Icare trahi

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°679Par : Jean-Paul AUFFRAYRédacteur : François BUFFET (57)Editeur : Éditions Viviane Hamy – 2011 - 89, rue du Faubourg- Saint-Antoine, 75011 Paris.

Évariste Galois, au cours d’une vie très brève, a révolutionné la façon d’appréhender l’Algèbre et l’Analyse.

Né en 1811 à Bourg-la-Reine, il n’eut d’autre maître que sa mère, qui lui inculqua une solide culture classique.

Couverture du livre ICARE TRAHI de jean-Paul AUFFRAYAdmis en rhétorique à Louis-le- Grand à la rentrée de 1826, il ne fut pas jugé assez mûr et il dut retourner en seconde. Il en profita pour entrer, parallèlement, en Mathématiques préparatoires et c’est là qu’il eut la révélation de ses extraordinaires facultés. Il y fit son éducation, avec le soutien notamment du professeur Richard. Le seul objectif qui lui parut en cohérence avec sa passion était d’entrer à l’École polytechnique mais, n’étant pas préparé à la technique et au rituel du concours d’entrée, il y échoua deux fois.

Il fut nommé à l’École normale, alors appelée École préparatoire. Il avait déjà rédigé son premier mémoire, mais Cauchy, qui devait le présenter à l’Académie des sciences, l’égara. À l’école, il continua à travailler seul et il rédigea, en vue du Grand Prix de Mathématiques, un important mémoire, qui fut perdu à la suite du décès du secrétaire perpétuel de l’Académie.

Il adhérait à l’esprit des Trois Glorieuses. Il ne supportait pas l’esprit de l’École normale, qui s’opposait à celui de l’École polytechnique de Vaneau. Il se lia avec des républicains (Raspail, Blanqui…). Il fut exclu de l’école pour avoir mis en cause publiquement son directeur. Son troisième mémoire fut rejeté, sur le rapport de Poisson.

Son engagement en politique l’amena, lors d’un banquet républicain, à porter à Louis-Philippe un toast ambigu qui fut interprété comme un appel à un attentat contre le roi. Arrêté, il fut incarcéré à la prison Sainte-Pélagie, mais il fut acquitté en appel. Il fut arrêté à nouveau et condamné à six mois de prison pour port d’armes et port illégal de l’uniforme de la Garde nationale, qui venait d’être dissoute. Il retourna à Sainte-Pélagie, où il continua ses travaux. Transféré dans une maison de santé, il y rencontra « une coquette», qui est souvent donnée comme la cause du duel où il fut tué, à 20 ans.

Évariste Galois ne fut reconnu que longtemps après sa mort. Liouville procéda, en 1846, à la première publication de son œuvre mathématique, dont un élément majeur est le concept de Groupe.

Cette œuvre a ouvert des voies qui s’appliquent encore aujourd’hui dans des domaines aussi variés que la bio-informatique, la chimie, l’astrophysique, la cryptographie ou la modélisation des communications. Elle continue d’inspirer les travaux de nombreux mathématiciens du monde entier.

Poster un commentaire