Château Siran à Margaux

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°559 Novembre 2000Rédacteur : Laurens DELPECH

Entre la Gironde et l’Océan, le vignoble du Médoc recèle quelques-uns des plus grands crus du monde. C’est notamment le cas à Margaux, mondialement célèbre par son premier grand cru classé, Château Margaux. Les vins de Margaux comptent parmi les plus élégants du Médoc. Profonds et subtils, ils supportent très bien un long vieillissement qui leur apporte beaucoup de charme et de complexité.

Château Siran, qui s’étend sur près de 25 hectares, est un des fleurons de Margaux. Son terroir exceptionnel, enclavé parmi des grands crus, aurait dû être classé en 1855 ; s’il ne l’a pas été, c’est surtout en raison de l’insouciance de ses propriétaires (qui étaient alors les Toulouse- Lautrec). Sur des terroirs en pente vers la Gironde et orientés sud-est, le cabernet sauvignon domine l’encépagement (46 %), suivi du merlot (35 %), du petit verdot (12 %) et du cabernet franc (7 %). La forte proportion de petit verdot marque fortement le style du vin vers la rigueur et la structure.

De fait, siran est un vin de longue garde : vingt ans de vieillissement ne lui font pas peur. Le 82, par exemple, se déguste très bien aujourd’hui et, lors d’une dégustation récente, le 53 est apparu dans tout l’éclat de sa maturité…

Etiquette de Château SIRANSous l’impulsion de Brigitte Miailhe, directrice du Domaine, tous les efforts sont consentis, afin d’amener Siran au plus haut niveau : le vignoble est maintenant drainé dans sa quasi-totalité ; des “ vendanges vertes ” sont conduites entre juillet et septembre ; les raisins sont récoltés manuellement et recueillis en cagettes de 60 litres afin de les préserver et d’optimiser le tri sélectif réalisé au chai ; les rendements sont maintenus à 45 hl/ha en moyenne ; enfin les installations de vinification sont parfaitement équipées, notamment au niveau des moyens de contrôle de la température.

Les vinifications sont d’ailleurs conduites depuis 1995 sous le contrôle de l’œnologue Michel Rolland, le plus réputé de tout le Bordelais. Elles restent classiquement médocaines, avec des extractions qui savent respecter l’élégance du terroir de Margaux.

Comme tous les grands crus, Siran produit un grand vin (90 000 bouteilles/an) et un second vin (50 000 bouteilles/ an), appelé “ S de Siran ”, issu des cuvées qui n’ont pas été retenues pour le grand vin ainsi que des raisins produits par les jeunes vignes. Si pour le grand vin, c’est la richesse aromatique, la complexité et un certain volume tannique qui sont recherchés, le second vin se caractérise plutôt par sa souplesse et son fruité. La sélection est très poussée, certaines années, c’est jusqu’à 60 % du raisin qui est écarté du grand vin. On comprend mieux les raisons de la qualité de siran dans les petits millésimes, où il fait souvent jeu égal avec des crus classés autrement plus coûteux…

À Siran, comme à Mouton-Rothschild, les étiquettes du grand vin sont illustrées depuis 1980 par des artistes contemporains, qui doivent illustrer un événement marquant du millésime. Comme, par exemple, Miro et le Mundial de football en 82, Jean-Michel Folon et la navette spatiale Columbia en 81, Pierre Yves Tremois et la comète de Halley en 86, William Alsop et le tunnel sous la Manche en 1990, le “ French paradox” illustré par Loon, le célèbre dessinateur anglais en 1993, l’avènement des communications sur Internet par Jeremy Ramsey, peintre britannique résidant à Singapour en 1996, la France championne du monde de football célébrée par Raymond Moretti en 1998…

Par ailleurs, Siran est un des rares châteaux du Médoc qui peut se visiter librement tous les jours. Outre une élégante chartreuse rose et un superbe jardin fleuri de cyclamens d’août à septembre, on peut visiter les chais et les installations de vinification ainsi qu’un petit musée du vin, qui ne manque pas d’intérêt. De la terrasse de Siran, on a un superbe point de vue sur le Médoc et l’estuaire de la Gironde.

Voici nos commentaires sur les millésimes de Siran que l’on trouve en ce moment dans le commerce ou sur les cartes de restaurants :

1997

Belle couleur rubis aux reflets sombres. Nez fin et complexe de petits fruits rouges et de cassis. Attaque souple et fraîche, bonne acidité. La bouche est bien structurée et les tannins soyeux. Belle finale sur des notes épicées.

1996

Belle couleur foncée de baies mûres. Nez fruité avec de belles notes d’épices douces. Attaque souple, tanins fondus, corps puissant et généreux. Belle longueur sur des notes fruitées (cassis) et torréfiées. Un grand vin de garde qu’il faut savoir attendre.

1995

Robe rouge sombre avec un reflet brun. Nez intense et complexe de fruits noirs, de tabac, de cacao et de cèdre. La bouche est mûre et opulente avec une grande richesse tannique, un fruit remarquable, une trame fine et élégante. Finale équilibrée, sur des notes d’épices.

1994

Couleur intense et brillante avec une frange orangée. Nez complexe dominé par des arômes de fruits rouges bien mûrs et des notes de cuir, d’épices et de tabac. Beaux tannins. Vin équilibré.

1993

Belle couleur, bonne concentration, structure équilibrée, riche en tannins. Arômes fruités, notes de sous-bois et bonne longueur en bouche.

Château Siran, Labarde, 33460 Margaux, tél. : 05.57.88.34.04, fax : 05.57.88.70.05.

Poster un commentaire