Mais que font les économistes?

Dossier : Après la crise : Les nouveaux défis de la théorie économiqueMagazine N°656 Juin/Juillet 2010
Par Vivien LEVY-GARBOUA (67)

Toute grande crise de l'économie est une crise pour les économistes. Qu'ont-ils fait pour prévenir tant de malheurs ? Que proposent-ils pour nous en sortir plus rapidement? Quelle remise en cause de leurs théories faut-il envisager ? Quels remèdes proposer à la tourmente financière qui balaie aujourd'hui l'Europe et l'euro? Quel nouveau paradigme émergera de cette période?

Il était normal que La Jaune et la Rouge consacre un numéro à ces questions : les polytechniciens jouent un rôle éminent dans la recherche économique internationale, avec à leur tête le seul prix Nobel d'économie français, Maurice Allais.

Aborder le rôle des économistes dans la crise (avant, pendant et après) implique en premier lieu de relier les moments de la crise aux questions pour ces champions que sont les économistes, et à présenter les réponses ou les déchirements que suscitent ces interrogations dans le domaine de la macroéconomie.

Ce qui amène naturellement à examiner les implications de la crise pour les économistes et mettre l'accent sur les effets de la spécialisation de la profession en appelant à une plus grande ouverture entre les disciplines. La crise a d'abord été financière et constitue une occasion de remise en perspective de la théorie des banques et de la Finance. On peut légitimement s'interroger sur la capacité des économistes à remettre en cause le point de vue dominant sur la modélisation financière, la théorie des marchés efficients, qui, in fine, nous dit que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, ce qui, de nos jours, est, au minimum, contre-intuitif !

Heureusement, certains économistes sont là pour nous sortir de cette impasse et nous redonner espoir, en proposant une nouvelle théorie de la Finance de marché : leurs travaux, très prometteurs, donnent un aperçu à la révolution conceptuelle qui est en gestation. Et puisque la Finance est au cœur du débat, une réflexion s'impose sur la valorisation des produits financiers complexes et l'usage des modèles mathématiques dans la Finance.

La crise nous invite aussi à une réflexion profonde sur la globalisation et la remise en cause de la théorie de l'échange international qu'elle appelle. Enfin, la crise est aussi l'occasion pour les économistes de reconsidérer leurs méthodes et leur attitude vis-à-vis des autres disciplines

Commentaire

Ajouter un commentaire

Robert BRANCHErépondre
25 juillet 2010 à 19 h 01 min

Ce commentaire porte sur la totalité du dossier :

Paradoxalement, alors que dans son éditorial d’introduction, Vivien Levy-Garboua, Senior Advisor de BNP Paribas, écrit : « Heureusement, certains économistes sont là pour nous sortir de cette impasse et nous redonner espoir, en proposant une nouvelle théorie de la Finance de marché », je trouve personnellement que le contenu des articles est d’abord un aveu d’impuissance face à ce qui vient de se passer et surtout à ce futur largement imprévisible.
Le dossier commence par une interview de Maurice Allais, prix Nobel d’Économie. Il a une réponse, à la fois simple et brutale : il propose d’en revenir avant la globalisation et la mondialisation qui seraient source de tous les maux. Pour cela, il faut « restaurer une légitime protection » et « pouvoir se protéger par le rétablissement de protections raisonnables et appropriées ainsi que par le contrôle des capitaux ». Peut-être, mais est-ce faisable et réaliste ? Est-ce que la mondialisation n’est pas plutôt un état de fait, un effet de système ? Comment penser que la réponse aux problèmes actuels est le retour en arrière ? Ne s’agit-il pas plutôt de penser à partir du réel que de vouloir le faire retourner d’où il vient ?
Ensuite se succèdent les articles :
– Vivien Levy-Garboua, dans Questions pour une économiste, après avoir fait un panorama de son analyse du pourquoi de la crise financière, termine en appelant à un renfort de la mathématisation du monde. Selon lui, il faut « enrichir la macro-économie, à l’image de ce que la théorie comportementale a apporté à la théorie financière, en décrivant davantage des comportements observés, en faisant une part à l’irrationnel et au subjectif. » Mais c’est bien là le problème et toute la contradiction interne de la proposition : c’est précisément parce que le poids des comportements humains est prépondérant et qu’il est par essence subjectif que l’on ne peut pas mathématiser le monde … et heureusement !
– Patrick Artus, Directeur des études et de la recherche de Natixis, dans Les économistes avant et après la crise, cherchent « les vraies raisons qui expliquent l’absence de prévision de la crise par les économistes ». Il en trouve trois : « la spécialisation des économistes alors que l’analyse de la crise nécessiterait une approche fortement pluridisciplinaire ; l’utilisation par les économistes de modèles mathématiques (…) très éloignés de la réalité ; la difficulté à prévoir l’économie dans un monde d’équilibres multiples, ou, de manière équivalente, de crises systémiques ». Une fois cette analyse sévère détaillée et argumentée, il s’en sort par une pirouette en affirmant que les économistes ne sont « ni incompétents, ni vendus aux banques », – alors qu’il vient brillamment de montrer à tout le moins la limite extrême de leurs compétences… –, et qu’une sorte de miracle va faire émerger une solution.
– André Lévy-Lang, ancien Président de Paribas, dans Les modèles mathématiques des activités financières, expose d’abord pourquoi les modèles financiers sont limités et faux. Notamment il écrit : « C’est sans doute la faiblesse la plus grave des premiers modèles utilisés par les financiers, ils ne prennent pas en compte le comportement des acteurs des marchés. » Une fois de plus, on a oublié que les comportements humains ne suivaient pas des équations, ni des règles de trois… Il continue avec une affirmation étonnante : « Et pourtant, avec ces modèles très imparfaits, voire faux, les marchés de dérivés se sont développés, et ils ont permis, en trente ans, de créer beaucoup de richesses, non seulement pour les financiers mais pour l’ensemble des économies mondiales. » Merci pour cet aveu et le culot de cette affirmation, mais où sont les justificatifs à l’appui de ce propos ? Plus loin, il en appelle à une meilleure modélisation financière, en faisant le parallèle avec la modélisation de la réalité physique. Il termine en écrivant : « Il y a donc encore beaucoup à faire dans ce domaine (celui de la modélisation financière), en recherche appliquée aussi bien que dans les mathématiques en amont de la modélisation ». Certes… mais est-ce qu’il ne serait pas temps de se poser la question de la pertinence de vouloir à tout prix tout modéliser ?
– Thierry de Montbrial, dans La théorie économique entre Platon et Bergson, prend lui le contre-pied des conclusions des autres articles : « L’incertitude pure affecte à des degrés divers la vie de tous les hommes. Chacun a sa part, fut-elle modeste, de création et de liberté. C’est pourquoi aucun raisonnement probabiliste ou statistique ne pourra jamais enfermer durablement les comportements humains même agrégés. (…) On ne doit pas prendre la science économique trop au sérieux, c’est-à-dire jusqu’au point de métamorphoser des modèles théoriques en dogmes ou idéologies, ce qui est manifestement une tentation pour certains scientifiques en mal de notoriété. » Venant du fondateur de l’Institut français des relations internationales et de l’ancien Directeur Général du Centre d’analyse et de prévision, le propos a tout son poids…
– Alfred Galichon et Philippe Tibi, professeurs à l’École Polytechnique, dans Marché efficients ou marchés efficaces, repartent sur la théorie des marchés efficients, en montrent les limites et expliquent pourquoi cela ne peut pas fonctionner. Mais cela ne les empêche pas d’affirmer in fine que « le marché donne une réponse objective. (…) Il est donc efficace au sens où il assure une règle de partage acceptée de tous ou s’imposant à tous ». Nous voilà ainsi dotés d’un marché qui fonctionne sans que l’on comprenne vraiment comment, qui n’est pas efficient – si je suis leur démonstration –, mais qui est la réalité. Reste alors, comme ils le disent eux-mêmes, à ce que « le résultat obtenu devra en tout état de cause être intelligible et explicable ». Je leur laisserai le soin de cette explication !
– Philippe d’Iribarne, Directeur de recherche au CNRS, dans Comment interroger les postulats fondateurs de l’économie ? , dresse un tableau au vitriol de la science économique. Il commence son article par : « Les postulats fondateurs de la science économique sont fort peu réalistes. », continue plus loin avec : « De même, les démonstrations visant à magnifier le rôle de la concurrence et du marché reposent sur une vision peu réaliste du monde. », poursuit en stigmatisant la faiblesse des échanges interdisciplinaires : « Ce type d’analyse exige de prendre en compte un ensemble de phénomènes actuellement étudiés en ordre dispersé par des disciplines qui, pour l’essentiel, s’ignorent mutuellement : sociologie, anthropologie, linguistique, philosophie politique. » et conclue par une absence d’issue : « A partir du moment où l’état actuel de la discipline est considéré comme caractérisant son essence on ne voit pas bien trop comment elle pourrait évoluer. ». No comment…
– Pierre-Noël Giraud, professeur d’économie à Mines ParisTech et à Paris-Dauphine, dans La crise de la globalisation un défi économique et politique, explique lui-aussi la limite des approches de modélisation, en centrant son propos sur le commerce international. Dès le début il affirme que « cette théorie est d’une part épuisée d’autre part inadéquate à un phénomène, la globalisation, qui ne se réduit pas à l’ouverture commerciale. ». Compte-tenu de toutes ces limites et imperfections qui sont pour lui incontournables, il en appelle à un retour à une science expérimentale : « L’économie devrait abandonner toute prétention normative et devenir une science expérimentale et pas seulement une mathématique combinant des comportements trop simplifiés. » Il pense alors qu’il sera possible d’avoir une modélisation plus réaliste et moins arrogante. Il évoque en conclusion l’intérêt, par exemple, d’une modélisation des conséquences mondiales des décisions prises par le gouvernement chinois. Il finit en disant que cela serait un défi. Certes, mais est-il réaliste ?

Répondre