Coteaux d’Aix : l’élite de la Provence

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°578Rédacteur : Laurens DELPECH

A force de communiquer sur le rosé et l’art de vivre (soleil, cigale, oliviers…) la Provence n’a pas encore l’image d’une région productrice de grands vins. Certaines appellations, comme les coteaux d’Aix-en-Provence, sont pourtant le creuset d’excellents crus dont la race n’a plus rien à envier aux bouteilles les plus prestigieuses, en rosé – bien sûr -, mais aussi en rouge et en blanc.

Entre Aix, l’étang de Berre et les Alpilles, le vignoble des coteaux d’Aix s’étend sur 3 500 hectares. L’appellation comprend une partie nord, zone de coteaux proche de la Durance, où on fait des vins assez fermes, marqués par une certaine acidité et une partie sud, sur le pourtour de l’étang de Berre qui produit des vins souples, exprimant très vite leur potentiel aromatique.

En son temps (dans les années soixante), Georges Brunet qui avait vendu le cru classé du Médoc Château La Lagune pour acheter le Château Vignelaure dans les coteaux d’Aix avait déjà montré que des vins de grande qualité peuvent être produits dans cette appellation.

Depuis, un nombre croissant de domaines se sont engagés dans une démarche qualitative. Ils produisent des rouges solides et charpentés, des rosés vifs et fringants et des blancs qui, grâce aux nouvelles techniques de vinification, ont désormais la fraîcheur et la vivacité qui pouvaient leur faire défaut autrefois.

Ancienne propriété de l’ordre de Malte s’étendant sur 1 000 hectares (90 hectares de vignes) proche de l’étang de Berre, le Château Calissane est un symbole du renouveau qualitatif des coteaux d’Aix-en-Provence. La Cuvée du Château est d’un remarquable rapport qualitéprix, mais le Clos Victoire représente la meilleure sélection, en rouge comme en blanc ou en rosé. Assemblage de syrah et de cabernet sauvignon élevé en fûts neufs, le Clos Victoire rouge est un vin concentré et rond, avec un goût délicieux de mûre et de cassis. Un vin plaisir mais avec une dimension de complexité aromatique et une longueur en bouche qui laissent prévoir une belle évolution après quelques années de cave. En rosé, il est élégant et fruité, avec beaucoup de gras. Le blanc est délicieux, à la fois suave et puissant.

On trouve le Clos Victoire dans les plus grands restaurants de la Provence et de la Côte-d’Azur, comme l’Oustau de Baumanière aux Baux-de-Provence ou le Louis XV (Ducasse) à Monte- Carlo, mais aussi à Paris chez Guy Savoy ou au Bistrot du Sommelier. Le domaine produit également de délicieuses huiles d’olive, concentrées et proches du fruit. C’est une bonne adresse pour les amateurs de tourisme viticole, car la propriété accueille des visiteurs tous les jours, même le dimanche.

Le Château Revelette appartient à un Allemand (Peter Fischer) descendant des fondateurs de la colle Uhu. Peter Fischer a été formé en Californie où il a suivi les cours d’œnologie de l’université de Davis, ce qui ne l’empêche pas de maîtriser toutes les subtilités du terroir provençal. Ses cuvées “ Grand Blanc ” et “ Grand Rouge ” comptent parmi les meilleures de l’appellation. Composé à 100% de chardonnay, le “Grand Blanc” est particulièrement original, bien qu’il soit vendu sous l’appellation vin de pays, car le chardonnay ne fait pas partie des cépages autorisés par l’INAO pour les coteaux d’Aix…

Adossé aux collines de la Trévaresse, le Domaine Les Bastides a été créé de toutes pièces en 1976 par Jean Salen, qui le dirige avec sa fille Carole. Les vins sont d’une puissance et d’un équilibre remarquables. Les rouges (surtout la cuvée Valéria) ont un beau potentiel de vieillissement et les prix restent modestes. Ce domaine a été le premier à reprendre la tradition du fameux “ vin cuit ” que l’on boit en Provence au moment de Noël. C’est un vin doux, très original, au goût de melon et de fruits confits.

Avec ses 150 hectares de vignes, la Commanderie de la Bargemone est le plus grand domaine de l’appellation. On y trouve des vins sans prétention, bien faits (notamment la Cuvée Tournebride) et pas chers.

Situé à Eygalières, le Domaine d’Éole est exploité en culture biologique. La Cuvée Léa, composée de syrah et de grenache, est un des grands vins des coteaux d’Aix. Le domaine fait aussi un excellent rosé, frais et fruité.

On ne saurait enfin conclure ce tour d’horizon de l’appellation sans revenir là où tout a commencé, au Château de Vignelaure, qui appartient maintenant à une famille irlandaise, les O’Brien, des spécialistes de l’élevage et de l’entraînement de chevaux de course (plusieurs de leurs champions ont remporté le prix de l’Arc de Triomphe) qui se sont diversifiés dans le vin. Les premiers résultats sont prometteurs, en rouge comme en rosé.

Poster un commentaire