Value at risk

Risk Management et transparence des risques financiers

Dossier : La banqueMagazine N°580 Décembre 2002
Par Olivier Le MAROIS (82)
Par Raphaël DOUADY

Le manque de transparence des risques, bien plus que les problèmes de comptabilités, est le véritable fondement de la crise de confiance majeure que les marchés financiers ont connue en 2002.
La comptabilité même sincère ne peut en soi rendre compte des risques pesant sur la valeur future d’une entreprise. Les faillites WorldCom et Enron ne résultent pas uniquement de la fraude comptable, mais bien de la matérialisation de risques depuis longtemps quantifiables, sur lesquels les marchés ont été aveugles, faute de transparence. Restaurer la confiance des investisseurs impose donc de généraliser la transparence de risques, au travers d’une extension du risk management à la gestion d’actifs.
Cette extension se heurte toutefois aux coûts très élevés de la collecte et de la consolidation des risques le long des chaînes de valeur ajoutée. Elle ne devient en pratique possible qu’avec le développement d’une représentation additive et universelle des risques.

 

Connectez-vous pour lire la suite.
Se connecter S’enregistrer