Henri Lamaison (39) 1918-2000

Dossier : ExpressionsMagazine N°558 Octobre 2000Par : Robert AUBLET (33)

Le 10 avril 2000 a été inhumé à Saint-Jacut-de-la-Mer (Côtes-d'Armor) Henri Lamaison, décédé le 6 avril à Paris.

Né le 3 juin 1918 à Dax, Henri Lamaison, après des études à Bordeaux et à Paris, fut reçu à l'École polytechnique en juin 1939. Mobilisé en septembre, il fut aussitôt dirigé sur l'École d'application d'artillerie à Fontainebleau puis, en janvier 1940, affecté à une batterie de tir du 14e régiment d'artillerie, régiment provenant comme lui du Sud-Ouest. Avec elle, il participa à toutes les opérations de la campagne de France, ce qui lui valut une citation à l'ordre de la Division pour " son sang-froid, son calme et son mépris du danger ".

Comme tant d'autres, il fut fait prisonnier le 23 juin, et, malgré sept tentatives d'évasion, il passa cinq années en captivité, interné en avril 1942 au camp de représailles de Colditz puis à celui de Lübeck dans lequel étaient regroupés " les ennemis du Reich ", officiers français, résistants, communistes et juifs, qui ne devaient pas en ressortir vivants. Là encore Henri tenta une évasion de groupe par un tunnel creusé sous l'infirmerie, mais en vain.

Libéré par les Anglais le 2 mai 1945, il se mit pendant un mois à leur disposition, prit possession du port de Lübeck, et resta avec eux pour traquer les SS et secourir, nourrir et rapatrier les déportés de Bergen-Belsen et autres camps avant la mise en place de l'autorité d'occupation anglaise.

Rentré en France, Henri passa une année à l'École polytechnique puis à l'École nationale du pétrole, et entra en 1947 à Esso Standard SAF. Tout d'abord ingénieur de recherches à la direction industrielle à Paris, il poursuivit sa carrière en 1955 à la raffinerie de Port-Jérôme en qualité d'adjoint au chef du département technique, en 1957, chef du département techniques et laboratoires puis en 1958 comme directeur technique de la raffinerie.

En 1961, il fut nommé directeur de la coordination et des études économiques au siège social. Après un passage en 1964 à Esso international, à New York en tant que directeur du planning des approvisionnements, il fut nommé directeur de la raffinerie de Port-Jérôme en 1965, puis directeur des opérations à la direction logistique en 1968.

Devenu directeur du Logistics Planning à Esso Europe, à Londres, en 1969, il rejoignit en juin 1971 Esso Standard SAF en qualité de directeur général adjoint. En 1973, il succéda au président Jacques Ballet et devint président-directeur général de Esso-France. Il prit sa retraite en 1979.

Un de ses anciens collaborateurs a écrit sur lui :

" Le président Henri Lamaison a été un très grand président pour la Société Esso. Vis-à-vis des actionnaires américains d'abord, car il a su leur faire comprendre l'importance et la valeur de leur filiale française. Cela s'est traduit de façon concrète par de très nombreux investissements qu'il a obtenus tant dans le raffinage que dans le " commercial " et qui permettent aujourd'hui à Esso SAF d'être à la pointe de la concurrence. "

" Vis-à-vis du personnel d'Esso, sur les cadres notamment, où son charisme extraordinaire a eu un impact en profondeur. Je me souviendrai toujours de son fameux adage " ayez toujours une " positive approach " qui résumait en trois mots sa propre démarche et celle qu'il souhaitait voir se développer en chacun de nous. "

Revenu à Saint-Jacut-de-la-Mer (Côtes-d'Armor) où il avait une maison de la famille de son épouse et y passait ses vacances, il se mêla activement à la vie de la population locale, en particulier au monde des pêcheurs qui reconnaissaient ses qualités de navigateur de plaisance, si bien qu'en 1983 il fut élu maire de Saint-Jacut. Il dut, hélas, au bout de six mois, démissionner de sa fonction de maire pour raisons de santé, restant toutefois membre du Conseil municipal.

Officier de la Légion d'honneur, titulaire de la médaille des Évadés, il était membre de l'Union nationale des anciens combattants, aussi les drapeaux des diverses associations d'anciens combattants de Saint-Jacut lui rendirent un dernier et juste hommage lors de son inhumation.

Commentaire

Ajouter un commentaire

randorépondre
août 2020 à 19 h 01 min

Henri Lamaison, très grand personnage et pdg Esso France. Il restera dans l’histoire un grand résistant, surement gaulliste. N’oublions pas. Il fut maire de la commune de St Jacut de la mer pas longtemps. Je souhaite que les habitants de cette commune gardent un bon souvenir de lui.

Répondre