Faut-il brûler la science ?

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°571 Janvier 2002Par : André ROUSSET (51)Rédacteur : Extrait de la Préface d’Hubert CURIEN, président de l’Académie des sciences

Ce livre est un témoignage et un plaidoyer. Il est aussi devenu un testament : son auteur, notre ami regretté André Rousset, nous a quittés juste après l’avoir écrit.

C’est le témoignage d’un expert qui a connu, de l’intérieur, les trois volets du sujet dont il traite : la recherche fondamentale, la technologie industrielle et les mécanismes politiques et administratifs de gestion de la science et de la technologie.

André Rousset fut en effet un physicien très apprécié dans le domaine de la physique des particules élémentaires. Au laboratoire de l’École polytechnique, au Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et au Centre européen de recherche nucléaire (le CERN, à Genève), il a donné toute la mesure de son talent et de sa capacité de découverte. […] André Rousset fut l’un des brillants équipiers du peloton mené par Louis Leprince-Ringuet à l’assaut des mystères de la nature ultime de la matière.

André Rousset consacra aussi une dizaine d’années à la recherche et à la technologie, d’abord comme conseiller à la Délégation à la Recherche scientifique et technique (DGRST), puis en qualité de conseiller scientifique auprès du ministre de la Défense. Les mécanismes de soutien public à la recherche civile et militaire lui étaient donc bien connus. Il fut un acteur engagé au meilleur niveau dans les instances officielles.

Enfin, André Rousset a, pendant une dizaine d’années encore, apporté ses compétences à la compagnie industrielle “ Aérospatiale ”, où l’on fait appel aux techniques les plus avancées.

De ces expériences intensément vécues, l’auteur tire des conclusions critiques : les politiques qui régissent le monde contemporain n’apportent pas à la science et à la technologie l’attention qu’elles méritent, ou du moins ne les considèrent pas de la meilleure manière. Notre vie quotidienne est imbibée de technologie, mais ce qu’il est encore convenu d’appeler “ culture ” n’a pas vraiment intégré la science. […]

J’ai lu l’ouvrage d’André Rousset avec intérêt, bien sûr, mais aussi avec émotion. Voilà un savant qui n’a pas voulu quitter notre monde sans laisser un message fort : l’homme est doué de raison, puisse-t-il s’en servir !

Poster un commentaire