Dominique Delise

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°557 Septembre 2000Par : Robert CHAPUIS (38) Avec l’assistance d’Henry OGERRédacteur : Robert CHAPUIS

Le hasard a voulu que, ces dernières années, soient découvertes en Normandie de précieuses archives que Dominique Delise (1780-1841), un officier des Armées impériales et un parmi tant d’autres comme lui sortis du rang avait laissées à sa famille.

Après une carrière militaire aussi mouvementée qu’exemplaire, commencée à l’âge de quinze ans au siège de Quiberon et se terminant comme chef de bataillon dans la Vieille Garde lors de la campagne de France, Dominique Delise, une fois devenu demi-solde en 1815, se révèle comme un hommes des plus cultivés.

Il a des talents d’écrivain. Il a l’esprit et l’oeil du scientifique et, par l’un de ses ouvrages, il laisse encore de nos jours son nom dans la science de la botanique.

Sa vie et sa biographie font honneur à ces deux villes de France qui lui étaient chères : Fougères, en Bretagne, sa ville natale, et Vire, en Calvados, qui devint en 1820 sa terre d’adoption.

Poster un commentaire