Mozart : 18 Sonates, Beethoven : 32 Sonates

Dossier : Arts, lettres et sciencesMagazine N°750 Décembre 2019Par Marc DARMON (83)

Daniel Barenboïm, piano

Deux coffrets 3 DVD et 4 DVD Euroarts

Un coffret 7 DVD EMI

 

Les sonates pour piano de Mozart et Beethoven sont une large part de ce qu’ils ont chacun composé. Elles occupent toute leur carrière, leurs styles évoluant naturellement chez les deux compositeurs, d’œuvres de jeunesse à œuvres de la maturité.

Les Sonates de Mozart ont été composées de 1774 (18 ans) jusqu’à la fin de sa vie en 1791. Les dernières ont été publiées plusieurs années après la mort du compositeur. Dès les premières, on retrouve la grâce, l’invention mélodique, l’émotion des mouvements lents (sublime adagio de la K. 280, la seconde). Daniel Barenboïm les a enregistrées à deux reprises, dans les années soixante simultanément avec sa très célèbre intégrale des concertos pour piano, puis dans les années quatre-vingts. C’est à cette occasion qu’ont été réalisés les films pour la télévision allemande, simultanément avec l’enregistrement des disques, publiés en trois DVD par Euroarts.

Les Sonates de Beethoven s’étendent de 1795 à 1822. La variation de style tout au long de sa carrière est bien plus sensible que chez Mozart. Ses premières sonates (numérotées 1, 2, 19 et 20) sont bien du Beethoven tout en ressemblant à Mozart ou Haydn (comme ses deux premières symphonies). Ses quatre dernières sonates en revanche (29, 30, 31 et 32) sont des œuvres d’une grande modernité, de style et de forme (comme ses cinq derniers quatuors), annonçant les hardiesses des compositions de la fin du xixe siècle. Nous avons deux témoignages en vidéo de ces sonates par Daniel Barenboïm. Une première série a été enregistrée, comme les Mozart, pour la télé-vision allemande dans les années quatre-vingts, avec les mêmes carac-téris-tiques : ces DVD Euroarts sont donc très conseillés, vous l’avez compris.

Mais la seconde série d’enregistrement de Beethoven par Barenboïm est peut-être le plus beau coffret DVD que l’on puisse trouver ou offrir. Filmés en direct lors de concerts à Berlin en 2005, ces DVD EMI sont à apporter sur l’île déserte. De plus magnifiquement filmés par les caméras d’Andy Sommer et avec une réalisation prenante, émouvante. En complément de ce magnifique coffret, six master classes où Barenboïm décortique Beethoven pour les jeunes Lang Lang, Jonathan Biss, David Kadouch et trois autres prodiges.

Barenboïm, qui poursuit depuis soixante ans une carrière internationale de chef d’orchestre, est trop rare au piano. Né en Argentine dans une famille d’origine juive ukrainienne, de nationalité israélienne, espagnole et argentine, il est pourtant un représentant de l’école allemande de piano, qui met l’accent sur le contrepoint, l’harmonie, le toucher, la structure de l’œuvre plus que sur la technique, le rythme et la virtuosité. Mozart, Beethoven et Schubert sont les compositeurs où il est à son meilleur, ces coffrets sont des piliers de la vidéothèque du connaisseur.

Connectez-vous pour lire la suite.
Se connecter S’enregistrer