Cyril Michau et sa tablette

Seine Saint Denis : quand le numérique s’invite au collège

Dossier : ExpressionsMagazine N°669
Par Cyril MICHAU

Comme un cheval de Troie

Comme un cheval de Troie

C’est il y a trois ans, grâce à une dotation du Conseil général de Seine- Saint-Denis, que les TNI (tableaux numériques interactifs) sont arrivés au collège. Le rôle de François Carn, chef d’établissement, a été déterminant pour obtenir cette dotation et pour mettre en oeuvre de nouvelles pratiques. La plupart des enseignants du collège ne connaissaient pas le matériel et n’avaient aucune idée de son utilisation dans l’enseignement.

Le TNI permet à l’enseignant de se rassurer dans l’utilisation du numérique

En accord avec le principal, deux demi-journées de formation interne ont été organisées, ce qui nous a permis de tripler le nombre de TNI dont l’utilisation s’est développée dans toutes les disciplines, scientifiques, artistiques ou littéraires.

Du point de vue des mentalités et des pratiques pédagogiques, l’outil TNI peut être considéré comme un véritable cheval de Troie, car il a permis d’initier les enseignants à l’utilisation des TICE (technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement), les rendant demandeurs d’une intégration dans leur pratique. Il existe de nombreux outils démultipliant les possibilités d’utilisation du TNI : boîtiers d’évaluation, tablettes graphiques, visualisateurs, etc. Mais surtout, son impact va bien au-delà de sa prise en main et de son utilisation, car il permet à l’enseignant de se rassurer dans l’utilisation du numérique et de développer ses propres contenus.

Une histoire qui vaut la peine d’être contée
Jacques Denantes (49) et Cyril Michau se sont rencontrés à la Cité des sciences de La Villette à l’occasion d’une réunion consacrée au développement des espaces numériques de travail (ENT) dans l’éducation. Cyril Michau, qui enseigne dans un collège du Blanc-Mesnil, présentait sa pratique d’utilisation en classe des tableaux numériques interactifs (TNI). Ils se sont revus à deux reprises, la première pour une visite du collège, un établissement moderne et accueillant que borde un vaste terrain de sport, la seconde pour suivre un cours de mathématiques de troisième, puis pour évoquer la vie scolaire avec le principal du collège.
Un collège en Seine-Saint-Denis, classé «ZEP ambition réussite », qui attire l’attention par ses méthodes d’éducation et par son mode de fonctionnement, c’est une histoire qui vaut la peine d’être contée. C’est pourquoi ils ont rédigé cet article en associant leurs deux voix.

Espaces communautaires

Il existe des espaces communautaires comme «Promethean Planet » où se développe une grande variété de supports. Il s’agit d’un espace en ligne gratuit où, sur simple inscription, il est possible de télécharger des ressources et des contenus déposés par d’autres enseignants et compatibles avec ActivInspire, le logiciel (fourni lors de l’achat du TNI) qui pilote le tableau interactif. Ce logiciel peut être installé sur les ordinateurs de l’établissement, mais aussi sur les ordinateurs personnels des enseignants, ce qui facilite le travail de préparation. De prise en main intuitive, il permet une mobilité et une interaction naturelles entre les documents réalisés à la maison et en classe : il n’est pas nécessaire de posséder un tableau interactif chez soi pour préparer des documents.

Manuels numériques
Des manuels numériques sont développés par l’ensemble des éditeurs scolaires pour accompagner l’explosion des TNI. Le collège René-Descartes utilise les manuels Sésamath, résultant du travail collectif d’une association de professeurs de mathématiques, de la sixième à la troisième. Chaque manuel, accessible sur Internet, contient des QCM interactifs et des séries d’exercices autocorrigés permettant aux élèves de tester leurs compétences en totale autonomie. Disponibles en téléchargement gratuit sur le site de l’association, ils sont accompagnés de cahiers d’exercices distribués en début d’année à tous les élèves. L’enseignant peut projeter l’activité ou les exercices directement au tableau, en les annotant mais aussi en exécutant du contenu interactif programmé en Flash, fourni par l’éditeur.

La vie scolaire en temps réel

Dans la terminologie du ministère de l’Éducation, la vie scolaire désigne le fonctionnement d’un établissement, à l’exception de ce qui se passe dans les classes. Le terme englobe la gestion des emplois du temps, le contrôle des entrées et sorties, l’utilisation des locaux, des équipements et de la cantine, le contrôle des absences et des infractions, la communication avec les familles, les contacts avec les autres interlocuteurs de l’établissement, la gestion des sorties et des activités culturelles.

Pour gérer cette vie scolaire, le collège utilise un logiciel – installé et développé par Cyril Michau – qui tient à jour les données et en assure la diffusion de façon sélective aux partenaires du collège. Les familles, dont la quasi-totalité dispose d’un raccordement au réseau Internet, ont ainsi accès aux données relatives à leur enfant : emplois du temps, relevés d’absence, sanctions, notes de l’élève situées dans celles de la classe, menus de la cantine, etc., mais aussi à des informations sur la vie du collège et à des annonces d’événements. Les enseignants, eux, ont accès aux données de leur ressort, de même que les élèves auxquels le collège offre une boîte aux lettres de type < prenom.nom@collegedescartes. fr >. Il est également possible aux élèves d’utiliser les ordinateurs du CDI (centre d’information et de documentation) du collège au cas où ils n’en disposeraient pas à leur domicile.

Les familles ont accès aux données relatives à leur enfant

Le principal a réalisé une démonstration de ce logiciel en projetant successivement sur le mur de son bureau les fiches d’une classe – emploi du temps, effectifs des élèves, enseignants et horaires de chaque discipline, affectation des locaux et des équipements, etc. –, et des fiches individuelles – celles qu’il montre aux parents quand il les reçoit, où sont récapitulés les résultats scolaires de l’élève et leur position par rapport aux moyennes et aux extrêmes de la classe, les incidents, absences et sanctions, etc. D’autre part, le collège est connecté au réseau informatique du Conseil général, ce qui permet de contacter directement ses services pour organiser des visites et des activités culturelles.

Bénéfices multiples

Cahier de textes en ligne
Ce logiciel intègre un module «cahier de textes » en version numérique, qui permet à l’enseignant de tenir à jour les devoirs et le contenu de ses cours.
Il remplace le traditionnel cahier de textes tenu par classe en version papier. L’un des avantages de la version numérique est la possibilité de déposer des documents en pièces jointes : je peux joindre, par exemple, à mon cours de géométrie dans l’espace un fichier vidéo qui permet d’observer les sections d’une sphère par différents plans.

Cette installation aurait été vaine sans l’informatisation des salles de classe, grand projet de l’été 2009. Auparavant, les assistants d’éducation passaient en début de cours ramasser les billets d’absence remplis par les enseignants, ce qui posait deux problèmes : d’une part la disponibilité des surveillants qui, une fois le tour des étages terminé, devaient saisir les absences sur informatique, puis avertir les familles pendant le peu de temps qui leur restait ; d’autre part, la perturbation induite au démarrage des cours par l’intrusion du recueil des billets d’absence.

La liste des absents est immédiatement transmise

Désormais, après la sonnerie, quand les élèves s’installent, l’écran de l’enseignant affiche la liste des élèves et il lui suffit de cocher les absents. L’information est immédiatement transmise à l’ensemble des personnels qui traitent absences ou retards. Rendus plus disponibles, les assistants d’éducation peuvent passer davantage de temps à contacter les parents et à gérer les élèves en situation irrégulière ou ceux qui sont exclus des classes pour des motifs de discipline.

Cyril Michau au tableau

Élargir le cercle

Le cercle d’utilisation s’étend en dehors du collège, avec la mise en ligne d’une interface permettant aux familles de se tenir informées en temps réel de la vie scolaire des enfants : absences, retard, travail à la maison, etc. Cela a permis une meilleure implication des parents dans la scolarité de leurs enfants, qui est essentielle dans l’environnement d’un établissement comme René-Descartes. Mais cela suppose que les familles disposent d’un ordinateur avec accès Internet. En début d’année, un sondage identifie les manques éventuels : seuls quelques parents des 875 élèves du collège n’ont pas Internet chez eux. C’est pourquoi les élèves trouvent à leur disposition des ordinateurs en libre-service dans deux salles informatiques (CDI et salle de travail), et les parents ont la possibilité d’utiliser les ordinateurs du CDI. Mais l’établissement travaille aussi avec les associations du quartier et de la municipalité, qui fournissent gratuitement des lieux d’accès à Internet.

Un cours de mathématiques en troisième avec un tableau numérique interactif

 

Le regard du visiteur

En classe avec un tableau numérique interactifJ’étais déjà installé à une table quand l’heure a sonné. Vingt-cinq élèves ont pris place, tous Français mais ethniquement issus du monde entier. J’occupais la table de Fatima : pas de souci, m’a-t-elle rassuré, en se déplaçant vers une table libre.

Après m’avoir rapidement présenté, Cyril Michau a commencé son cours. Il s’agissait d’une récapitulation des premières notions de trigonométrie, sinus, cosinus, tangente. Le TNI avait été programmé de sorte que les figures et les formules s’affichaient sur commande du crayon de l’enseignant, illustrant son cours.

Il pouvait en temps réel faire varier les figures, ce qui lui permettait, par exemple, en modifiant les dimensions d’un triangle rectangle, de montrer que les grandeurs trigonométriques ne dépendaient que des angles correspondants.

Cyril Michau a ensuite distribué des boîtiers électroniques et un document écrit portant quatre séries d’affirmations relatives à quatre figures géométriques. À l’aide de leur boîtier, les élèves devaient, pour chaque série, confirmer ou infirmer la vérité des affirmations. Renseigné en temps réel sur le niveau de connaissance des élèves, le professeur remettait ensuite à chacun, en fonction de la qualité des réponses, une feuille d’exercices à faire sur papier, et il passait dans les rangs pour conseiller, corriger et répondre aux questions.

Comme les élèves, j’ai suivi les deux séquences, celle avec le boîtier qui m’a pris au dépourvu, puis l’exercice sur papier où j’ai retrouvé mes vieux réflexes. L’exactitude des réponses variait d’un élève à l’autre, mais tous participaient et j’ai été frappé de l’atmosphère à la fois studieuse et décontractée qui régnait dans la classe.

Jacques Denantes

 

Le point de vue de l’enseignant

 

Mes cours ne se déroulent pas tous de la même façon, mais je les construis autour de cinq orientations qui s’enchaînent différemment suivant les séances. J’y intègre un moment de recherche en autonomie (individuelle ou par petits groupes de trois-quatre élèves), un moment de recherche collective (mise en commun), une application directe d’exercices types, une institutionnalisation (l’écriture du cours) et un retour rapide sur le déjà-vu avec des microévaluations. L’utilisation des boîtiers peut intervenir dans la plupart de ces moments, ce qui me permet différents types d’évaluation : formative, diagnostique ou sommative. Au-delà du temps raccourci dans l’interrogation de tous les élèves, les boîtiers me permettent d’identifier les lacunes de ceux qui sont en difficulté et de réagir en direct.

Lors de la séance dont rend compte Jacques Denantes, les questions étaient à choix multiples (QCM) et l’élève guidé dans le choix des réponses. Mais j’ai aussi la possibilité de poser à tout moment des questions ouvertes où l’élève doit expliciter sa réponse. Le but des QCM est de vérifier les microcompétences propres à la résolution d’exercices de trigonométrie. J’ai préparé des exercices de remédiation que j’utilise dans les cas de non-maîtrise de ces compétences, par exemple le choix de la formule de trigonométrie adéquate, la résolution d’un calcul par quatrième proportionnelle, l’utilisation de la calculatrice pour calculer le sinus d’un angle, etc.

Cyril Michau

 

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Christian Jeanbraurépondre
1 novembre 2011 à 16 h 21 min

Article / L’envers du décor / TNI en Collège

1) Le logiciel Pronote du ministère utilisé dans le Collège parisien de mes petits-enfants est écarté en Seine-St-Denis? Cela dit, celui de Cyril Michau, par la possibilité annexée des pièces jointes semble plus intéressant. 2) Le compte-rendu de Jacques Denantes, c'est la loi du genre, ne permet pas complètement – pas davantage d'ailleurs les quelques remarques du professeur – d'apprécier au-delà de la pétituion de principe le véritable "plus" pédagogique du TNI. Seule l'observation in situ permet – surtout quand on est ou a été soi-même "prof de maths" – de "sentir" le progrès. Une visite en classe serait-elle acceptée par Cyril Michau?

Michaurépondre
1 novembre 2011 à 20 h 44 min

Une petite rectification
Le logiciel de gestion des absences est egalement Pronote,j’assure alors l’installation et les mises à jour de ce dernier,sans oublier la formation des collègues quant à son utilisation.

Répondre