Louis DENY (45), un homme de mission

Dossier : TrajectoiresMagazine N°700 Décembre 2014Par : Pierre VAILLAUD (54)

le 8 octobre 1924 à Paris, Louis Deny intègre la promotion 45 de l’École polytechnique. Ingénieur du corps des Mines en 1947, il commence sa carrière à l’arrondissement minéralogique de Strasbourg.

Il devient l’adjoint de Pierre Guillaumat, alors directeur du Bureau de recherche de pétrole (BRP). Puis il rentre chez Total, à l’époque Compagnie française des pétroles (CFP), au sein de laquelle il passera tout le reste de sa vie professionnelle.

Les droits à l’huile

Il convient de rappeler que, dans les années 1960, Total et ELF remplissaient pour la France une mission d’approvisionnement de produits pétroliers, en ayant si possible des « droits à l’huile » au moins égaux à la consommation française. Louis Deny a totalement adhéré à cette mission.

Compétent en exploration et production, en raffinage et distribution ainsi qu’en pétrochimie, il pouvait prendre les décisions requises en toute connaissance de cause.

Il ne montrait pas d’aversion particulière aux risques liés à ces métiers et à la nécessité de travailler en étroite coopération avec les États hôtes et les autres compagnies pétrolières. Sa très bonne connaissance de la langue anglaise et des coutumes anglo-saxonnes a grandement facilité les contacts de Total avec ces milieux étrangers.

Le sens de l’intérêt général

Il ne faut pas oublier que les chocs pétroliers successifs de 1969, 1973 et 1979 ont profondément bouleversé l’industrie pétrolière. Total, par exemple, a dû évacuer son personnel d’Algérie en 1971, et a été nationalisé en Irak, en 1981.

UNE CARRIÈRE DANS LE PÉTROLE

Louis Deny a été directeur d’exploitation et de production en Algérie (CFP), puis en Libye (Total) avant de devenir, à partir des années 1960, directeur de Total en Belgique puis en Afrique du Sud et d’achever sa carrière à Paris comme vice-président-directeur général de Total.

Sans quitter le Moyen-Orient, où le groupe est toujours resté très présent, il a fallu redéployer l’activité en mer du Nord, en Asie, en Afrique ou en Amérique du Sud.

Simultanément, le groupe prenait une place de leader en raffinage et distribution en Europe.

Louis Deny, alors directeur général du groupe, a pu donner toute son impulsion sans jamais perdre de vue l’intérêt général de l’économie française sur le long terme dans le secteur de l’énergie et particulièrement du pétrole.

Sur le plan personnel, tout le monde autour de lui savait qu’il était très proche de ses enfants et nombreux petits-enfants.

Il était très fidèle en amitié, notamment avec ses camarades d’École. Sa chaleur humaine dans les relations de travail était bien connue et lui facilitait l’exercice de son commandement.

Poster un commentaire