Libres de penser et d’agir

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°674 Avril 2012Par : Jean-Noël Lhuillier (58)Rédacteur : Hervé Biseau (56)Editeur : Éditions Salvator – 2011 - 103, rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris.

Couverture du livre : Libres de penser et d'agirJean-Noël Lhuillier est un scientifique trop avisé pour nier – ou minimiser – tous les apports de la science (et tout particulièrement des sciences cognitives) à la connaissance de l’homme et de son comportement. Mais, tout au long de ce livre, il va nous montrer que la Science a ses limites, qu’elle ne nous permet pas d’atteindre le réel avec une précision totale, qu’elle ne nous indique pas le sens de notre vie.

Toutes les théories scientifiques, y compris la théorie de l’Évolution, ne peuvent nous conduire à nous considérer comme définitivement déterminés. Le déterminisme n’est qu’une première approximation. On peut ainsi espérer que la hache de guerre va être enterrée entre Science, Philosophie et Foi. Les trois peuvent reconnaître que la croyance en notre liberté n’est pas contraire à la raison ni à la Révélation, ce qui leur fournit une nouvelle base commune. La Science, la Philosophie et la Foi peuvent alors éclairer notre poursuite de la quête du sens, notre réflexion sur la destinée de l’homme.

In fine, l’auteur nous amènera à la conclusion que le sens de la vie implique une Transcendance que nous pouvons choisir ou refuser en toute liberté. L’ouvrage allie connaissances scientifiques et concepts philosophiques, met en lumière la complémentarité entre rationalité et voie sensible, mentionne la possibilité d’une morale universelle et d’une Transcendance.

De quoi nous conduire à approfondir nos réflexions personnelles et pourquoi pas à nous laisser tenter par la méditation et l’Espérance.

Comme le dit Jean-Claude Guillebaud dans sa préface : «Voilà bien un livre qui vient à son heure».

Commentaire

Ajouter un commentaire

amalrépondre
16 avril 2012 à 14 h 43 min

Cher camarade,
Je n’ai pas

Cher camarade,

Je n’ai pas encore lu votre livre mais si j’en reste au commentaire ci dessus alors je me permettrai une réflexion.
Quand a-t-il été question de nous retirer notre liberté? Jamais! En tant que croyant et avec cet objectif de transcendance et une démarche de méditation, je ne pense pas juste de mettre les trois éléments sur le même piédestral. Notre quête continue d’explications nous révèle nos faiblesses. je pense que le hazard n’existe pas et que c’est notre ignorance qui nous masque le ‘sens’. Le croyant pense que tout est prédéterminé et maîtrisé. Sa liberté consiste à faire les bons choix. Pour cela, il faut un référentiel. Les chercheurs font évoluer les sciences et normalement la foie aussi. La foie est le combustible de nos différents moteurs (notre intelligence et notre coeur).

Répondre