Magazine N°707 Septembre 2015 - Arts,Lettres et Sciences
  • Dernier magazine (726)
  • Magazine de l'article (707)
Rédacteur Jean SALMONA (56)

Articles du dossier

Par le Metropolitan Opera, New York, mise en scène Peter Sellars, direction John Adams
Rédacteur Marc DARMON (83)
Rédacteur Jean SALMONA (56)
Rédacteur Jonathan CHICHE (05)
Rédacteur Hubert LÉVY-LAMBERT(53)
Par Sous la direction de Denise Flouzat-Osmont d’Amilly et Pierre-Henri Cassou (66)
Rédacteur Gérard DRÉAN (54)
Par Avec l’assistance de Dominique MERCIER et Valérie PASCALE Bernard ZIMMERN (49)
Rédacteur Gérard DRÉAN (54)
Par Philippe HAYAT (85)
Rédacteur Serge RAFFET (50)
Par Jean-Louis BOBIN (54)
Rédacteur Jean NETTER (65)
Par Jean-Louis BOBIN (54)
Rédacteur Jean NETTER (65)

Renaissances

Aucun doute : la seule façon vraiment
intéressante de faire de la musique
(ou de la littérature, ou de la peinture,
ou du cinéma) c’est celle de maître Wang
et de maître Nabokov : ne pas faire
semblant, mais faire renaître, ou naître.

Claude Roy, Les rencontres des jours

Mélodies : Hahn, Fauré, Byrd

Dans la mollesse délicieusement coupable d’un après-midi de la fin de l’été, quoi de plus reposant que des mélodies qui n’ont d’autre prétention que de nous être agréables ? On n’en finit pas de redécouvrir celles de Reynaldo Hahn, ce Proust de la musique, et aussi celles de Fauré.

L’excellent baryton Mario Hacquard – voix typique de l’école française, chaude et claire, parfaitement en situation avec ces poèmes fin de siècle – accompagné par Claude Collet, a enregistré1 une vingtaine de ces mélodies parmi les moins connues.

De Hahn, écoutez Néère extraite des Études latines (Leconte de Lisle), néoclassique, exquisément décadente ; de Fauré, Ô mort, poussière d’étoiles (Charles Van Lerberghe), proche de l’atonalité et qui annonce, curieusement, Billy Strayhorn.

Les pièces pour clavier de William Byrd (1540-1623), compositeur prébaroque de la tardive Renaissance anglaise, sont de véritables mélodies. Jean-Luc Ho joue au clavecin ou à l’orgue ces pièces issues soit de chansons populaires soit de la liturgie2, qui révèlent une musique tour à tour légère ou austère, beaucoup moins connue que celles de l’Italie ou de la France de la même époque.

Chostakovitch par lui-même, Weinberg

CD Shostakovitch plays ShostakovitchIl n’existe peut-être pas de musique plus personnelle, plus liée à l’existence – difficile – du compositeur que celle de Chostakovitch.

C’est là ce qui fait tout le prix de l’interprétation de ses oeuvres par Chostakovitch lui-même au piano, dont on réédite aujourd’hui des enregistrements de 1958-1959, peu de temps avant qu’atteint par la maladie, il cesse de jouer3 : les deux Concertos pour piano (dont le Concerto pour piano, trompette et cordes), avec l’Orchestre national dirigé par André Cluytens ; la Sonate pour violoncelle et piano avec Mstislav Rostropovitch ; et une série de pièces pour piano : Trois Pièces fantastiques, et huit des vingt-quatre Préludes et Fugues.

Ce qui frappe dès l’abord, c’est la parfaite technique de l’exécutant – Chostakovitch était d’abord pianiste – et le style : piano lumineux et percutant, comme Bartok et Prokofiev. Ces enregistrements superbes, clairs et émouvants illustrent mieux que le ferait une confession la vie du compositeur : le 1er Concerto, la Sonate, les Trois Pièces fantastiques sont de l’époque la plus dure du stalinisme, où Chostakovitch était en permanence sur le fil du rasoir ; tandis que le 2e Concerto est l’œuvre apaisée et sereine d’un homme qui a échappé au danger et qui peut vivre, enfin. Deux très grands disques. 

CD Weinberg direction Jacek KaspszykChostakovitch fut le mentor, le protecteur et l’ami de Weinberg (1919- 1996), immigré en Union soviétique en 1939, et dont la rencontre avec Chostakovitch fut pour Weinberg, dit-il, une « re-naissance ».

On commence à peine à découvrir en Occident Weinberg, qui aura été un des trois compositeurs russes majeurs du XXe siècle, le troisième étant Prokofiev. Parmi ses vingt-deux symphonies et neuf concertos, un disque récent présente sa 4e Symphonie et son Concerto pour violon, par l’Orchestre philharmonique de Varsovie dirigé par Jacek Kaspszyk, avec Ilya Gringolts en soliste4.

Œuvres tonales, qui s’inspirent à la fois de Mahler et Prokofiev, et cependant très originales : musique puissante et remarquablement orchestrée, aux thèmes lyriques, aux harmonies subtiles, avec une dimension tragique permanente, qui fut celle de la vie de Weinberg.

Contemporains (très audibles)

CD Horner : Pas de deuxJames Horner (1953-2015), compositeur de musique de films à Hollywood, a écrit, sous le nom de Pas de deux, un double concerto pour violon, violoncelle et orchestre, que viennent d’enregistrer Mari et Hakon Samuelsen et le Royal Liverpool Orchestra dirigé par Vasily Petrenko5.

À l’instar de Korngold jadis, Horner a entrepris d’écrire une oeuvre « classique » dans le style de sa musique de films. Le résultat est une pièce lyrique, agréable et bien écrite, séduisante bien que quelque peu invertébrée.

Sur le même disque, des pièces d’Arvo Pärt, de Giovanni Sollima, de Ludovico Einaudi, toutes sur le principe de la musique plus ou moins répétitive, lyriques, agréables et quasi hypnotiques.

CD Beffa : Suite pour clavier par Vanessa Benelli MosellDans la foultitude des compositeurs d’aujourd’hui, Karol Beffa émerge comme l’un des plus prometteurs, et le plus séduisant des contemporains français. Sa Suite pour clavier, dans l’esprit de Couperin (« la Volubile », « la Ténébreuse », « la Déjantée ») est une petite merveille de musicalité et de concision, avec des clins d’oeil à Stravinski et Gershwin.

Elle a été enregistrée par Vanessa Benelli Mosell6 avec les Trois Mouvements de Petrouchka de Stravinski, joués à la fois avec brio et couleur, jeu heureusement pas trop percutant contrairement à certains interprètes.

Enfin, sur le même disque, huit Klavierstücke de Stockhausen, petits météores qui ont le mérite de la brièveté. Stockhausen aura été un créateur prolifique du XXe siècle à qui on doit des oeuvres aussi marquantes – et émouvantes – que Hymnen et Stimmung. Dans un moment un peu creux de la création musicale, on peut espérer que sa musique connaisse, enfin, une véritable renaissance.

__________________________________________
1. 1 CD Polymnie.
2. 1 CD Accent tonique.
3. 2 CD Warner.
4. 1 CD Warner.
5. 1 CD Mercury.
6. 1 CD Decca.

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités