Magazine N°712 Février 2016 - Polytechniciennes
  • Dernier magazine (730)
  • Magazine de l'article (712)

Véronique ROUCHON (86)

Professeur du Muséum national d’histoire naturelle

Articles du Dossier

Par Sylvie BONNET
et Claudine HERMANN
Par Aline AUBERTIN
Par Sylvie BONNET
Par Alice CARPENTIER
Par sept polytechniciennes de la promotion 2011.
Par Diane DESSALLES-MARTIN (76)
Par Fabienne KELLER (79)
Par Anne-Marie LAGRANGE (82)
Par Véronique ROUCHON (86)
Par Isabelle GALLAGHER (92)
Par Anne Du CREST-MARTEL (92)
Par Anne-Florie CORON (00)
Accès libre
Tout est possible 0
Par Caroline VALLEJO (00)
Par Güro GROTTERÜD (01)
Par Lamis ALJOUNAIDI (02)
Accès libre
Transformer l'essai 0
Par Odile LACOIN (04)
Par Delphine FAYOL (05)
Par Jeanne LANTZ (09)
Par Lingjie FEI (09)
Par Sophie GUIEYSSE (82)
Par Claude RIVELINE (56)

Allier sciences et patrimoine

Au lycée, je faisais partie de ces bons élèves capables de comprendre des matières scientifiques, mais j’étais aussi très motivée par d’autres champs, comme les arts, la musique ou les sciences naturelles.

J’ai suivi la voie « royale » de la prépa M’, plutôt pour reculer l’échéance du choix que par passion des maths ou de la physique.

De la chimie à l'histoire de l'art

Mes meilleurs souvenirs de prépa correspondent à l’ambiance de camaraderie. Quelques documentaires à la télévision sur des restaurations de peintures m’ont fait rêver. Sans véritablement me figurer à quoi correspondaient ces métiers, j’y voyais une direction attirante.

Ma première déception à l’X a été de constater qu’il fallait encore beaucoup travailler les matières fondamentales si l’on voulait se distinguer.

Là, je n’étais plus d’accord. J’aspirais à davantage d’applications. C’est probablement pour cette raison que je me suis tournée vers les enseignements de chimie. Quant aux cours d’histoire de l’art et de peinture d’Hervé Loilier, c’était une vraie bouffée d’oxygène.

Sciences des matériaux et manuscrits anciens

Très vite, la voie du doctorat s’est imposée. J’ai choisi le domaine des sciences des matériaux car il pouvait offrir une ouverture vers l’analyse d’objets d’art. J’ai parallèlement effectué une licence d’histoire de l’art pour voir autre chose.

Fossile altéré par des efflorescences blanches de sulfates de fer
Fossile altéré par des efflorescences blanches de sulfates de fer II (rozénite et szomolnokite). Spécimen MNHN.F.6888, Hymenophyllites semialatus, Ruet de Tavernay (Saône-et-Loire, France).

À l’issue de ma thèse, pour des raisons familiales, j’ai rejoint l’université de La Rochelle, nouvellement créée, sur un poste de maître de conférences, et j’ai été affectée à un laboratoire de recherche sur les phénomènes de corrosion (aujourd’hui Laboratoire des sciences de l’ingénieur pour l’environnement, LaSIE).

J’y ai entamé des recherches sur les phénomènes d’altération des manuscrits anciens par les encres ferrogalliques.

Il n’était pas question de corrosion métallique mais de dégradation de papiers provoquée par des encres très corrosives à base de fer. Je suis revenue à Paris en 2005 au Muséum national d’histoire naturelle, dans le Centre de recherche sur la conservation et ai récemment été reçue professeur du Muséum.

Comprendre les matériaux fossiles

Au cours de mes études, j’avais initialement imaginé travailler à l’analyse scientifique d’œuvres d’art. Assez vite, je me suis rendu compte que les problèmes d’identification, d’authentification ou de datation ne représentaient qu’une partie des problèmes soulevés en conservation du patrimoine.

“ Comprendre les mécanismes d’altération des collections paléontologiques pour mieux y remédier ”

Mon travail actuel vise à comprendre les mécanismes d’altération des spécimens des collections paléontologiques pour mieux y remédier.

Cela nécessite une bonne connaissance des matériaux fossiles et de leur comportement en fonction de différents facteurs (air, humidité, pollutions, lumière, etc.).

Choisir un sens

Si je devais transmettre un message, ce serait de ne pas choisir une voie « parce qu’on y gagne bien sa vie », ou « parce qu’il y a des débouchés », mais tout simplement parce qu’elle a un sens.

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités