Un code barre

Standardiser le langage des entreprises pour une plus grande performance globale

Dossier : Dossier FFEMagazine N°732 Février 2018
Par François DEPREY

Pouvez-vous nous présenter votre cœur d’activité ?

En tant qu’organisation mondiale spécialisée dans l’établissement de standards d’échange permet tant la circulation de biens de consommation des producteurs jusqu’aux consommateurs, notre raison d’être réside dans notre capacité à embarquer un maximum d’entreprises dans l’utilisation des standards co-élaborés.

En effet, plus il y a d’entreprises qui utilisent le standard pour leur bénéfice commun, plus il s’impose et plus son efficacité est reconnue. Nous offrons un forum d’écoute, de concertation et de collaboration afin que les acteurs économiques puissent partager leurs problématiques et concevoir ensemble les moyens les plus per tinents pour tendre vers plus d’interopérabilité à travers l’adoption d’un langage commun.

Les tendances actuelles à l’open innovation et l’approche collaborative facilitent l’objectif d’on-boarding des entreprises. Il s’agit ainsi, sur les besoins identifiés par les entreprises adhérentes, d’élaborer des standards communs, de promouvoir leur diffusion maximale et de participer à leur amélioration constante afin de rester toujours au plus proche du croisement entre les pratiques métiers et les nouvelles technologies.

Par quoi se caractérisent les standards GS1 ?

Les standards servent, entre autres, à ouvrir et développer les marchés et éviter que des acteurs hégémoniques imposent des solutions propriétaires à l’ensemble du marché.

LES STANDARDS GS1 CONSTITUENT UN VÉRITABLE LANGAGE COMMUN QUI PERMET D’IDENTIFIER, CAPTURER ET PARTAGER DE L’INFORMATION.

 
Tous nos groupes de travail recherchent donc la participation la plus large possible et le consensus, sans quoi les standards ne seront pas appliqués par tous, sachant qu’ils ne sont pas obligatoires et reposent sur une libre utilisation.

Nos standards sont également agnostiques, c’est-à- dire qu’ils fonctionnent pour tous les secteurs car il y a partout des enjeux d’identification.

Toujours en recherche de collaboration, nous avons par exemple récemment enrichi les standards du World Wide Web Consortium avec les standards GS1 afin de contribuer à rendre les moteurs de recherche plus efficaces pour trouver les produits de grande consommation.

Produit digitalisé, supply chain interconnectée et commerce omnicanal : en quoi consiste votre offre de service ?

Association à but non lucratif et « user driven », le principe d’adhésion au standard GS1 est très important. Les entreprises adhérent au « système GS1 » en payant une cotisation annuelle, dépendante de leur CA, de 85 € pour les TPE à un maximum de 4 000 € pour les grandes entreprises réalisant plus d’1 Md € de CA, la moyenne des cotisations se situant autour de 400 €. A ce jour, nous avons plus de 40 000 entreprises adhérentes, dont 90 % de TPE et PME.

En contrepartie de cette cotisation, nous offrons aux entreprises la capacité à identifier de manière unique leurs ressources et ce, autour de 3 grands axes : le produit, le lieu et le flux logistique.

En effet, avec l’apparition du e-commerce, le produit n’est plus seulement présent physiquement en linéaire, il est également digitalisé. Ce produit digitalisé s’accompagne de toute une série d’information (image, descriptif technique du produit, prix etc.) qui doit être clairement définie.

Il s’agit ainsi d’harmoniser l’information produite sur Internet pour qu’elle soit partagée par tous les acteurs.

Enfin, les produits transitent par un certain nombre de lieux, il est donc important d’offrir des solutions innovantes pour une supply chain plus connectée, assurant le pilotage des flux de marchandises et d’information et la traçabilité du produit tout au long de la chaîne logistique.

Comment se fait cette identification ?

Depuis l’apparition des super et hyper marchés, les produits ont été identifiés grâce aux codes barres. Progressivement, ces codes se sont sophistiqués pour intégrer de nouveaux objets à identifier, mais aussi pour permettre de sérialiser les produits, permettant l’identification via un code unique d’un produit propre.

A l’intérieur du code délivré par GS1 France, on reconnaît le préfixe propre à chaque entreprise, permettant ainsi de clairement identifier la « source » des produits échangés. Les standards GS1 constituent un véritable langage commun qui permet d’identifier, capturer et partager de l’information.

Avec le développement du e-commerce notamment, la qualité de la data est devenue une priorité pour les entreprises qui doivent veiller à ce que leurs produits soient clairement identifiés sur les market-place.

Votre champ d’activité est extrêmement vaste. Comment répondre aux besoins en traitement de l’information de l’ensemble des secteurs d’activité ?

Nous permettons l’amélioration des pratiques métiers de secteurs entiers avec les nouvelles technologies en établissant des règles communes qui seront ensuite adoptées collectivement.

Ainsi, depuis 40 ans, les entreprises se concertent pour être capables d’améliorer leurs processus grâce aux nouvelles technologies et les partager de sorte que tous les opérateurs d’un même écosystème puissent travailler sur les mêmes bases et optimiser leurs résultats.

La grande distribution a été le terrain de développement historique mais très vite, de nombreux autres secteurs ont émergé, dans la distribution spécialisée comme le bricolage, les jouets, mais aussi les secteurs de la santé, de l’industrie, ou encore du bâtiment.

Ces domaines sont tous porteurs de problématiques d’identification similaires, notamment pour la traçabilité plus ou moins complexe de matières premières et semi-transformées dans leur supply chain. Il s’agit autant de pouvoir tracer les pièces et leur nature qu’informer le client final.

Or, les standards peuvent identifier n’importe quel produit, quelle que soit sa nature, les méthodes d’identification étant construites pour marcher tout produit, d’où une très large couverture de nos standards.

Quel est le rôle du ColLABorative Center ?

Outre le fait d’être un lieu servant à faire collaborer les entreprises, c’est aussi un espace de démonstration pour rendre accessibles les standards issus des meilleures pratiques sectorielles même en employant les technologies les plus modernes ou répandues, comme la RFID.

Nous sommes très sensibles à l’innovation dans les usages car ce sont les pratiques business qui déterminent la production de standards, tout autant que les innovations technologiques.

GS1 a pour mission d’offrir un espace de collaboration aux entreprises pour que chacun adapte des processus communs malgré leur maturité différente.

Quels sont les prochains défis à relever ?

De dimension internationale, notre organisation est propre à chaque pays, en charge de faire remonter les besoins et d’appliquer localement des standards internationaux. Il faut donc savoir gérer les demandes de développement de standards dans un nouveau secteur, dans un contexte global de transition numérique et d’accélération technologique majeure qu’il faut appréhender avec pertinence.

Il est évident que l’évolution constante et rapide du big data, de la robotique, de la blockchain et de l’intelligence artificielle impacte grandement nos activités et qu’il nous faut être proches de l’écosystème des offreurs de solutions, pour les inciter à les rendre interopérables, afin d’accompagner au mieux les entreprises dans les challenges de demain.

Poster un commentaire