Pour une météorologie intégrale

Dossier : La météorologie partie 2Magazine N°748 Octobre 2019
Par Patrick JOSSE (91)

La sensibilité de nos activités et de notre mode de vie au temps qu’il fait est une évidence : de l’organisation de notre vie quotidienne aux enjeux de sécurité des personnes et des biens, en passant par l’optimisation des activités économiques, nous nous adaptons en permanence aux conditions météorologiques.

Les exemples sont nombreux et le spectre large : gestion de la ressource en eau en fonction des conditions de sécheresse, recherche de conditions météorologiques spécifiques pour des opérations agricoles, vigilance et conseils de comportement pour les citadins en cas de vague de chaleur ou d’épisodes de grand froid… Les informations météorologiques constituent une aide à la décision précieuse pour gérer le quotidien dans ces différents domaines – et dans bien d’autres, certains encore à explorer ou imaginer.

Dans le contexte du changement climatique, il est aussi indispensable de nous adapter, tant pour limiter l’amplitude et les effets du réchauffement (atténuation) que pour tenir compte de ses effets (adaptation). Cette adaptation sur le temps long est intimement liée à l’action aux échelles de temps courtes de la météorologie.

 

“Penser
durablement le développement”

 

Les phénomènes météorologiques, leurs évolutions lentes et plus encore les événements extrêmes, sont autant de stimuli qui nous poussent à la réflexion sur la durabilité de nos activités et de notre société, notamment face à l’augmentation de leur fréquence et de leur intensité.

Il est frappant de constater que les secteurs particulièrement météo-sensibles se sont très tôt souciés des évolutions climatiques : ils se retrouvent ainsi en bonne place dans les Objectifs de développement durable des Nations unies : eau, alimentation et agriculture, énergie, santé publique…

Connectez-vous pour lire la suite.
Se connecter S’enregistrer