Mieux qu’un tigre dans le moteur, une âme dans l’entreprise

Dossier : La France a besoin d'entrepreneursMagazine N°549 Novembre 1999
Par Jean-Paul LANNEGRACE (55)

L'entreprise produit des objets et des services pour ses clients. Les conditions de cette production réagissent sur la personnalité des producteurs : elles peuvent l'enrichir ou la dégrader.

D'où l'importance d'associer à tout projet économique un projet humain : l'entrepreneur est aussi un "entrepreneur d'humanité".

Le même esprit anime la démarche dite de "qualité totale" du management qui vise la satisfaction des clients et du personnel en agissant sur l'organisation et les comportements.

Dans ce contexte, le dirigeant d'entreprise a une triple vocation :

  • porteur de sens : constructeur d'une vision partagée du futur, et d'une organisation du travail au service des clients, soutenues par une intense créativité et un esprit d'équipe sans défaillance,
  • éveilleur de libertés par la confiance et la responsabilisation,
  • mainteneur des relations de travail, tant externes qu'internes, tant hiérarchiques qu'au sein des équipes : l'exemplarité, la transparence, l'échange sur les valeurs et les représentations sont ici des facteurs de progrès.

 
L'autorité et la simplicité avec lesquelles cette triple vocation est remplie constituent, avec la clairvoyance stratégique, les qualités dominantes de l'entrepreneur, et les meilleurs gages de réussite.

Ce type de management "humaniste" va se répandre dans les entreprises qui vont émerger dans les décennies à venir, lesquelles seront pour la plupart des entreprises de services ou de projets. L'obtention de la confiance et les qualités relationnelles y seront décisives. L'entreprise qui l'emportera sera celle dont les hommes seront les plus vivants et les plus passionnés.

Livre : Professions et Entreprises L'humanisme chrétien est celui dont nous sommes presque tous imprégnés en Europe, consciemment ou pas. Le CFPC regroupe 3 000 entrepreneurs ou dirigeants chez qui cette conscience est forte ; ils partagent leurs expériences professionnelles, convaincus que c'est du même Homme dont il est question dans l'Entreprise et dans l'Évangile. À leurs yeux, cet homme engage quotidiennement dans son travail une part de lui-même "sacrée", destinée non à l'entreprise mais à l'éternité. Relèvent du "sacré" : la voix de la conscience, l'amour gratuit apporté à notre ouvrage, le visage de chacun et l'échange des regards.

Si cette dimension de l'Homme, dans le respect des consciences, vient à être reconnue il se met à souffler un esprit de liberté, de tolérance, de fraternité, d'allégresse, comme si l'entreprise avait acquis une "âme".

Ce n'est pas un handicap pour la réussite économique…

CFPC (Centre Français du Patronat Chrétien, devenu EDC, Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens) : Entrepreneurs et dirigeants d'entreprises,  24, rue Hamelin, 75116 Paris.

Poster un commentaire