Pandémie

Et la pandémie a frappé

Dossier : Vie de l'associationMagazine N°755 Mai 2020
Par Yves DEMAY (77)

Progressivement, et dans une progression d’Est en Ouest, la pandémie du Covid-19 est devenue mondiale. Pour la communauté polytechnicienne, la première pensée, comme pour l’ensemble des personnes, c’est de souhaiter une bonne santé, pour vous et tous vos proches.

Le coronavirus et le confinement ont changé nos vies.

 

Une adaptation numérique rapide

À l’École, les élèves ont été invités à rentrer chez eux. Plus de 300 d’entre eux, principalement des élèves ou des étudiants internationaux sont restés. La restauration a cessé, mais les magasins d’alimentation permettent de tenir. L’École a été très réactive et efficace pour basculer en numérique. Les élèves apprécient et le disent. L’École, comme l’AX, est passée en télétravail.

Une communauté réactive et solidaire des élèves

L’impossibilité de franchir les frontières et la situation d’entreprises et de laboratoires a mis fin à beaucoup de projets de stages, et nombre d’élèves et d’étudiants se sont trouvés en situation difficile. Marwan Lahoud a lancé un appel qui a permis de recueillir plus de 150 propositions de stage. Remercions les nombreux camarades qui ont répondu positivement.

Une commission avec l’École, l’AX, la FX et la Kès, se réunit hebdomadairement pour trouver des solutions et des actions face au cas de chaque élève ou étudiant(e) en difficulté. Avec l’offre de stage, les prêts AX et les secours École ou FX, on voit, semaine après semaine, les situations trouver des solutions.

Dons de masques et collectes en cours

La solidarité, c’est aussi l’action conduite par X-Chine, sous l’impulsion de Ban Zheng (2005). 138 000 masques, donnés par des entreprises chinoises, sont arrivés en France et remis à des hôpitaux et à l’École. Une collecte, au profit de la fondation Hôpitaux de Paris-Assistance Publique, a permis de recueillir plus de 46 000 €. Avec les mots clés AP-HP et X-Chine, on trouve la page où il est toujours possible de donner.

Les élèves et les labos mobilisés

La mobilisation, c’est aussi 35 élèves qui, en plus de leurs cours, ont rejoint leurs anciennes affectations, en particulier dans les pompiers de Paris, et d’autres, nombreux, qui s’engagent dans du tutorat par exemple pour des enfants de soignants.

Les laboratoires de l’École ont réalisé, conduit ou lancé des recherches fortes sur des analyses de la politique de tests la plus efficace, sur les méthodes pour un traçage respectueux des données personnelles, sur diverses modélisations, ou sur l’analyse des nuages de gouttelettes.

Succès du hackaton pour sortir de la crise

Enfin, l’École et Sciences-Po ont été les premiers à répondre à une proposition d’HEC, le « Hackaton Covid-19, Sortir sainement de la crise » le week-end du 10 au 12 avril. Sylvie Delassus (83) a fédéré les participants de la communauté polytechnicienne, et ensemble, et avec d’autres, ils ont pu conduire un hackathon (rassemblement d’informaticiens pour travailler sur des projets de programmation informatique en mode collaboratif). Plus de 1 400 personnes, de 52 nationalités, le temps d’un weekend, ont imaginé 105 projets pour sortir sainement de la crise.

Poster un commentaire