Dominique de ROBILLARD (74)

“ La Mer, un plaisir et un métier ”

Dossier : X-Mer : cap sur le maritimeMagazine N°696 Juin/Juillet 2014
Par Dominique De ROBILLARD (74)

La Mer, un plaisir et un métier.

« Telle pourrait être, souligne Dominique de Robillard, la devise de nos jeunes camarades des promotions récentes qui, certains d’aimer la mer, s’intéressent déjà aux débouchés professionnels du secteur maritime, et à ses carrières, dans la navigation, l’offshore, la construction navale, les ports ou les voies navigables.»

Des paris techniques et humains

« Cette devise a été la mienne à mes débuts de carrière dans l’offshore. J’ai passé deux cents jours en mer, déménagé cinq fois en huit ans, en préparant et en réalisant sur place les opérations d’équipement de champs pétroliers. J’ai ainsi supervisé la mise en place d’une colonne articulée en Norvège, installé un pipeline acier en déroulé en Hollande, dirigé un chantier de construction en mer à 60 km au large de Pointe- Noire dans le golfe de Guinée, sauvé d’une mort programmée des exploitations de bitume en Adriatique.

Cette époque m’a donné une première expérience vécue en mer, et a entretenu le goût des métiers maritimes et ses paris techniques et humains.

« L’attrait initial pour la mer, je le dois sans aucun doute à mes lectures (Paul-Émile Victor, Amundsen, Jean-Louis Étienne, etc.). Cet attrait a été confirmé grâce aux activités sportives de voile avec l’École polytechnique, plus tard aux régates endiablées avec un camarade de promotion complice et maintenant en IRC, où mon palmarès commence à s’étoffer.»

Pousser la dimension professionnelle

« J’avais déjà parcouru les chemins du développement associatif en tant que président du groupe Management et Conseil de Ponts Alliance, puis membre du comité et du bureau.

« Une rencontre fin 2009 avec le président fondateur d’X-Mer, Patrice Urvoy (65), a été décisive. Il avait besoin d’aide et je lui ai proposé de servir de secrétaire-trésorier actif.

« À cette époque, il y avait moins de 80 membres inscrits, nous nous demandions comment réunir au moins 15 personnes le soir à Paris. Au-delà de mes convictions personnelles sur le sens à donner à un engagement associatif au sein de l’AX, je voyais bien que les objectifs étaient essentiellement culturels, et que pour pérenniser, il convenait, en accord avec le président, de pousser fortement la dimension professionnelle.

« Après de nombreux événements à succès, notamment un voyage à Lorient (DCNS, les ports de pêche et de commerce) puis un voyage à Brest réalisé avec l’aide de l’ENSTA Bretagne et d’Hervé Grandjean (2002), maintenant secrétaire, j’ai finalement pris le parti, avec Patrice Urvoy, de pousser les feux et de multiplier les événements professionnels.

« Une rencontre avec l’amiral Vichot a conforté cette orientation : j’ai été choisi pour servir la Marine nationale dans une mission de rayonnement comme réserviste citoyen avec le grade de capitaine de frégate (RC), afin d’accompagner la maritimisation inéluctable de l’économie.»

X-Mer aujourd’hui

« X-Mer aujourd’hui, ce sont trois cents membres inscrits, issus ou proches des secteurs du maritime, venus par le bouche à oreille, venus également à la faveur d’événements organisés pour eux et qui se disent que cela vaut le coup de recevoir de temps à autre un courriel avec le calendrier des manifestations.

« X-Mer, c’est aussi une dynamique de recrutement qui vise tous les âges et toutes les promotions. Aujourd’hui, plus d’une centaine de membres appartiennent aux promotions postérieures à l’an 2000.

« C’est aussi une association loi de 1901, une Assemblée générale, un bureau avec son secrétaire et son trésorier et une équipe de bénévoles regroupant un total d’une dizaine de personnes qui, à tour de rôle, jouent le rôle de chefs de projet.

« C’est, enfin, un espace d’échanges sans langue de bois, de contacts réguliers et de solidarité « maritime » complémentaire de celui de l’AX.

« De ce point de vue, la taille acquise et le rythme d’activité que nous nous proposons de tenir passent par le recrutement de nouveaux bénévoles que j’invite systématiquement à nous contacter dès qu’ils ont l’idée d’événements ou de sujets d’intérêt.»

Dominique de Robillard (74), marié, quatre enfants, deux petits-enfants, après huit ans d’expérience opérationnelle de l’offshore chez Total, est devenu conseil en management.
Il a fondé en 2000 une société dédiée au management de transition et à la formation. Des missions stratégiques ou opérationnelles pour le Port du Havre, les Voies navigables ou Total lui ont donné l’occasion de poursuivre avec le secteur maritime.
Il vient de réaliser la deuxième Journée nationale de l’ingénieur pour IESF (Ingénieurs et Scientifiques de France), soit 5 000 personnes en France rassemblées le 3 avril dernier dans 30 villes sur le même thème : «Innover, Entreprendre», avec 44 partenaires dont 17 soutiens financiers.
Il s’adonne régulièrement à la voile en compétition et à la croisière et passe de vingt à trente jours par an sur un bateau.

X-Mer

Président : Dominique de Robillard (74)
Secrétaire : Hervé Grandjean (2002)
Trésorier : Laurent Dalimier (65)
Responsables du blog : Antoine Caillaud (2011) et Geoffroy d’Autichamp (2012)
Président d’honneur : Patrice Urvoy (65)
Vice-présidents : Valérie Pancrazi (83) et Jérôme Stubler (86)
Courriel :
dominique.derobillard [at] polytechnique.org

X-Mer demain

« Le Groupe poursuivra dans les voies que l’association a ouvertes pour les polytechniciens du secteur maritime (marine, transport maritime, portuaire, construction navale, offshore, exploration et course) : suivi attentif des grandes problématiques et des personnes clefs du secteur maritime; repérage de professionnels jeunes et moins jeunes désireux de s’impliquer ; organisation d’événements à thématique maritime professionnelle ou culturelle; invitation de personnalités et organisation de témoignages; réalisation d’une soirée métiers du maritime à l’École; développement d’une solidarité professionnelle ; poursuite de la lettre, en connexion avec le blog qui capitalise les écrits, les photos et les vidéos de nos événements.

« Cela nous a conduits à rechercher dans certains cas des financements externes pour permettre à nos jeunes camarades étudiants de participer. Nous avons pu aussi bénéficier du soutien indéfectible du président de l’AX à chaque fois que la communication nécessitait un courriel à l’ensemble de la communauté. Nous sommes toujours très bien reçus à l’École en y montant régulièrement des soirées.

« Là où nous avons envie de nous développer encore? l’offshore, les énergies marines, la course au large, la plaisance, le littoral, sans négliger les autres thèmes. »

Propos recueillis par la Rédaction

Quelques rencontres récentes

Une soirée table ronde à l’École, consacrée aux énergies marines renouvelables.
Patrick Boissier (69), président de DCNS et Francis Vallat, président du Cluster maritime français, sont venus, le premier lors d’un dîner et le deuxième lors d’un petit-déjeuner, nous parler chacun à leur manière et selon leurs expériences de la maritimisation de l’économie et de la construction navale.
Une visite en mai 2012, lors du lancement d’Haropa, des ports de la vallée de Seine : Paris, Rouen et Le Havre, puis un an après, une table ronde invitant les dirigeants d’Haropa, de VNF et de RFF à venir nous parler du bilan d’Haropa.
Une invitation de sept experts du monde maritime à venir commenter les enjeux de la connaissance des océans : J.-F. Minster (70) de Total, Bruno Frachon (76) du SHOM, deux experts d’Ifremer, J.-G. Malcor (CGG Veritas), A.-F. de Saint-Salvy (EDFEN), Y.-M. Paulet (IUEM).
Nous n’avons pas négligé l’exploit maritime pour autant, en recevant Laurence Grand-Clément (97) après sa traversée de l’océan Indien à la rame avec Laurence de Rancourt et après avoir applaudi les quatre rameuses, Catherine Remy (98), Quitterie Marque (97) et les deux Zell, qui avaient traversé l’Atlantique, et plus récemment Jean-Louis Étienne et Franck Cammas.

 

Poster un commentaire