Telescope de nuit

De la physique à l’astrophysique

Dossier : PolytechniciennesMagazine N°712 Février 2016
Par Anne-Marie LAGRANGE (82)

Issue d’un milieu modeste, je ne connaissais rien à l’enseignement supérieur. Au lycée, j’envisageais de faire médecine car je pensais que c’était une bonne manière de continuer à étudier les maths et la physique. J’ai eu la chance d’être repérée par le Rotary Club de ma ville et d’être mise en contact avec un élève…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.
Se connecter S’enregistrer