Telescope de nuit

De la physique à l’astrophysique

Dossier : PolytechniciennesMagazine N°712 Février 2016
Par Anne-Marie LAGRANGE (82)

Issue d’un milieu modeste, je ne connaissais rien à l’enseignement supérieur. Au lycée, j’envisageais de faire médecine car je pensais que c’était une bonne manière de continuer à étudier les maths et la physique. J’ai eu la chance d’être repérée par le Rotary Club de ma ville et d’être mise en contact avec un élève…

Connectez-vous pour lire la suite.
Se connecter S’enregistrer