TÉMOIGNAGES

Dossier : CAHIER CENTRAL : Le Point GAMMAMagazine N°665 Mai 2011

Remplir la caisse

L'organisation du Point Gamma, en 1944, était de la responsabilité de la Kès qui remplissait sa "caisse" à cette occasion. Nos deux caissiers sont décédés. Victor Rosset et moi-même avons pris le relais pour maintenir la cohésion de la promo, mais nous n'avons évidemment aucune archive. Dommage.

Michel Artaud (44)

 


Quand le Point Gamma faisait le printemps

C'est en l'an 1805 que notre École a été installée rue Descartes, sur la "Montagne Sainte-Geneviève ". Le premier Point ? s'y est déroulé en 1862. Cette fête marquait le passage de l'hiver au printemps, le 21 mars (équinoxe de printemps). Les élèves étaient grimés et travestis et formaient un long et bruyant monôme qui parcourait les couloirs et les cours de l'École. C'était un genre de carnaval, auquel ne participaient que les élèves et qui ne sortait pas de l'enceinte de l'École.

Le 21 mars étant sous le signe du Bélier, cela explique le choix du γ et de ses cornes. La fabrication des guirlandes et costumes, les essayages, les répétitions, les préparatifs divers ont fini par nécessiter une période de deux semaines durant lesquelles toutes les études étaient suspendues, toutes les têtes étaient en délire.

L'autorité s'émut de la perte de temps et des lourdes dépenses que cette fête occasionnait et le Ministre la supprima en 1880. La tradition fut reprise en 1919 avec interruption pendant la Deuxième Guerre mondiale, de 1940 à 1947.

Mais pourquoi le Point γ qui devrait marquer l'avènement du Printemps, le 21 mars, se déroule-t-il en mai?

André Luc (48)


Very superior old promotion

Je ne sais si l'alcool a toujours droit de cité au Point Gamma. Il y a cinquante ans et plus, il était de mise, approvisionné à prix d'amis auprès de camarades producteurs. Les excédents étaient stockés dans la cave de la Kès et revendus au fil du temps aux camarades amateurs. Notre casert avait jeté son dévolu sur un fort estimable cognac VSOP.

Attachée au goulot de la bouteille, une petite fiche permettait à chacun de noter ses consommations ou celles qu'il offrait à ses camarades, le prix étant ensuite partagé au prorata. L'offre d'une tournée générale était monnaie courante et les bouteilles défilaient rapidement.

Notre casert formait l'ossature de l'équipe de football. Celle-ci se fit rapidement remarquer, tant par ses dribbles imprévisibles que par son impuissance face aux buts adverses, dont le gardien paraissait curieusement dédoublé. L'épuisement des stocks vint à temps nous arrêter sur cette pente savonnée. Depuis, nous ne buvons plus que de l'eau ferrugineuse.

Jean-Marc Chabanas (58)

 


Eurydice Express

Le Styx, le vrai, se situe comme chacun sait dans les profondeurs de la Montagne Sainte-Geneviève. Le grand problème est d'y accéder sans trop mépriser les consignes élémentaires de sécurité. Nous l'avons résolu avec élégance en reliant le PK aux profondeurs infernales par un ravissant escalier en colimaçon qui étreint la cheminée du chauffage. Celui-ci est suivi d'une voûte pseudo-romane destinée à faire oublier l'étroitesse du boyau final où l'on ne peut, certes, pas regarder si son Eurydice est toujours là.

Yves Stierlé (65)

 


Dans les rues de Paris

Mieux qu'un long discours, voici quelques photos du défilé que nous avons réalisé dans les rues de Paris pour assurer la promotion du Point Gamma.

Jerôme Cabouat (77)
et Laurent Bourrelier (77)

 


Les grosses têtes

Le Point Gamma en 1995… un rush incroyable pour dénicher des artistes, un départ à sec (comprenez : des coups dans l'eau) pour se retrouver avec finalement trop de (grosses) têtes d'affiche (Charlélie Couture, Bertignac, Dick Annegarn, JJ Johanson) et un gros challenge pour finir dans le vert ! Des heures de prévente et d'affichage plus tard, la soirée commence dans le stress. Résultat : plus de 9500 entrées, un record (à l'époque), ce qui nous a permis de verser un léger excédent à Médecins sans frontières. Contrat rempli.

Martin Bustarret (95), trésorier du Point Gamma

 


Élastique facultatif pour les anciens

Deux grues sont prévues cette année pour qu'un maximum de personnes puisse profiter du saut à l'élastique, attraction toujours très prisée. Baptême de Montgolfière et paint ball sont aussi au programme. Mais la grande nouveauté concerne les anciens. Dans un souci de rassembler durant une soirée la promotion du Plateau et toutes celles qui l'ont précédée, un Espace Prestige est créé, dans un lieu un peu à l'écart, au calme, réservé aux VIP de la soirée et aux anciens élèves, une sorte de salon tranquille et feutré, avant de plonger dans la pleine ambiance.

La Jaune et la Rouge, n° 545 (mai 1999)

Poster un commentaire