Musiques, époques

Dossier : Arts, lettres et sciencesMagazine N°754 Avril 2020
Par Jean SALMONA (56)

Bien entendu, sois de ton temps
Car on n’est pas de tous les temps,
Si l’on n’a pas d’abord été de son époque…

Sacha Guitry, Frans Hals ou l’Admiration

 

Mise à part celle de Bach, qui est intemporelle, toute musique est marquée par l’époque qui l’a vue naître. Effet de mode, conformité aux goûts du public, toute-puissance d’un maître ou d’une icône – que l’on songe à l’influence dominatrice de Pierre Boulez sur la musique française de la deuxième moitié du XXe siècle ou à celle, plus douce, de Duke Ellington sur le jazz des années 40 – un créateur doit avoir l’âme bien trempée pour se soustraire à l’air du temps.


Un moment musical chez les SchumannUn moment musical chez les Schumann

Sous ce titre, Cyrielle Golin, violoncelle, et Antoine Mourlas, piano, ont enregistré une œuvre du grand Schumann (Robert), Fünf Stücke im Volkston, et deux sonates des deux frères Camillo et Georg
Schumann que seules l’homonymie et l’origine géographique – la Saxe – rapprochent de Robert. Ce dernier a écrit ses cinq pièces dans le goût populaire en 1849, au cœur de la période faste du romantisme allemand. Bien que tardives dans la carrière du compositeur, elles ont la fraîcheur, l’originalité et l’allant des œuvres de jeunesse. Les sonates des deux autres Schumann, composées respectivement en 1897 (Georg) et 1905 (Camillo) relèvent, curieusement, du romantisme le plus pur, en décalage avec les tendances de l’époque – rappelons que le Quatuor de Debussy date de 1893 et La Nuit transfigurée de Schoenberg de 1899. Mais l’influence de Brahms est là, omniprésente, avec des réminiscences de Mendelssohn et aussi, tout de même, un parfum de Rachmaninov.

1 CD KLARTHE


La Grande GuerreLa Grande Guerre

Les éditions Hortus et WW1 Music ont entrepris depuis longtemps une série d’enregistrements sur le thème « Les musiciens et la Grande Guerre ». Le dernier disque de la série  est une compilation des 29 disques précédents qui, sous le titre La gazette du Conservatoire, reprend le nom d’une initiative des sœurs Boulanger, réseau social avant l’heure des « poilus » musiciens. Y sont rassemblées des œuvres composées pendant la guerre, la plupart par des compositeurs engagés dans les combats et dont certains y ont laissé leur vie, comme la Sonate pour violoncelle et piano de Joseph Boulnois, d’autres écrites à l’arrière pendant le conflit comme les pièces de Nadia Boulanger, et aussi des chansons nées dans les tranchées. Certains des compositeurs sont inconnus aujourd’hui, d’autres plus connus comme Jacques Ibert, André Caplet. Mais toutes ces pièces, émouvantes, sont évidemment marquées par les circonstances de leur écriture et collent, entièrement, à leur époque.

1 CD WW1 MUSIC


Karol Beffa – TalismanKarol Beffa – Talisman

Lorsque le programme d’un concert inclut une œuvre contemporaine, souvent une création suite à une commande, la question que se pose l’auditeur inquiet est : « Est-ce audible ? » ce qui signifie « cette œuvre va-t-elle susciter l’intérêt et aussi l’émotion, sans préparation préalable, chez quelqu’un dont l’écoute a été façonnée par la musique occidentale de 1700 à 1950 ? » Si la réponse est négative, l’auditeur feindra un intérêt poli pendant l’exécution tout en consultant sa montre à la dérobée. La musique de Karol Beffa échappe avec bonheur à ce dilemme, tout en étant profondément novatrice et voici comment. Au début de l’œuvre, l’auditeur est en terrain connu, à première vue tonal. Au fur et à mesure que l’œuvre se déroule, les harmonies se font plus complexes, l’orchestration plus recherchée. L’auditeur est embarqué malgré lui dans un voyage onirique et non seulement il ne décroche à aucun moment mais il y prend de plus en plus de plaisir. Écoutez Le bateau ivre ou Les Ruines circulaires, deux des neuf pièces de l’album Talisman  que viennent d’enregistrer l’Orchestre national et l’Orchestre philharmonique, -respectivement, et vous serez séduit, conquis par la richesse -harmonique, la subtilité des combinaisons de timbres, la puissance poétique de cette musique, qui s’inscrit dans la continuité de Wagner, Debussy, Ravel, Messiaen, Chostakovitch tout en étant profondément originale. Karol Beffa ne se conforme à aucune mode, ne suit aucune école : il crée, à lui tout seul, la musique de notre époque.

1 CD KLARTHE

Poster un commentaire