Bordeaux : le retour du Soleil

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°617 Septembre 2006Rédacteur : Laurens DELPECH

On associe souvent les vins de Bordeaux à un certain conservatisme et, depuis quelque temps, à un problème de commercialisation. En fait, si certains vins ont du mal à se vendre, il y a deux catégories très prisées en France et à l’étranger : les très grands vins et les châteaux qui savent développer à partir d’un terroir exceptionnel des vins de qualité, avec cette finesse et cette fraîcheur qui appartiennent à Bordeaux et font toujours rechercher les vins de cette région.

Les très grands vins montrent la voie à Bordeaux et ont longtemps été les locomotives de l’appellation. Le monde entier s’arrache Cheval blanc, Margaux, Yquem, Petrus 56 ou Lafite à des prix qui ne cessent de monter. Ces grands vins sont devenus des produits de luxe, par leur prix et leur rareté et le commun des mortels n’y a accès que dans des occasions exceptionnelles. Mais un grand atout de Bordeaux, c’est aussi de savoir faire un très bon vin à un prix raisonnable, comme le montrent les exemples des crus bourgeois dans le Médoc (ChasseSpleen, PhélanSégur, HautMarbuzet…) ou de Château d’Aiguilhe en Côtes de Castillon. C’est précisément la personne qui a fait le succès d’Aiguilhe, le comte Stephan von Neipperg, qui est à l’origine du renouveau de Château Soleil.

Au départ, comme toujours en France, il y a un terroir, situé dans l’appellation Puisseguin SaintÉmilion, qui est d’une qualité exceptionnelle puisque le Château Soleil avait déjà été reconnu “Premier Vin de l’appellation ” par l’INAO, lors du cinquantenaire de l’AOC Puisseguin SaintÉmilion. En 2005, Château Soleil a été racheté par un groupe de passionnés de vin dont l’objectif est de porter le vin au plus haut niveau qualitatif possible, celui des tout “Premiers ” crus de la région de SaintÉmilion, tout en restant dans une gamme de prix raisonnable.

La propriété est constituée d’une vingtaine d’hectares, majoritairement situés sur le plateau calcaire du village de Puisseguin. On retrouve le même type de terroir sur le plateau de SaintÉmilion, qui héberge la plupart des grands crus classés de l’appellation. L’encépagement, typique du SaintÉmilionnais, est constitué pour près de 80 % de merlots, le reste se partageant également entre cabernets sauvignons et cabernets francs. Comme nous l’avons déjà mentionné, les équipes qui ont pris en main Château Soleil sont supervisées par Stephan von Neipperg. Propriétaire, entre autres de Canon La Gaffelière, de La Mondotte et du Clos de l’Oratoire à SaintÉmilion ainsi que de Château d’Aiguilhe en Côtes de Castillon, il est reconnu comme un des meilleurs spécialistes de ces terroirs et de ces cépages.

La culture de la vigne comme la vinification sont conduites dans un esprit de respect du terroir et du millésime. Chaque cuve, issue de parcelles bien identifiées, est traitée “ surmesure”, essentiellement en fonction de critères de dégustation. Les fermentations sont lentes et conduites à des températures contrôlées. Comme il se doit pour un vin qui bénéficie des derniers apports en termes de pratiques oenologiques, les fermentations malolactiques ont lieu en barriques, et l’élevage sur lies, sans soutirage, permet un contrôle mesuré des apports d’oxygène par microbullage, en fonction des besoins. Au terme de ce processus, les vins ne nécessitent alors pratique ment ni collage ni filtrage.

Les merlots confèrent à Château Soleil une rondeur, un fruité, une opulence caractéristiques des grands vins de la rive droite, les cabernets ajoutent par leur puissance et leur complexité aromatique une bonne longueur en bouche et viennent renforcer la capacité de garde.

Le premier millésime produit par la nouvelle équipe est le 2005, un millésime géant à Bordeaux, qui se compare aux plus grands millésimes du siècle dernier. Château Soleil bénéficie naturellement de l’effet millésime : les échantillons que j’ai goûtés sont délicieux, le vin est déjà presque agréable à boire, ce qui est extrêmement rare lorsqu’on goûte des échan tillons de primeurs, quelques mois après la vinification, au moment où le vin est fait mais pas encore élevé. Comme beaucoup d’autres bordeaux, Château Soleil va bientôt être mis à la vente en primeurs, mais on ne connaît pas encore ses circuits de distribution.

Poster un commentaire