L’ Effet de serre

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°573Par : Hervé LE TREUT et Jean-Marc JANCOVICI (81)Rédacteur : Gérard MÉGIE (65), président du CNRS
 

Le débat sur l’éventualité d’un changement climatique lié à l’effet de serre additionnel induit depuis le début du XXe siècle par les activités humaines concerne aujourd’hui chacun d’entre nous. Il importe donc que tout citoyen puisse apprécier les tenants et aboutissants d’un problème d’environnement qui met directement en cause les grands équilibres de notre planète à l’échéance des prochaines décennies. Problème complexe par le fait qu’il met en jeu l’ensemble des processus qui régissent et couplent entre eux les différents compartiments de l’environnement terrestre – océan, atmosphère, biosphère. Et qu’il trouve son origine dans nos modes de production d’énergie fondés sur l’utilisation sans contrainte d’une énergie fossile (carbone, pétrole, gaz) que la Terre a mis des millions d’années à produire, et dans la mise en œuvre d’une agriculture productiviste fondée sur la culture intensive et l’élevage.

D’où l’ampleur des incertitudes liées à cette double complexité, aussi bien sur notre compréhension du fonctionnement du système climatique que sur l’élaboration des scénarios du futur ou l’appréciation des impacts et la mise en perspective des différents types de risques auxquels nous devrons faire face. Comment, face à cette complexité, définir des stratégies permettant une prise en compte de cette évolution non contrôlée de la Terre, et ce alors même que les changements induits dans notre environnement viennent se superposer aux défis que posent l’état de pauvreté, la mauvaise santé et la malnutrition d’une large part de l’humanité ?

Comment procéder au nécessaire développement des pays du Sud, alors même que nos propres modes de développement sont incompatibles avec un développement durable de la planète ?

L’ouvrage d’Hervé Le Treut et de Jean-Marc Jancovici s’efforce avec succès d’aborder l’ensemble des problématiques du changement climatique. Exercice difficile puisqu’il suppose de maîtriser des domaines aussi différents que les sciences de l’environnement et du climat, les aspects techniques et économiques de la production d’énergie et les problèmes de développement. C’est donc tout le mérite des auteurs d’avoir su mettre à la portée du grand public ces différents aspects du problème en commençant par le fonctionnement de la machine climatique, dont ils montrent avec pertinence qu’il répond à un équilibre dynamique soumis, à l’échelle des temps géologiques, aux modes naturels d’évolution de la planète Terre alors qu’aujourd’hui la nature des changements induits par l’homme dans l’environnement planétaire, leur intensité, à la fois amplitude et rapidité, sont sans précédent dans l’histoire de l’humanité, et probablement dans toute l’histoire de la Terre.

Dans une seconde partie dédiée à l’analyse de l’effet des activités humaines, Hervé Le Treut et Jean-Marc Jancovici mettent en évidence aussi bien les acquis scientifiques que les incertitudes encore nombreuses dans notre capacité à prévoir l’évolution du climat. Ils remplissent ainsi le double devoir de responsabilité et d’alerte qui incombe aux scientifiques. C’est pourtant dans ce contexte d’incertitude qu’il nous faut aujourd’hui prendre des décisions lourdes de conséquences pour les générations futures en se fondant sur l’outil encore imparfait qu’est la modélisation.

Les auteurs en montrent à la fois les limites et tout l’intérêt pour autant que nous admettions que notre futur ne peut être envisagé que de façon statistique et non déterministe. De plus, les incertitudes ne viennent pas seulement de notre compréhension imparfaite du fonctionnement de la planète et de la difficulté inhérente à prendre en compte l’ensemble des processus qui la régissent, mais aussi de notre plus ou moins grande volonté à faire évoluer nos comportements en matière d’utilisation de l’énergie, de choix de nos modes de transport, ou de développement de notre agriculture.

Quoi que nous fassions aujourd’hui le XXIe siècle sera un siècle de rupture, et nous ne pourrons vraisemblablement pas éviter d’avoir à nous adapter à un changement climatique. Mais, de notre capacité à anticiper sur des effets, dont les auteurs nous montrent toute la difficulté que nous rencontrons à en évaluer la portée, qu’il s’agisse des modifications des écosystèmes, de l’élévation du niveau des mers, des ressources en eau ou de la santé, dépend pour une large part le devenir de notre planète, et donc celui des générations futures.

C’est ce concept du développement durable qui est mis en avant dans la dernière partie de l’ouvrage par l’analyse des responsabilités actuelles dans les émissions de gaz à effet de serre et des marges de manœuvre dont nous pouvons disposer.

Travail des experts, prise de conscience des politiques, clivages entre pays du Nord et du Sud, négociations internationales, Hervé Le Treut et Jean- Marc Jancovici nous montrent que nous sommes tous concernés par un problème dont la solution implique un changement décisif dans nos modes de vie, de production et de consommation.

En éclairant les différents aspects d’un débat difficile dans un ouvrage facile d’accès, Hervé Le Treut et Jean-Marc Jancovici contribuent à la nécessaire prise de conscience du citoyen et ouvrent ainsi un espace de réflexion politique, au sens noble du terme, car tel est bien l’enjeu de ce problème planétaire.

Poster un commentaire