Femme à Polytechnique

50 ans de femmes à Polytechnique : Célébrer et Inspirer

Dossier : 50 ans de féminisation de l'XMagazine N°777 Septembre 2022
Par Éric LABAYE (80)

2022 est une année de célébration pour l’École polytechnique. Son président Éric Labaye rend hommage aux femmes pionnières à l’X et expose les actions du Pôle Diversité et Réussite et de l’École pour atteindre l’objectif de féminisation à 30 % de sa population étudiante en 2026.

En 1972, les premières jeunes femmes étaient reçues à l’École polytechnique. Dès cette ouverture, elles ont démontré leur excellence académique : Anne Chopinet fut la première femme major d’entrée, se plaçant ainsi parmi les figures les plus emblématiques et inspirantes de notre École. Les polytechniciennes qui se sont succédé ont profondément transformé et fait évoluer l’ADN de l’École. Le cinquantième anniversaire de l’ouverture du concours du Cycle Ingénieur polytechnicien aux femmes est l’occasion de célébrer ces personnalités qui ont accompagné l’X sur le chemin de la modernité et de l’égalité des chances. À partir de 1972, l’École polytechnique s’est ouverte un peu plus à la société et a alors affirmé son ambition de diversifier ses talents, n’oubliant pas sa mission de contribuer à l’avenir de son pays.

Une histoire qui commence dès 1794 avec Sophie Germain

L’histoire des femmes à Polytechnique peut être retracée bien avant 1972, soit en 1794, année où Sophie Germain, brillante mathématicienne, brava les interdits en se faisant passer pour un ancien élève, Antoine Auguste Le Blanc. L’audace de Sophie Germain a ouvert la voie aux générations suivantes de polytechniciennes, dont beaucoup ont eu des parcours d’exception. Que ce soient des hautes fonctionnaires de l’État, telles qu’Élisabeth Borne (X81), des dirigeantes d’entreprises, telles que Dominique Senequier (X72), des scientifiques de renom, telles que Rose Dieng (X76), leurs parcours ont été pionniers, marquant à jamais l’histoire de l’École et suscitant l’admiration de la société. Les polytechniciennes ont irrigué tous les secteurs de l’économie et contribué à façonner notre pays.

Cet anniversaire est l’occasion également de célébrer les résultats et progrès obtenus ces dernières années, et d’afficher notre volonté de faire mieux. Le pourcentage de femmes au sein du Cycle Ingénieur a progressé tout au long des années 2010, pour atteindre environ 20 %. L’École souhaite que ses performances au sein des autres cursus, qui atteignent jusqu’à 45 % de taux de féminisation, se reflètent aussi dans son Cycle Ingénieur. Les filles réussissent tout aussi brillamment que les garçons le concours de l’X, et pourtant l’École souffre encore d’une d’attractivité moindre auprès d’elles. Le cinquantième anniversaire des femmes est ainsi une occasion pour l’X de préparer l’avenir, en inspirant à d’autres jeunes femmes de se présenter au concours.

Inspirer toujours plus de femmes

Au travers de cette célébration, l’École polytechnique souhaite ainsi avant tout inspirer. Au-delà des événements organisés tout au long de l’année 2022, nous continuons nos travaux de fond avec le Pôle Diversité et Réussite. La journée « Filles & Maths » notamment permet de lutter contre les stéréotypes et l’autocensure dans l’orientation vers ces disciplines et a donné la possibilité à 180 lycéennes d’Île-de-France de s’informer sur les métiers liés aux sciences et de bénéficier des conseils d’anciennes. L’opération Monge, avec l’aide de l’AX, durant laquelle nos X présentent les filières scientifiques d’excellence dans les lycées, est aussi une des mesures piliers de l’École pour améliorer la diversité sociale comme de genre.

Le cinquantenaire de l’entrée des femmes au concours de l’École polytechnique coïncide avec le début d’un nouveau chapitre pour l’X, durant lequel elle est déterminée à œuvrer pour un environnement divers sur son campus. L’École est déjà parvenue à récolter les fruits de son travail d’ouverture à l’international (première institution française avec 41 % d’internationaux). En travaillant en coordination avec l’Éducation nationale et les acteurs de l’État, l’X vise 30 % de femmes dans sa population étudiante en 2026. Cet objectif et les initiatives multiples de l’École polytechnique envoient un message fort aux jeunes filles : la promesse du Cycle Ingénieur polytechnicien d’une expérience personnelle et collective mémorable et d’une carrière d’exception.

Poster un commentaire