Un camion d'Emmaüs

Commentaire

Ajouter un commentaire

georges64répondre
3 avril 2014 à 18 h 21 min

« Mais voilà qu’une communauté

"Mais voilà qu'une communauté l'accueille, le loge, le nourrit, le soigne, lui donne des droits sociaux, y compris ceux de la retraite" Comme tout cela est bien dit… On l'accueille oui, si il y a de la place et si il est plutôt chauffeur ou cuistot… On le loge, oui, mais c'est à titre ultra précaire car il n'a aucun contrat d'aucune sorte…on le soigne, oui, mais vaut mieux qu'il soit pas trop malade car sinon… On lui donne des droits sociaux, oui, mais beaucoup moins que si il était un citoyen ordinaire,

il n'a pas doit aux allocations chômage si il perd son travail et les bases sur lesquelles cotise Emmaüs sont si ridicules (40% du SMIG) que l'on ne devrait pas parler de retraite pour la misérable aumône qu'il touchera au bout de plus de 50 années de cotisation (heureusement que le minimum vieillesse existe)…

Et puis aussi on peut l'exclure à tout moment sans préavis et sans possibilité de recours car il n'a aucun contrat de travail d'aucune sorte et il perd alors et le travail et le logement. C'est une espèce de rituel barbare pratiqué par toutes les communautés que l'on nomme "faire le sac" ou PSG (pécule -sac-gare)…

Répondre