance du touareg, langue berbère très pure, mais peu étudiée. Son Carnet de 1904 mentionne le 8 juin : Il faut préparer une traduction des saints Évangiles en tamahaq*.

Ces prémisses résumées de façon très cursive expliquent comment il entreprend progressivement un travail considérable de recueil de textes, de dictionnaires et de lexiques qui l’occupera jusqu’à son meurtre en 1916.

Le livre de M. Serpette est rigoureux et attachant. Il appelle une réflexion sur la science comme effet et comme moyen de la foi. Foucauld au Hoggar, Teilhard pour la paléontologie, le P. Lagrange pour les études bibliques à Jérusalem sont des hommes de la même lignée.

Foucauld travaille avec méthode et acharnement et une totale pénurie de moyens, où l’on retrouve la pauvreté du jardinier des Clarisses de Nazareth. Il cherche vainement de l’aide auprès des savants universitaires ; il espère un moment convaincre le jeune Louis Massignon, converti comme lui, de le rejoindre à Tamanrasset. Malgré les pressions de Paul Claudel, cela ne se fera pas. Et il achèvera le travail tout seul.

Par ailleurs, il revient de ses illusions premières sur les possibilités de l’apostolat auprès des peuples islamisés ; c’est alors qu’il privilégie son oeuvre culturelle comme un incontournable préalable dédié aux Touaregs, qu’il aime, et aux apôtres inconnus du futur. En même temps, il organise en France une association spirituelle invitée à soutenir l’apostolat dont les statuts sont publiés à Alger en 1909 et que Massignon animera après la mort de Charles de Foucauld.

Ici, c’est une connaissance plus historique, et sans intention hagiographique, qu’a tentée M. Serpette, à partir des manuscrits, documents, carnets mais aussi abondantes correspondances de Foucauld. C’est une approche assez nouvelle, comme le souligne Théodore Monod dans sa préface ; Jean- François Six conclut en postface qu’il s’agit du premier grand travail scientifique sur ce sujet et qu’il rend justice à Charles de Foucauld pour son exemplaire contribution.

Au-delà de cet aspect, il faut méditer le témoignage de Massignon, reconnaissant que Foucauld l’a conduit à la découverte expérimentale du sacré chez les autres.

Je vous souhaite de lire ce livre.

____________________________
* Nom local de la langue touarègue.

Commentaire

Ajouter un commentaire

DUCLERCQ répondre
8 juin 2012 à 8 h 33 min

CHARLES DE FOUCAULD : « Les Métamorphoses de Soi »

Un excellent résumé de l’aventure saharienne de Charles de Foucauld au contact des Touaregs. Je viens pour ma part, au terme de deux années de travail, d'achever un ouvrage à propos de Charles de Foucauld: "Les Métamorphoses de Soi". Car Charles de Foucauld , c'est d'abord une aventure de soi aux risques de l'Autre. En 536 pages très documentées, j'explore au travers de l'aventure intérieure singulière de de Foucauld, les phénomènes universels qui ordonnent nos transformations. L'écrivain Christian BOBIN a dit de ce livre : "Vous avez fait un travail de fond de mine, nourri… On n'écrit pas ainsi sans quelque nécessité impérieuse, radicale. Dans ce sens, ce livre est une énigme." L’homme est un mutant unique en son genre : personnage hors norme, Charles de Foucauld en offre par sa vie une étonnante illustration ‘’Les Métamorphoses de soi’’ emprunte l’itinéraire profane et spirituel de cet homme en constante transformation qui brouille ses traces à mesure qu’il avance. Changement de noms, de costumes, de langues, de territoires,… l’ouvrage suit le personnage pas à pas pour tenter d’en saisir le fil conducteur. Inséré à la charnière du XIXe et du XXe siècle et cerné par deux guerres, le récit nous fait explorer la belle époque, la 3ème république, le Maghreb en voie de colonisation, une France et une Europe en pleine gestation. Du frère charnel substitué au frère ainé révélé, Charles de Foucauld dépossédé va-t-il parvenir à s’admettre assez pour accepter sa naissance dans la mort désirée ? Du chaos de soi à la construction d’un “Nazareth intérieur” , ‘’les Métamorphoses de soi’’ sont un essai narratif fondé sur ses propres écrits. Disponible à la commande sur : http://www.thebookedition.com/les-metamorphoses-de-soi-antoine-duclercq-p-76090.html

Répondre