Louis I, II, III… XIV…

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°694 Avril 2014Par : Michel-André LÉVY (81)Rédacteur : Bertrand FITOUSSI (84)Editeur : Éditions Jourdan – 2014

Qui a numéroté les rois de France? Étrangement il y a bien là une vraie question. En effet, pendant des siècles les rois ont été nommés sans leur numéro et saint Louis était ainsi pour ses contemporains le roi Louis et non pas Louis IX.

Pourtant Louis XIV était bien connu de son vivant comme Louis XIV. Que s’est-il donc passé entre-temps, comment les numéros sont-ils apparus? La réponse à cette question n’est pas connue, et comme Michel-André Lévy est un esprit curieux, toujours en alerte, il a refusé d’admettre que cette numérotation soit une évidence par construction.

Il a donc décidé (quelle étrange idée!) de consacrer une partie de ses loisirs pendant des années à éplucher les archives pour reconstituer le processus de sa mise en place. Processus qui recèle bien des surprises. La raison principale en est l’imparfaite connaissance qu’avaient du passé ceux qui ont dû le fouiller pour y dénombrer tous les rois prénommés Louis, Clovis ou Dagobert (on sait qu’il mettait sa culotte à l’envers, mais quel était son numéro ?).

D’où des maladresses, des hésitations et finalement des erreurs. Cette numérotation a même fait l’objet de manipulations, car elle recouvre des enjeux politiques majeurs (numéroter les rois c’est en écrire la liste, c’est donc écrire l’Histoire de France). La question des numéros des rois, si centrale et pourtant si méconnue, est donc prétexte à un parcours historique à travers les siècles et à travers les rois.

Parcours à la fois érudit et distrayant car avec Michel-André l’humour n’est jamais très loin, comme un arrière-plan qui le suit partout. Il sait, en outre, nous administrer de discrètes piqûres de rappel quand il le faut, au cas où nous n’aurions pas tout retenu de nos cours d’histoire.

Finalement le pari est réussi, et nous en apprenons beaucoup tout en nous amusant à suivre des investigations d’une grande rigueur intellectuelle.

Poster un commentaire