» Les clés du renouveau « 

Dossier : Les coulisses du Bal de l'XMagazine N°661 Janvier 2011
Par Alain BORIES (76)

" En 2003, l'ambition de la Commission du Bal était de lui donner un nouvel élan ", rappelle Alain Bories. "Voici comment nous avons réussi à redresser la barre."

Optimisation des entrées

"L'équilibre budgétaire devait respecter les nouvelles normes de sécurité du Palais Garnier qui limitaient à 2 200 le nombre de personnes admises à un instant "t " à l'intérieur de l'édifice. Imaginez- vous qu'en 1928 on a compté plus de 6 600 participants au Bal ! Sans remonter aussi loin, dans les années soixante-dix, nous en avions couramment plus de 4 000. Nous avons donc cherché à optimiser la courbe de fréquentation au cours de la soirée en proposant différentes formules qui permettent aux participants d'arriver de façon échelonnée : spectacle, dîner, bal et bal à prix réduit au-delà de minuit." 

Des soirées "Prestige " et "Tradition" pour les particuliers

" Ensuite, le Bal devait redevenir un forum de communication entre toutes les générations. Si l'organisation a été prise en charge par le nouveau binet Bal, représentant les élèves, conjointement avec l'AX, représentant plutôt les " antiques ", il manquait les classes d'âge intermédiaires. Nous avons proposé aux parents des soirées "Prestige " et " Tradition " dans les 2e, 3e et 5e loges, alors que jusque-là les dîners étaient limités au Grand Foyer. Nous avons aussi ajouté un orchestre de rock et le succès a été au rendez-vous avec plus de 500 particuliers en 2010."

Commission du Bal de l'X

Président : Alain Bories

Tél: 01 53 64 22 04 alain.bories.1976@polytechnique.org

Coordination : Pierre Mary

Tél: 01 56 81 11 12
pierre.mary@ax.polytechnique.org

Adresse : AX, 5, rue Descartes, 75005 Paris

www.baldelx.com

Alain Bories (76), directeur stratégie et business development d'OHB Technology, a pris la présidence de la Commission du Bal en 2003, alors que l'événement connaissait un passage à vide et qu'un comité de réflexion se penchait sur son avenir. "J'ai relevé le défi, car je m'occupais déjà du Gala de l'armement depuis quelques années. Être responsable de ce type d'événement m'amusait, surtout dans un lieu aussi prestigieux que l'Opéra Garnier. À l'époque, deux arguments m'ont convaincu : d'abord le fait que les élèves, déçus par l'annulation du Bal 2003, ont immédiatement réagi en proposant la création d'un binet Bal qui prendrait désormais en charge une partie de l'organisation. Le Bal est le couronnement de leurs deux années passées sur le plateau de Palaiseau, c'est un souvenir qui les marque pour la vie et la bataille qu'ils ont menée pour se le réapproprier a renforcé leur esprit d'équipe. Le second argument, c'est le directeur de l'Office du tourisme de Paris qui me l'a donné : " Lorsque l'on a la chance d'avoir reçu en héritage un événement séculaire qui met en scène l'élite intellectuelle d'une nation, dans un écrin architectural tel que le Palais Garnier, cette œuvre on la poursuit envers et contre tout."

Une ouverture internationale

"L'année 2006", ajoute-t-il, "a représenté un tournant avec l'ouverture internationale du Bal. Nous avons eu depuis le plaisir d'accueillir chaque année une cinquantaine d'anciens d'Oxford, de Cambridge, de Berkeley, de Princeton. Le président de Caltech (California Institute of Technology), le Dr Jean-Lou Chameau, était présent en 2010. Et nous avons l'intention de poursuivre sur cette lancée.

Nous aimerions avoir encore davantage d'invités des pays anglo-saxons, en particulier de Grande-Bretagne car c'est le pays où les groupes d'anciens sont le plus structurés. Nous avons déjà une plaquette promotionnelle bilingue anglais-français. Il nous reste à rendre notre site Internet bilingue et à renforcer nos relations presse à l'international. Le Bal s'associe maintenant aux thématiques annuelles de l'Unesco.

En 2010, nous avons profité du thème " la diversité des cultures" pour inviter des élèves d'origines ethniques diverses accompagnés par les Associations " Tremplin " (soutien scolaire) et " Une grande école, pourquoi pas moi?" (passerelle culturelle).

En 2011, " Année internationale de la chimie ", le Bal mettra à l'honneur les polytechniciens d'hier et d'aujourd'hui dans cette discipline. "

Le Bal en chiffres

• Plus de 500 000 participants aux Bals de l'X depuis cent trente et un ans

• 1879 : premier Bal

• 1928 : le Bal accueille 6623 participants à l'Opéra Garnier

• À partir de 2004 : limitation à 2 200 personnes

• 150 : nombre de lots à la tombola du Bal chaque année

• 1er décembre 2010 : ouverture des réservations sur www.baldelx.com

• Vendredi 18 mars 2011 : 120e Bal

Membres de la Commission du Bal

Claude Abadie (38) : jazz-club
Philippe Alquier : coordination avec l'École
Raphaël Barrois (06) : site Internet et système de réservation
René-François Bernard (70) : orchestres et sonorisation
Alain Bories (76) : président
Aurélie Dexmier : relations particuliers
Geneviève Guillemet : relations entreprises
Anne Jeandin (08) : présidente du binet
André de Kersauson (62) : distribution des programmes et parfums
Clotilde Laigle (09) : vice-présidente du binet
Stanislas Landry (01) : marketing – sponsoring
Nathalie Litwin : communication-responsable des visuels
François Xavier Martin (63) : communication
Pierre Mary (60) : budget – liaison avec l'AX – tombola
Élodie Renoult (04) : restauration
Rolland Russier (67) : sécurité – animations – spectacle

Poster un commentaire