Page du publicité pour Coface

Coface, un leader de l’assurance-crédit pour les entreprises en France et à l’international

Dossier : Dossier FFEMagazine N°723
Par Xavier DURAND (83)

Pourquoi avoir choisi Coface ?

Coface est une très belle marque française qui a une expertise de plus de 70 ans dans la gestion et l’analyse des risques de crédit. Son empreinte mondiale couvrant 100 pays (97 % du PIB mondial) fait écho à mon fort intérêt pour l’international.

J’ai vécu en France, au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Japon, et ai eu à gérer une trentaine de pays au cours de ma carrière. C’est aussi un défi passionnant de mener la transformation de cette entreprise de plus de 4 500 personnes, et de son offre pour l’adapter aux besoins de ses 50 000 clients.

Quelles ont été vos principales actions ?

Je suis d’abord parti à la rencontre des clients, des partenaires et des collaborateurs dans 15 pays. Cela m’a permis d’établir un diagnostic précis de l’entreprise et de ses enjeux.

J’ai ensuite lancé un vaste chantier pour élaborer un nouveau plan stratégique, Fit to Win, qui vise à positionner Coface comme l’assureur crédit international le plus agile du secteur.

Il est le fruit d’un travail interne collaboratif avec toutes les régions, les métiers et des fonctions du groupe.

Coface est un observateur privilégié de l’évolution des risques dans le monde.
Quelles sont les perspectives pour 2017 ?

En 2016, les entreprises ont bénéficié d’un environnement économique globalement favorable : politique monétaire expansionniste, taux d’intérêt et prix du pétrole bas, consommation soutenue… Avec toutefois des difficultés dans certains secteurs (commodités, marchés émergents…).

Mais 2016 a surtout été marquée par des événements politiques majeurs, comme le Brexit, la destitution de Dilma Rousseff, le référendum en Italie ou encore l’élection de Donald Trump que personne n’avait vraiment anticipés. Plus que jamais, le risque politique est sur le devant de la scène et 2017 promet d’être encore une année riche en événements.

C’est un des paradoxes étonnants du monde moderne : jamais nous n’avons disposé d’autant d’informations complètes, précises, régulières et fraîches. Jamais nos moyens de traitement et d’analyse de cette information n’ont été aussi puissants, et nos outils de modélisation sophistiqués.

Et pourtant, nous n’avons pas pu prévoir ces derniers événements politiques, ou encore l’évolution des cours des matières premières. Dans cet environnement dynamique, la compréhension de masses de données importantes est donc clé, tout comme la capacité d’adaptation rapide à des réalités changeantes.

Pour moi, la raison d’être de l’assurance-crédit en général, et de Coface en particulier, est donc renforcée. Les entreprises peuvent compter sur nos infrastructures, nos collaborateurs et notre couverture mondiale pour analyser, anticiper et gérer leurs risques de crédit de manière optimale.

La gestion des garanties publiques vient d’être confiée à Bpifrance. Que devient Coface ?

Pour Coface, ce transfert est symbolique, mais mineur. Cette activité historique ne représentait qu’environ 4 % de notre chiffre d’affaires. Nous restons une société privée qui offre aux entreprises partout dans le monde des garanties domestiques ou à l’exportation, et qui fait de l’innovation un axe majeur de sa stratégie.

Et pour conclure ?

Notre secteur offre aux jeunes des opportunités de carrière internationale et dynamique, s’appuyant sur les compétences enseignées par l’École Polytechnique.

Dans cet univers fascinant, nous avons besoin de profils rompus aux technologies de l’analyse de données, de la gestion des risques, des processus ou du commerce.

Bienvenue aux candidatures de talents !

Poster un commentaire