Être parrainée, une expérience inoubliable

Dossier : ExpressionsMagazine N°668 Octobre 2011
Par Yue ZUO (09)

Avant moi, Pierre Woltner et son épouse avaient eu une première filleule roumaine : c’est cette heureuse expérience qui les a poussés à participer pour la deuxième fois au parrainage organisé par l’AX, et dont j’ai la chance d’avoir tout le bénéfice. Depuis mars 2010, ils sont devenus des amis dont j’apprécie les conseils et à qui je voue une entière confiance. Comme des parents, ils me font découvrir peu à peu les différents aspects de la société française.

Je me souviens très bien du jour de notre rencontre. Après la réunion officielle organisée par l’AX à la Maison des X, nous nous sommes rendus au parc de Bagatelle pour découvrir et admirer les premiers signes du printemps. Dans la soirée, Pierre et Sabine m’ont invitée à dîner chez eux – le premier d’une longue série -, où j’ai découvert le meilleur de la gastronomie française. Avec mon français imparfait, la communication n’était pas facile, mais les choses se sont vite améliorées, en partie grâce à nos rencontres régulières et enrichissantes. Ensemble, nous découvrons l’héritage de l’Europe et de la France, châteaux et sites historiques, mais aussi spectacles à l’Opéra Garnier. De telles opportunités de découvrir la richesse de la culture européenne et de pénétrer dans les hautes sphères de la société française sont vraiment irremplaçables.

Mais, pour moi, le parrainage est plus que le seul geste de donner ou de recevoir : c’est un véritable échange culturel et une relation amicale. J’ai invité plusieurs fois Pierre et Sabine dans des restaurants asiatiques. Cet été, ils sont venus me voir défiler sur les Champs-Élysées. À chaque dîner, nous oublions l’heure et discutons jusqu’à très tard. Peu après notre rencontre, lors d’un voyage en Chine, mes parrain et marraine sont allés jusqu’à ma ville natale, ce qui m’a beaucoup touchée. Cette année, ils ont accueilli à bras ouverts ma mère qui m’a ensuite confié combien elle appréciait que j’aie la chance d’être leur filleule.

L’année prochaine, ils se lanceront probablement dans le parrainage d’un nouvel élève : je suis heureuse que leur amitié et leur générosité s’exercent envers d’autres, mais, quant à moi, je suis sûre de garder cette amitié pour toujours.

Le parrainage en bref
L’École polytechnique s’est résolument engagée dans son internationalisation : chaque promotion compte maintenant 100 élèves internationaux, une partie provenant du cursus classique des classes préparatoires (les EV1), la majorité arrivant d’un concours ouvert à des élèves issus d’une filière universitaire française ou étrangère (EV2) et visant à accroître la diversité des origines et le rayonnement de l’École hors des régions francophones. C’est pour les soutenir au début de leur parcours que l’AX, en accord avec la Direction de l’École et la Fondation, a mis sur pied depuis 2005 un système de parrainage des élèves étrangers entrant à l’École, par des anciens élèves français ou étrangers.
Le parrain s’engage pour un an auprès de l’élève. Il lui permet de se familiariser avec son pays d’accueil, sa culture et sa langue, par exemple grâce à des rencontres, visites, invitations à des repas, sorties, week-ends. Il lui apporte un soutien en cas de besoin (recherche de stages, conseils pour sa formation ultérieure, connaissance d’un milieu professionnel, etc.). De façon générale, il veille à maintenir un lien régulier avec lui, il reste à son écoute et constitue un point d’appui pour lui. Il s’agit à la fois de rendre service aux élèves internationaux de la voie 2 pendant leur séjour à l’École et au-delà, et de contribuer au développement durable d’un réseau international d’anciens.

Poster un commentaire