Vendre l’ingénieur à la française

Dossier : X-USA-Canada : un réseau d’éliteMagazine N°678

En 2000, Les outils développés par polytechnique.org commençaient à être pleinement opérationnels et permettaient dès lors, sans avoir besoin de mobiliser des moyens financiers, de développer un réseau au service de nos camarades résidant sur les cinq continents.

L’Asie fut le premier, l’Amérique du Nord devait logiquement suivre. L’année suivante, la réunion du groupe X-Internet, après avoir analysé le démarrage d’X-Asie, a travaillé sur le développement du réseau des X en Amérique du Nord et tout naturellement pensé à Jacques Levin.

À une heure du matin, à la sortie de Ton-Hon (où se concluent traditionnellement nos réunions) nous lui avons passé un coup de fil. Il a accepté sans hésiter de relever le gant.

Une équipe solide

Jacques a su dès le départ s’entourer d’une solide équipe, permettant de mobiliser toutes les bonnes volontés et d’organiser le réseau X-États-Unis-Canada de façon efficace. Sur le plan géographique, afin de créer et d’entretenir les relations personnelles, notamment l’accueil des nouveaux arrivants.

Sur le plan professionnel, avec les groupes thématiques connectés avec leurs homologues en métropole. Notons de surcroît les liaisons particulièrement importantes avec les groupes XMP-Business Angels et XM-Consult, car l’accompagnement des entreprises que nos camarades financent ou conseillent a souvent une dimension transatlantique.

Sur le plan international, avec une connexion forte avec X-Asie et avec la métropole, où les présidents de l’AX n’ont jamais ménagé leur soutien.

Le Québec, résidence préférée des expatriés polytechniciens au Canada.
Le Québec, résidence préférée des expatriés au Canada. © ISTOCKPHOTO

Unir les efforts

Enfin, nos réseaux ont vocation à promouvoir l’image de notre École et de «vendre» le concept de «l’ingénieur à la française» : issu d’une sévère sélection, disposant d’une solide culture à la fois scientifique et humaine et capable de conduire d’ambitieux projets.

Cela nécessite d’unir nos efforts avec les autres réseaux d’anciens élèves de nos grandes écoles.

Cette «extension» fournit en outre une «masse critique » pour les activités de notre réseau qui ont pu se développer de ce fait dans plusieurs dizaines de localités.

Affûter les outils

Tout cela n’aurait bien évidemment pas pu se réaliser sans l’extraordinaire implication de Jacques : développement du site, envoi régulier d’une newsletter, conférences téléphoniques, etc., sans compter les milliers d’heures qu’il a passées au téléphone depuis dix ans pour contacter directement la plupart de nos membres afin d’être à l’écoute de leurs besoins et leur suggérer de prendre des initiatives pour que notre réseau soit toujours plus vivant.

Sans oublier la remarquable coopération qui s’est établie depuis le début avec l’équipe de polytechnique. org, à cinquante promotions d’écart, pour affûter les outils dont Jacques avait besoin pour animer son réseau, ce qui a bénéficié à tous nos réseaux internationaux

Poster un commentaire