L’exercice du pouvoir dans l’entreprise et l’administration – Pangloss n° 30

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°558 Octobre 2000Par : FNEPRédacteur : Jérôme LIONET (92)

Présentation

Présentation

Pour la tren­tième année con­séc­u­tive, la Fon­da­tion nationale entre­prise et per­for­mance (FNEP), désor­mais présidée par F. Ailleret, pub­lie le rap­port d’étude de sa mis­sion prin­ci­pale. Cette étude a rassem­blé pen­dant plus d’un an qua­tre cadres de l’administration (dont une Indi­enne de l’administration de New Del­hi) et qua­tre cadres d’entreprises (SNCF, EDF, Siemens) sur le thème, ô com­bi­en ! vaste de l’Exercice du pou­voir dans l’administration et l’entreprise. Sous le men­torat de François-Xavier Ortoli (prési­dent d’honneur du MEDEF inter­na­tion­al, ancien min­istre, ancien prési­dent de la Com­mis­sion européenne), la mis­sion a d’abord étudié le sujet en France par une série de ren­con­tres, puis au Roy­aume-Uni, en Alle­magne, Inde, Pologne, Espagne, États-Unis et finale­ment au Japon.

Le rap­port aujourd’hui pub­lié a don­né lieu à une présen­ta­tion publique le 13 juin dernier devant une assis­tance nombreuse.

Contenu du rapport

Pourquoi l’exercice du pou­voir dans l’entreprise et l’administration fait-il aujourd’hui ques­tion ? Quelle est l’ampleur de sa mise en cause ? Telles sont les inter­ro­ga­tions qui for­ment la trame du présent rapport.

On a pris l’habitude d’opposer l’entreprise pro­duc­trice de richess­es et l’administration pro­duc­trice de normes ; des valeurs, des buts et des moyens dif­férents sem­blent con­forter cette oppo­si­tion. Pour­tant, l’entreprise et l’administration sont essen­tielle­ment des organ­i­sa­tions, rich­es à ce titre de simil­i­tudes : struc­ture rationnelle et hiérar­chique, divi­sion des tâch­es, sys­tème d’autorité et de com­mu­ni­ca­tion. Elles sont aus­si des lieux de rela­tion et de ten­sion, c’est-à-dire des lieux de pou­voir. Étudi­er l’exercice du pou­voir, c’est étudier :

– ses com­posantes (les acteurs à la fois sujets et objets) ;
– sa nature (les axes selon lesquels il s’exerce) ;
– son con­tenu (sens).

L’entreprise et l’administration sont con­fron­tées à une muta­tion désor­mais per­pétuelle de leur envi­ron­nement qui souligne l’obsolescence des organ­i­sa­tions tra­di­tion­nelles. Il en résulte des ten­sions : ten­sions entre les action­naires, les salariés (ou leurs représen­tants), les dirigeants et les clients de l’entreprise, ten­sions entre les ser­vices cen­traux, les ser­vices décon­cen­trés et les usagers de l’administration.

La maîtrise de la con­tra­dic­tion ne suf­fit plus à légitimer l’exercice du pou­voir. Il ne suf­fit plus de “ coller ” à une nou­velle donne économique et sociale, il faut inté­gr­er le change­ment dans l’organisation, les cul­tures et les esprits, c’est-à-dire dans l’exercice du pouvoir.

Poster un commentaire