Lefty

Ne pas laisser n’importe qui Influencer !

Dossier : TrajectoiresMagazine N°755 Mai 2020
Par Hervé KABLA (84)
Par Thomas REPELSKI (2002)

En 2015 Thomas Repelski, Christian Rivasseau et Roman Berenstein, tous trois de la promotion 2002, ont créé Lefty pour permettre aux marques de gérer leurs relations avec les influenceurs, sur un marché encore naissant, en forte croissance et sans réel leader.

 

Quelle est l’activité de Lefty ?

Lefty est un logiciel basé dans le cloud, qui permet aux marques de gérer l’ensemble de leurs relations avec leurs influenceurs. Nous travaillons avec des marques telles que Louis Vuitton, Chanel, Guerlain, Lacoste ou Swatch. Grâce à Lefty, nos clients peuvent identifier les influenceurs pertinents, les activer dans des campagnes, mesurer leur impact et comprendre leur positionnement sur le marché de l’influence par rapport à leurs concurrents.

Quel est le parcours des fondateurs ?

Nous sommes trois fondateurs polytechniciens avec des parcours internationaux. Après un master à Stanford, j’ai débuté comme chargé d’affaires à New York. Puis j’ai rejoint l’industrie pharmaceutique, d’abord à Philadelphie à analyser des opportunités de rachat de sociétés biotechnologiques, puis à Londres, Singapour et Paris dans des rôles commerciaux. Christian Rivasseau, notre CTO, a un parcours de développeur assez classique. Il a débuté chez Capgemini, où il a participé au projet d’automatisation de la ligne 1 du métro, puis a rejoint Google Search à New York. Roman Berenstein, qui dirige le produit, est passé par plusieurs hedge funds à Londres puis Paris, où il a développé des machines de trading algorithmiques.

Comment vous est venue l’idée ?

Lefty est née de plusieurs pivots. Nous voulions à l’origine transformer Instagram en banque d’images. Au début de Lefty, nous avons conçu un moteur de recherche indexant vingt millions d’images par jour afin de permettre aux marques d’identifier du contenu d’utilisateur commercialement exploitable. Quelques mois après le lancement, nous avons observé que la plupart de nos utilisateurs étaient plus intéressés par les auteurs des contenus que par les contenus eux-mêmes. Nous avons alors transformé Lefty en moteur de recherche d’influenceurs et avons ajouté des briques à notre offre, jusqu’à devenir aujourd’hui une solution qui couvre l’ensemble de la chaîne de valeur de la relation marque-influenceur.

Qui sont les concurrents ?

Nous avons une petite dizaine de concurrents dans le monde, dont Traackr, Tribe Dynamics ou Launchmetrics. C’est un marché encore naissant, en forte croissance et sans réel leader. Les places sont à prendre maintenant, c’est donc un moment excitant pour nous !

Quelles ont été les étapes clefs depuis la création ?

Nous avons levé des fonds quand nous nous sommes constitués en avril 2015, puis en mai 2017 quand nous avons pivoté. Nous avons eu une croissance organique depuis lors, jusqu’à devenir profitable récemment. Nos clients sont principalement en France aujourd’hui (60 % de notre base clients) et la prochaine étape est l’inter­nationalisation.

Qu’est-ce que le marketing d’influence ?

C’est une chaîne de communication utilisée par les marques qui établissent des partenariats avec des influenceurs afin de promouvoir leurs produits. Un influenceur est un compte social qui a plusieurs milliers, voire plusieurs millions d’abonnés. Il s’agit souvent d’une personne physique, alliant une passion (photographie, mode, maquillage, vie de famille, technologie, etc.) qu’il aime partager sur les réseaux sociaux. Une communauté d’abonnés l’a élu pour la qualité de son contenu.

Comment mesure-t-on la qualité d’un influenceur ?

Elle est mesurée avec les mesures de succès classiques des chaînes de communication digitale, au travers d’indicateurs allant de la mesure de la visibilité (impressions ou portée) à la mesure de la conversion (CTR ou Click Through Rate, ventes générées, etc.).

Les marques ne risquent-elles pas de perdre le contact véritable avec leurs consommateurs ?

Au contraire ! Les marques peuvent, de nos jours, se rapprocher de leurs consommateurs en créant des communautés fortes, autour d’influenceurs qui leur servent de relais. à travers les influenceurs, le message de marque se transforme en s’humanisant. Il passe de l’ère où la marque interrompait les conversations en faisant la promotion par des messages directs (l’ère de la publicité) à une ère où la marque fait partie intégrante des conversations sur les réseaux sociaux.

Les faux influenceurs existent-ils et comment les traite-t-on ?

Les comptes robots sont en plein essor du fait de la croissance de l’influence : il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un marché qui est passé de 500 millions de dollars en 2015 à 10 milliards aujourd’hui ! Les influenceurs achètent de faux abonnés et de faux likes afin de gonfler leurs statistiques et d’attirer les marques, qui s’appuient sur ces statistiques pour juger de la portée qu’un influenceur peut leur offrir. Grâce à notre logiciel, nos clients peuvent connaître la proportion réelle de robots qui suivent un influenceur et débusquer les fraudeurs.

Assistons-nous à l’émergence d’une société fondée sur la vanité ?

Les influenceurs sont vus comme des modèles par les jeunes générations. Mais ils n’ont fait que remplacer les idoles du cinéma, du sport ou de la télévision (qui sont d’ailleurs devenus des influenceurs et dont le quotidien peut désormais être suivi sur les réseaux sociaux). Ces modèles sont plus accessibles que jamais : ils ressemblent à leur audience, qui les a élus et qui les observe en permanence. Leur habitude de publier régulièrement du contenu sur les réseaux sociaux est sans doute copiée par leur auditoire, aussi bien par mimétisme que par vanité. Les jeunes générations rêvent de devenir influenceurs, mais ils rêvaient d’être des stars il n’y a pas si longtemps ! La vanité reste la même, elle a simplement évolué vers un genre nouveau, que les générations plus anciennes ont un peu plus de mal à appréhender.

 


Visiter le site Internet de Lefty

Poster un commentaire