Le Cloud, un vecteur de confiance et de souveraineté numérique européenne

Dossier : Vie des entreprisesMagazine N°763 Mars 2021
Par Servane AUGIER

La technologie de 3DS OUTSCALE met à disposition des entreprises un Cloud automatisé et évolutif qui accompagne les projets informatiques les plus complexes, tout en maîtrisant leurs aspects opérationnels. Le point avec Servane Augier, Directrice Générale Déléguée au sein de 3DS OUTSCALE.

 

Le marché du Cloud connaît depuis quelques années une très forte croissance. Qu’avez-vous pu observer à ce niveau ?

Si les projets de migration vers le Cloud connaissent une vraie accélération, nous observons qu’il s’agit d’une croissance hétérogène et loin d’être achevée. Depuis la promulgation du Cloud Act (Clarifying Lawful Overseas Use of Data Act) en mars 2018, nous avons assisté à une véritable prise de conscience autour du sujet de la souveraineté numérique. En effet, le Cloud est stratégique, car c’est là que sont stockées des données précieuses pour l’entreprise, qui constituent une part de son patrimoine économique. Si cet espace de stockage est soumis à des lois extra-européennes, les entreprises européennes et françaises s’exposent à un risque de réquisition de leurs données par des autorités étrangères. Pour les entreprises et les administrations, ce sont des enjeux de propriété intellectuelle et de secret des affaires. À l’échelle européenne, le recours massif à des solutions américaines, nous expose également à une perte de savoir-faire, d’autonomie et de capacité à agir en cas de litige.

Au-delà de l’effet catalyseur que le confinement a eu sur le marché du Cloud, nous remarquons que cette évolution a été marquée par le développement de l’offre du multi-Cloud.

Les entreprises veulent pouvoir bénéficier de la palette des différents services de type Infrastructure as a Service (IaaS), Platform as a Service (PaaS) et Software as a Service (SaaS) proposés par l’ensemble des acteurs, et nous assistons ainsi à la naissance d’une demande combinant Cloud privé, public et on premise, avec les services de différents fournisseurs.

Qu’est-ce que cela implique en termes de positionnement pour 3DS OUTSCALE ?

3DS OUTSCALE a été créé par Laurent Seror en 2010, sous l’impulsion de Bernard Charlès, dans une démarche visionnaire anticipant déjà à cette époque que l’avenir du logiciel serait le SaaS. Aujourd’hui, nous nous positionnons comme le Cloud souverain qui perdure et qui a fait les preuves de sa capacité à servir des clients avec de très hauts niveaux d’exigence industrielle, à l’instar de Dassault Systèmes. En tant que Pure Player de l’IaaS, notre rôle consiste donc à capitaliser sur notre expertise en tant que fournisseur industriel de Cloud Computing afin de gagner la confiance des entreprises et de les accompagner pour bien réussir cette migration. Nous renforçons ce positionnement en nous soumettant toujours au plus haut niveau de certifications. Ainsi, nous sommes certifiés ISO 27001 depuis 2014, ISO 27017 et ISO 27018 sur l’ensemble de nos activités. Nous sommes aussi certifiés HDS pour l’hébergement des données de santé et labellisés LUCIE 26000 pour la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE). Enfin, nous sommes le premier acteur du Cloud à être qualifié SecNumCloud selon le référentiel de l’ANSSI sur nos services IaaS.

En tant qu’acteur européen fortement engagé dans les sujets de souveraineté et d’autonomie numériques, notre rôle consiste à proposer aux entreprises et administrations une offre Cloud soumise uniquement aux réglementations européennes et qui leur garantit la sécurité absolue de leurs données. Les entreprises à l’échelle internationale peuvent également bénéficier de nos prestations tout en s’alignant à leurs cadres juridiques locaux, puisque nous sommes présents aux États-Unis et en Asie à travers des entités de droit local.

En tant que membre fondateur de l’association GAIA-X, nous voulons contribuer à l’essor des acteurs européens du Cloud. Aujourd’hui, les trois quarts du marché sont dominés par des fournisseurs américains. Pour contrebalancer la prééminence des GAFAM tout en accompagnant les entreprises dans leurs démarches vers le multi-Cloud, nous développons à travers GAIA-X des règles d’interopérabilité auxquelles doivent se soumettre tous les adhérents au projet. Dans la continuité de ce volet, nous participons également en France aux comités stratégiques de filière (CSF), afin de faire coïncider les attentes des utilisateurs avec les offres des différents acteurs et contribuer à l’essor de notre branche d’activité.

Le passage massif au télétravail, la nécessaire accélération de la digitalisation des entreprises ainsi que la cybersécurité posent de nouveaux enjeux. Comment appréhendez-vous ces dimensions ?

Cette digitalisation « forcée » qui a été accélérée par le confinement s’appuie fortement sur le Cloud. Nous sommes donc au cœur de cette transformation et nous devons donc accompagner les entreprises qui sont dans ce virage numérique. Cela implique un rôle important de formation et de conseil autour des offres Cloud, notamment pour expliquer que la sécurisation se place en haut de l’échelle des prérequis à cette digitalisation. Nous croyons fortement aux bénéfices d’une relation de proximité, et tous nos clients apprécient de pouvoir bénéficier d’une équipe de support opérationnelle 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, en français et en anglais.

Au-delà, nous souhaitons proposer notre infrastructure à tout l’écosystème d’acteurs logiciels du travail collaboratif et du numérique pour qu’ils puissent, en portant leurs logiciels en mode SaaS sur nos infrastructures, bénéficier de ce levier de confiance qu’ils transmettront eux-mêmes à leurs clients.

Comment capitalisez-vous sur l’IaaS dans ce cadre ?

L’IaaS représente la brique fondatrice et le cœur de notre offre autour du Cloud. C’est la capacité à fournir à nos clients la puissance de calcul de manière élastique et en fonction de leurs besoins. Ils ne payent ainsi que ce qu’ils consomment. Cette démarche leur permet d’éviter d’investir dans des machines qu’ils ne vont utiliser que ponctuellement : faire tourner des solutions applicatives, besoin de puissance de calcul… Notre offre IaaS permet à notre écosystème de construire des offres plus évoluées de Platform as a Service (PaaS) et de Software as a Service (SaaS) pour les utilisateurs finaux.

Comme les besoins en capacité de calcul (GPU) augmentent de plus en plus, notamment avec le développement de l’intelligence artificielle et du Deep Learning, nous renforçons nos infrastructures pour mieux répondre à ces attentes. Très souple et flexible d’utilisation, l’IaaS favorise l’innovation et permet aussi un réel gain de temps. Nous apportons aux entreprises des solutions automatisées, qui fonctionnent intégralement par API, avec le respect des standards du marché en termes de connectivité. Par exemple, dans le secteur public, Opendatasoft, un éditeur de logiciel qui adresse depuis les ministères jusqu’aux collectivités locales et les villes, s’appuie sur notre infrastructure pour les services de mise à disposition des données de ses acteurs. Sur la question de la souveraineté, nous travaillons avec un écosystème de solutions françaises, telles que Scalingo, une solution PaaS d’hébergement d’applications et de bases de données qui permet notamment à des organisations parapubliques et publiques ainsi qu’aux opérateurs d’importance vitale, d’évoluer sur un environnement Cloud sécurisé et respectueux des données personnelles.

Quels sont les sujets qui vous mobilisent actuellement ?

Nous continuons toujours à améliorer notre offre IaaS, avec quelques évolutions vers le PaaS. Nous sommes aussi très attentifs à notre engagement RSE. En effet, nous avons signé une charte afin de contribuer à un numérique plus vert d’ici 2030. Le Cloud est un moyen vertueux et efficace en termes de consommation d’énergie, en ce qu’il évite la démultiplication de centres de calcul sous-exploités. Néanmoins les grands datacenters que nous utilisons doivent s’appuyer de plus en plus sur des énergies renouvelables, travailler à recycler les équipements, à préserver l’eau… Nous avons donc à cœur de contribuer à cette accélération digitale qui doit se faire de manière responsable. Quant à nos perspectives en termes de souveraineté, elles sont nombreuses. L’enjeu est d’asseoir un positionnement fort et de gagner plus de parts de marché, alors que nous observons au niveau commercial une réelle appétence autour de ce sujet de la part de toutes les parties prenantes. Aujourd’hui environ 80 % des entreprises européennes déclarent entamer des projets sur le Cloud. Notre défi est donc d’être là pour les accompagner avec le haut niveau de confiance que nous avons su instaurer au fil des années et avec une marketplace de services interopérables. C’est aussi là que résident les clés de notre compétitivité sur ce marché.

 


En bref

3DS OUTSCALE, partenaire stratégique et filiale Cloud de Dassault Systèmes, propose depuis 2010 aux start-up, éditeurs de logiciels, entreprises et organisations publiques, des services de Cloud Computing de type IaaS robustes, sécurisés et sur-mesure. Membre fondateur de GAIA-X, l’entreprise propose les premiers services IaaS qualifiés SecNumCloud de l’ANSSI, intégralement certifiés des plus hauts standards ISO 27001, 27017, 27018 et Hébergement des Données de Santé (HDS). 3DS OUTSCALE est aussi synonyme du Cloud d’hyper-confiance et reconnu comme acteur responsable par le label LUCIE ISO 26000.

Poster un commentaire