Comment la IIIe République a sombré

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°739 Novembre 2018Par : Éric FreysselinardRédacteur : Bernard Dubois (64)Editeur : PUN – Éditions universitaires de Lorraine, 2018

Marguerite Lebrun, épouse du dernier président de la iiie République, aime écrire et tient un journal abondant et détaillé depuis son adolescence. Son arrière-petit-fils rassemble ici la séquence qui s’étend de septembre 1939 à juillet 1940 couvrant ainsi la période dramatique de la drôle de guerre et de l’invasion jusqu’à l’armistice mais surtout, et c’est le sous-titre de l’ouvrage, les derniers jours de la iiie République avant la mise en place du gouvernement de Vichy. Beaucoup a déjà été écrit sur cette période que l’auteur synthétise utilement en tête de l’ouvrage. Même si l’auteur a épuré le journal de ses parties les plus privées, Marguerite s’y montre une mère inquiète pour son fils mobilisé et sa famille dispersée, une épouse soucieuse de la santé de son mari et souffrant avec lui de son impuissance devant la déliquescence nationale. Elle se montre aussi patriote et désireuse de subvenir aux malheurs de la population comme elle le peut. Il en résulte un témoignage personnel et direct, vivant et agréable à lire. Marguerite est très bien renseignée et il est particulièrement intéressant de découvrir les sentiments de l’époque au jour le jour, en particulier les conditions de vie à Paris et la grande incertitude quant aux plans allemands et quant à la durée de la guerre. Rappelons que Albert Lebrun était polytechnicien et que sa femme vient d’une famille comptant de nombreux polytechniciens. 

Poster un commentaire