La stratégie de mobilité durable de Toyota

La stratégie de mobilité durable selon TOYOTA

Dossier : Dossier FFEMagazine N°733 Mars 2018
Par Didier GAMBART

Aujourd’hui, nous entendons de plus en plus parler de mobilité électrique.
Comment cela se traduit-il dans le monde automobile ?

En tant que constructeur responsable, pionnier et leader de la technologie hybride électrique qui équipe aujourd’hui plus de 11,5 millions de nos véhicules, nous nous devons de proposer des technologies toujours plus respectueuses de l’environnement.

Toyota s’est ainsi fixé l’objectif à l’horizon 2050 de lutter contre les émissions de CO2, la détérioration de la qualité de l’air, la pénurie d’eau, l’appauvrissement des ressources, tout en préservant la biodiversité. Notre « défi environnemental 2050 » a pour objectif notamment de réduire de 90 % les émissions de CO2 de nos véhicules par rapport à 2010 et d’éradiquer la totalité des émissions produites tout au long du cycle de vie.

Nous sommes déjà en bonne voie pour atteindre cet objectif. L’Association Auxiliaire de l’Automobile (AAA), vient de nouveau de placer en 2017 Toyota au premier rang des constructeurs automobiles le moins émetteur de CO2 en France avec une moyenne de 98 g/km de CO2 alors que la moyenne nationale augmente pour atteindre 111 g/km.

Plus particulièrement, comment appréhendez-vous cette thématique au sein de Toyota ?

La mobilité électrifiée et durable, selon Toyota, est une coexistence de différents types de motorisations, l’électrique pour de courts déplacements ou des déplacements urbains, l’hybride électrique et l’hybride électrique rechargeable pour tout type de trajets et la pile à combustible hydrogène pour de longues distances.

AUJOURD’HUI, UNE TOYOTA HYBRIDE PERMET DE PARCOURIR RÉELLEMENT PLUS DE 50 % DE SON TEMPS DE TRAJET EN MODE TOUT ÉLECTRIQUE.
En parcours mixte, selon conduite, chargement et facteurs extérieurs. Tous résultats confondus au 30/11/2017 des Essais Alternatifs de Toyota France.

D’ici à 2030, Toyota a l’intention de vendre plus de 5,5 millions de véhicules électrifiés par an, dont plus d’1 million de véhicules Zéro Emission. Par ailleurs dès 2025, tous les modèles Toyota et Lexus seront disponibles en version électrifiée, c’est-à-dire en version électrique, hybride électrique, hybride électrique rechargeable et à pile à combustible.

Toyota est d’ores et déjà en avance de 3 ans sur ses ambitions 2050, avec 1,52 million de véhicules électrifiés vendus en 2017 dans le monde.

Que proposez-vous à ce niveau ?
Quelle est votre approche ?

La technologie hybride électrique permet de répondre aux normes environnementales et a positionné Toyota en pionner des solutions durables dans le transport individuel. Cette technologie permet d’optimiser le rendement énergétique de toutes les sources d’énergie et s’appuie sur un moteur essence ultra-efficace, associé à un moteur électrique et à une batterie nickel hydrure métallique (Ni-MH) ou lithium-ion (Li-ion) permettant de fournir la puissance électrique nécessaire.

11,5 millions d’hybrides Toyota et Lexus ont été commercialisés dans le monde depuis le lancement de l’emblématique Prius en 1997 (1,5 million commercialisé chaque année). Aujourd’hui, grâce aux essais que nous avons menés depuis plus de deux ans, une Toyota Hybride permet de parcourir réellement plus de 50 % de son temps de trajet en mode tout électrique1, sans aucune intervention du conducteur et sans besoin de brancher son véhicule.

La promesse d’économies d’essence et d’émissions moindres de CO2 est donc là. Mais aussi, et surtout, la découverte de nouvelles sensations de conduite, zen et fluides.

En 2017, en France, déjà 60 % de véhicules commercialisés étaient équipés de la technologie hybride électrique, grâce notamment à la Yaris produite à Onnaing dans le nord de la France, le modèle le plus produit de France en 2017.

Quels sont les principaux enjeux liés à la mobilité électrique ?

Aujourd’hui, le frein principal au développement de la mobilité 100 % électrique est l’infrastructure de charge et le manque d’autonomie des véhicules qui fait craindre la peur de la panne.

L’automobile est un formidable outil de liberté et doit répondre à tout type d’usage, à tout moment. Outre le problème des infrastructures, les enjeux principaux résident dans la production d’électricité issue d’énergies renouvelables, mais également dans le coût de la batterie.

La technologie hybride électrique permet de résoudre ces appréhensions, car elle est accessible dès aujourd’hui, sans investissement d’infrastructures et s’adresse en matière de coût au plus grand nombre.

Qu’en est-il de vos perspectives ?

La mobilité Toyota combinera différentes technologies selon les usages et les besoins pour des émissions toujours plus réduites. Mais le véritable saut technologique viendra de la création d’une société de l’hydrogène.

L’hydrogène est un formidable vecteur de stockage de l’énergie, laquelle peut être issue de sources renouvelables, pour ensuite approvisionner en énergie les habitations et les sites industriels, mais également offrir un service de mobilité zéro émission pour le transport individuel.

C’est ce que nous nous efforçons de faire avec Mirai, la berline à pile à combustible hydrogène que nous commercialisons déjà en France en petites séries notamment auprès des grands énergéticiens français et du service de taxi parisien Hype.


 

EN BREF

  • Constructeur généraliste mondial avec plus de 10,5 millions de véhicules commercialisés en 2017, le groupe Toyota est constitué des marques Toyota-Lexus, Daihatsu — petits modèles compacts — et Hino — utilitaires et poids lourds.
  • Toyota est un constructeur généraliste global, qui bénéficie d’une organisation locale lui permettant de produire au plus près des marchés sur lesquels sont commercialisés ses véhicules.
  • Précurseur et leader de technologies plus respectueuses de l’environnement, Toyota consacre chaque année environ 8 milliards d’euros en Recherche & Développement, soit un budget parmi les plus élevés, toutes entreprises confondues.
  • Toyota est présent en France depuis 1967 et emploie plus de 9 000 personnes, dont plus de 3 800 sur son site de production à Valenciennes- Onnaing. Le groupe vient par ailleurs d’annoncer en janvier la modernisation de son outil de production dans le Nord avec un investissement additionnel de 300 millions d’euros.

Poster un commentaire