Ensemble, on accélère

Dossier : ÉditorialMagazine N°712 Février 2016
Par Bruno ANGLES (84)
Par Denis RANQUE (70)

Après un dialogue d’une grande qualité le gouvernement à défini la mission de l’Ecole et laisse a son président le soin de la traduire en plan stratégique précis, chiffré et financé.

La venue de trois ministres le 15 décembre 2015 à l’X marquera pour longtemps l’histoire bicentenaire de l’École polytechnique. Il est bien naturel que l’État, premier « actionnaire » mais aussi premier « client » de cette institution, lui définisse sa mission et son orientation stratégique au service de la nation, tout en laissant au Conseil d’administration, sur la proposition de son président Jacques Biot, la responsabilité de les traduire en un plan stratégique précis, chiffré et financé.

Comme l’a exprimé le ministre de la Défense, « il s’agit d’attirer les meilleurs élèves scientifiques français, et de leur offrir une formation reconnue internationalement pour son excellence, au bénéfice de la nation ».

Nous tenons à souligner d’une part la très grande qualité du dialogue avec le gouvernement et avec Bernard Attali, et d’autre part la très étroite collaboration entre l’X, la FX et l’AX qui ont permis d’atteindre un résultat particulièrement satisfaisant.

Ce plan capitalise sur les valeurs de l’X : excellence, interdisciplinarité, lien étroit avec la recherche, rattachement encore renforcé au ministère de la Défense, service de l’intérêt général, rigueur scientifique, recrutement basé, conformément aux valeurs du mérite républicain, sur un concours très sélectif et qui a durablement vocation à le rester.

Mais il va plus loin pour accroître l’ouverture, déjà très marquée, de l’X à l’international : attraction des meilleurs enseignants-chercheurs internationaux, mise en place dès 2016 d’un master polytechnique en anglais, passage de 100 à 150 par an du nombre d’élèves étrangers suivant le cursus polytechnicien – sans transiger, bien sûr, sur l’excellence du recrutement –, ouverture en 2018 d’un bachelor, qui ne constituera en rien une admission sur titre au cycle d’ingénieur polytechnicien mais permettra en revanche d’alimenter en bons candidats les filières masters ou le recrutement universitaire sur titre.

Ces dispositions seront complétées par la mise en place d’une Alliance de grandes écoles, fondée notamment sur les proximités géographiques existantes ou prévues, en vue d’accroître leur visibilité et leur attractivité internationales, en tirant parti des domaines d’excellence de chacune d’elles.

Cette alliance, composante de l’Université Paris Saclay, renforcera le potentiel déjà considérable de celle-ci ; elle pourra également s’ouvrir à d’autres écoles, qui entretiennent de longue date des coopérations majeures avec l’X. L’accent encore accru sur l’entrepreneuriat, l’internat de la réussite accueillant 60 élèves boursiers des classes préparatoires, et une évaluation régulière de la qualité des recrutements universitaires viendront compléter le dispositif.

Le ministère de la Défense s’engage pour sa part à hauteur de 60 millions d’euros dans les cinq années à venir pour accompagner l’ensemble de ces initiatives. Au nom de la Fondation et des donateurs, constitués pour l’essentiel par les anciens élèves, qui ont su contribuer pour 35 millions d’euros à la campagne précédente de levée de fonds, nous relevons le défi de « matcher » l’effort de l’État par un effort égal de 60 millions de dons sur les cinq prochaines années, en provenance des anciens et des entreprises. Nous comptons sur vous.
 

La lettre de mission du ministre de la Défense pour l’École polytechnique

 

Poster un commentaire