La box domotique Tydom de Delta Dore

DELTA DORE : la maison connectée made in France

Dossier : Dossier FFEMagazine N°730 Décembre 2017
Par Pascal PORTELLI (90)

Comment définissez-vous le concept de maison connectée ?

Chez Delta Dore, nous définissons la maison connectée comme la capacité d’améliorer le confort de vie grâce au pilotage des objets connectés. Les Anglo-saxons utilisent un terme sans doute plus parlant, le « Smart Home ». Nous mettons de plus en plus l’intelligence dans la maison et plus largement dans les bâtiments.

L’intelligence consiste à mettre en relation les différents objets de la maison pour en augmenter le confort et la sécurité. Par exemple, un capteur d’ensoleillement et un thermomètre peuvent déclencher automatiquement la fermeture de volets roulants ou de brise-soleils, voire de fenêtres ou l’allumage d’éclairages.

La télécommande ouvrant le portail peut en même temps ouvrir la porte de garage, éteindre l’alarme et allumer les lumières.

Plus particulièrement, quel est votre positionnement ?

Tout d’abord l’innovation. Delta Dore fait partie des pionniers sur ce marché. Depuis les années 80 et avant même l’arrivée d’internet, avec nos solutions il était possible de commander et piloter à distance son chauffage via les touches du téléphone !

Pour nous, la bonne innovation est celle qui apporte des solutions simples pour résoudre des problèmes quotidiens. Notre objectif est de rendre la maison intelligente par et pour l’utilisateur. Il y a un fort aspect humain dans notre démarche : nous mettons la technologie au service de l’homme dans la logique d’améliorer sa qualité de vie et son confort.

L’homme reste aux commandes et notre rôle est de faciliter sa vie en lui permettant de contrôler et de piloter facilement et efficacement son environnement.

Ensuite, nous avons aussi fait le choix fort de concevoir et de fabriquer nos produits en France grâce à nos deux usines situées en Bretagne autour de Rennes. Nous produisons 4,5 millions de produits par an. Le suivi de toute la chaîne, de la conception à la commercialisation du produit, nous offre la garantie d’une qualité optimale.

Quelles sont vos principales perspectives ?

Nous avons identifié 5 axes :

  • L’international : d’ici 2025, nous voulons inverser la répartition actuelle en atteignant 70 % de notre chiffre d’affaires à l’étranger et le reste en France, où nous allons bien évidemment continuer à croître ;
  • Les partenariats : nous avons une politique de partenariats forte que nous continuons de développer. Aujourd’hui, nous avons plus 120 partenaires en France et dans le monde.
    Dès la fin de l’année, K-line, le numéro 1 français de la fenêtre intègrera par défaut nos détecteurs dans ses fenêtres ;
  • La croissance externe : même si nous opérons sur un marché qui croît naturellement, nous avons fait des acquisitions de sociétés en France et à l’étranger et nous continuerons de le faire. Cela nous permet d’accéder à de nouveaux marchés, pays et canaux de distribution ;
  • L’innovation : plus de 10 % du chiffre d’affaires est consacré à la R&D. Nous voulons bâtir un écosystème cohérent et non pas juste juxtaposer des produits qui ne peuvent pas forcément communiquer entre eux.
    Au niveau applicatif et contrairement à de nombreux acteurs, nous refusons une approche en silo avec une « appli » par produit, c’est pourquoi nous avons une seule « appli » téléchargeable aussi bien sur l’App Store que Google Play pour piloter l’ensemble de nos produits ;
  • La sensibilisation du grand public : nous sommes sur un business modèle B2B. Nous vendons nos produits aux professionnels et nous sommes beaucoup moins connus du grand public. Pourtant, nous pensons qu’il est utile de le sensibiliser aux avantages de la maison connectée.
    Depuis environ deux ans, nous avons lancé des « concept home » destinés aux professionnels et au grand public pour leur permettre de « toucher du doigt » la domotique. Aujourd’hui, il y a une dizaine de lieux ouverts dans les principales grandes villes françaises comme Rennes, Bordeaux, Paris et Strasbourg, par exemple, mais aussi à Düsseldorf en Allemagne et Barcelone en Espagne.

Delta Dore, ce n’est pas seulement des solutions technologiques de pointe, c’est aussi un engagement sociétal. Comment cela se traduit-il ?

L’entreprise a grandi pendant la crise pétrolière des années 70. Ce n’est d’ailleurs pas tout à fait un hasard si l’entreprise est née en Bretagne, région plutôt mal alimentée par le réseau électrique français.

Visualisation sur smartphone de l’application Tydom de Delta Dore
Visualisation de l’application Tydom.

Elle s’est fondée autour de la problématique des économies d’énergie. Plus que jamais cet engagement reste au cœur de notre ADN et nous continuons à développer des solutions qui ont un impact positif sur notre environnement en termes de diminution de la consommation énergétique et de l’effet de serre.

En France, la réglementation incite à construire des maisons et des bâtiments à énergie positive à partir de 2020.

Aujourd’hui, il n’est pourtant pas encore possible d’être à tout moment autosuffisant en ayant recours à l’énergie solaire ou éolienne du fait de leur intermittence. Le stockage est nécessaire. On pense spontanément à des batteries domestiques comme le propose déjà Tesla, Schneider Electric ou Nissan.

Le véhicule électrique lui-même peut servir pour stocker l’électricité, mais il est aussi possible de stocker sous forme thermique par ex dans le chauffe-eau. Conscients des enjeux que cela représente, nous travaillons sur ces sujets et développons des partenariats pour être en mesure de proposer des solutions pour les habitations à énergie positive, notamment avec EDF ENR et le CEA par exemple.

Dans une autre optique, nous sommes aussi sponsors d’Energy Observer, un bateau autonome, que nous avons équipé de plusieurs de nos produits pour prouver qu’il est possible de faire le tour du monde sans consommer d’énergie fossile.

Qu’en est-il de vos principaux enjeux ?

Nous sommes face à un défi technologique : les solutions sont de plus en plus sophistiquées et demandent des compétences pointues pour leur développement, mais la complexité doit rester invisible de l’utilisateur final. La maison connectée doit être à la fois intelligente et simple à utiliser.

À cela s’ajoute un enjeu de cybersécurité et de protection des données personnelles. Nous prenons en compte cette dimension en amont lors de la conception de nos produits avec des protocoles de communication cryptés et une technologie « Home Cloud », c’est-à-dire que notre box domotique (Tydom) permet de piloter les différents objets tout en conservant les données en local.

C’est aussi une garantie pour l’utilisateur final que ses données personnelles ne sont pas exploitées à son insu.

Et pour conclure ?

EN BREF

Créée en 1970, Delta Dore est aujourd’hui leader sur le marché de la maison et des bâtiments connectés.
L’entreprise réalise un chiffre d’affaires de 141 millions d’euros, dont 30 % à l’international, et emploie 840 personnes en Europe et Asie.

Les récents positionnements de Google avec Nest et Google Home, Amazon avec Alexa ou bien Apple qui a lancé Homekit, une application conçue comme un chef d’orchestre de la maison, soulignent un fort intérêt pour ce secteur ce qui renforce le côté prometteur et stratégique de cet univers.

La maison connectée est un très beau challenge technique pour les ingénieurs qu’ils soient Polytechniciens ou non. L’innovation est au cœur de ce système et c’est un domaine dynamique et excitant pour les jeunes ingénieurs qui veulent relever des défis techniques.

Poster un commentaire