Pythagore en Inde, L’aube des mathématiques

Pythagore en Inde, L’aube des mathématiques

Dossier : Arts, lettres et sciencesMagazine N°763 Mars 2021Par : Pierre Brémaud (64)Rédacteur : Robert Ranquet (72)Editeur : Éditions Cassini, novembre 2020

Pythagore en Inde, L’aube des mathématiques Pythagore est-il réellement l’auteur du théorème auquel son nom est attaché ? Et d’abord qui était-il vraiment ?

C’est à cette enquête (237 pages) que l’auteur s’est livré, enquête qui conduira le lecteur de l’île de Samos, où Pythagore serait né, jusqu’en Chine en passant par l’Égypte, Babylone et la vallée de l’Indus.

En effet, si on ne peut dénier à l’école de mathématique grecque d’avoir théorisé la propriété des côtés du triangle rectangle et, de là, avoir fait faire aux mathématiques un bond en avant considérable – avec notamment les éléments d’Euclide, cette propriété remarquable était déjà connue aussi bien des Égyptiens que des Babyloniens ou des Indiens, et ce, de nombreux siècles avant que les pythagoriciens s’y intéressent. On dira, à leur bénéfice, que, si leurs devanciers orientaux connaissaient la propriété de l’hypoténuse, ils en faisaient surtout un usage pratique, agricole ou cultuel, sans sembler en avoir saisi l’implication théorique qu’on pouvait en tirer.

C’est à la « secte » des disciples de Pythagore, dont on n’est pas certain qu’il fût lui-même versé dans les mathématiques, mais plutôt dans la métaphysique et la métempsychose, qu’il revient d’avoir saisi toute la généralité de ce théorème et ses implications pour la théorie des nombres.

Victoire éclatante de la science grecque, et partant occidentale ? Relégation aux oubliettes de l’histoire des connaissances des savants orientaux ? C’est sur cette question, qui prend aujourd’hui une coloration politique forte, en ces temps de décolonialisme, que se conclut cette passionnante enquête.

Poster un commentaire